dimanche 14 février 2016

Yankel, peintre et sculpteur


La Capitale Galerie a présenté l'exposition collective "30 artistes d'Ackermann à Yankel. Peinture, sculpture, dessin, gravure, litho". Parmi les créations montrées : deux tableaux du peintre et sculpteur Yankel. Des œuvres qui font éclater la distinction entre figuratif et abstraction. Dans le cadre de "Portraits filmés", le MAHJ proposera le 14 février 2016 à 14 h 30, Souvenirs de Claire Maratier, fille de Michel Kikoïne (2014, 15 min) et Souvenirs de Jacques Kikoïne dit Yankel, fils de Michel Kikoïne (2014, 24 min), deux documentaires d'Isabelle Filleul de Brohy.



Né en 1920 à Paris, Yankel (Jacques) Kikoïne est le fils de Michel Kikoïne (1892-1968), peintre de la Ruche où il grandit.

Après avoir passé quelques années en Afrique comme géologue, il se consacre dès 1950 à la peinture et à la sculpture. Et commence sa collection d’art brut ou primitif offerte au musée de Noyers-sur-Serein. C’est ce côté naïf ou enfantin qu’il apprécie chez Philibert-Charrin.

Yankel évolue vite du figuratif vers l’abstraction, même si des œuvres échappent à cette classification : certaines formes peuvent être interprétées comme des fleurs ou des silhouettes.

En 1955, le prix Neumann lui est décerné, avec Réginald Pollack.

Lorsqu’éclate la guerre des Six jours (juin 1967), ce « Juif à mille pour cent » va en Israël. Arrivé le dernier jour du conflit, il reste dans un kibboutz.

En 1968, il est « nommé par les étudiants, et non l’administration » des Beaux-arts, me confiait-il avec fierté en 2003. Ce conteur enseigne aux Beaux-arts jusqu’en 1985. L’un de ses collègues est alors Olivier Debré, dont l’un des tableaux exposés en 2003, à la Capitale Galerie, est celui acquis par Yankel.

Vers 1970, l’œuvre de Yankel est influencée par le mysticisme biblique.

En 1978, il contribue à la création des décors de la pièce de théâtre Othello de Shakespeare dans la mise en scène de Georges Wilson.

Depuis la charnière des XXe et XXIe siècles, cet artiste mêle peintures (zébrures, tâches vermillon ou azur) et collages de ses écrits ou d’objets divers récupérés.

Depuis plus d’un demi-siècle, il expose en France et à l’étranger, notamment en Israël.

En 2002, le musée municipal de Noyers-sur-Serein a présenté « Yankel Kikoïne, 52 ans de peinture ». Géologue, peintre et sculpteur, Yankel a présenté 105 œuvres « d’art marginal - de l’art nègre au style Dubuffet via le XVIIIe siècle français » - qu’il a données au musée de Noyers et 20 de ses huiles (1970-1980), mêlant collages et zébrures. La peinture de cet engagé dans « l’Armée des travailleurs étrangers » est « pleine de joie, de sensualité, de sensibilité exquise ».

En 2003, à la Capitale Galerie a rendu hommage à quatre peintres nés le même jour, le 14 avril 1920, et aux itinéraires divers : Debré, Philibert-Charrin, Quilici et Yankel. Cet alerte octogénaire récupèrait tout et bientôt les puces des ordinateurs...

En 2004, à la galerie Yoshii, Yankel (Jacques) Kikoïne a construit son exposition « D’images et d’écrits » autour d’une grande œuvre « Le Golem ». Il y a présenté une installation, 23 techniques mixtes, une sculpture et des objets sous verre ou plastique. Ce fils de Michel Kikoïne s’est souvenu de son enfance (« Autour de la Ruche »). Il a aussi zébré, peint des formes rouges ou bleues et collé ses écrits ou des choses récupérées.

En 2012, la Capitale Galerie a présenté l'exposition collective "30 artistes d'Ackermann à Yankel. Peinture, sculpture, dessin, gravure, litho". Parmi les œuvres montrées, deux tableaux du peintre et sculpteur Yankel.

Le 2 avril 2015, la Maison de la culture yiddish - Bibliothèque Medem proposa la visite de la Ruche  avec Fanny Barbaray-Edelman.
Dans le cadre de "Portraits filmés", le MAHJ a proposé le 15 novembre 2015 à 15 h, Souvenirs de Claire Maratier, fille de Michel Kikoïne d'Isabelle Filleul de Brohy (2014, 15 min) et Souvenirs de Jacques Kikoïne dit Yankel, fils de Michel Kikoïne (2014, 24 min). Les séances sont présentées par Nathalie Hazan-Brunet, conservatrice chargée de l’art moderne et contemporain, et Isabelle Filleul de Brohy, réalisatrice des films projetés.

Claire Maratier "évoque ici, avec douceur et humour, son enfance à la Ruche avec ses parents et leurs amis artistes, sa traversée de la guerre. Né le 14 avril 1920 à Paris, Jacques Kikoïne, dit Yankel, se souvient de son père, de la Ruche, de ses débuts de peintre, de mai 68, de l’École nationale des beaux-arts où il fut professeur".


« Pis que peindre », par Yankel. Ed. Le Musée Egoïste-Chimères


Visuels 
Claire Maratier dans le film d'Isabelle Filleul de Brohy Souvenirs de Claire Maratier, fille de Michel Kikoïne
© DR

Jacques Kikoïne dit Yankel dans le film d'Isabelle Filleul de Brohy Souvenirs de Yankel, fils de Michel Kikoïne
© DR

Jusqu’au 28 janvier 2012
A la Capitale Galerie 
18, rue du Roule. 75001 PARIS
Tél. : 01 42 21 19 31
Du lundi au samedi de 11 h à 13h et de 14 h à 19 h 30

Articles sur ce blog concernant :
France
Shoah (Holocaust)
Cet article a été publié en une version concise dans Actualité juive, et sur ce blog les 9 janvier 2012 et 1er avril et 15 novembre 2015.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire