Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mercredi 20 juillet 2016

Jean-Michel Atlan (1913-1960), peintre


La galerie Jacques Elbaz présente des œuvres du peintre, auteur de lithographies et écrivain Jean-Michel Atlan (1913-1960). Un artiste inclassable, intéressé par la mystique, le sacré, la magie, l’érotique et les Judéo-berbères (La Kahena, 1958) et qui dessine des figures de totems dans ses tableaux.


« Mes formes ne sont ni abstraites ni figuratives, elles se contentent d’exister avec une violence intolérable. La peinture va beaucoup plus loin qu’on l’imagine. Nous qui croyons faire de l’art, nous remuons aussi des forces magiques infiniment redoutables. Cette magie est avant tout rythme, car c’est le rythme qui est à l’origine du souffle et de la vie, c’est le rythme qui invente les formes, c’est le rythme qui insuffle à la danse ce quelque chose de sacré qui anime aussi la peinture... L’essentiel pour un peintre n’est pas tant dans sa vision de la réalité mais bien plutôt dans la réalité de sa vision », écrit Jean-Michel Atlan dans une Lettre aux amis japonais (8 décembre 1959).

Étonnant parcours que celui de l’inclassable Jean-Michel Atlan.

Jean-Michel Atlan est né en 1913 dans une famille Juive berbère de Constantine (Algérie), dont le père étudie la Kabbale.

En 1933, Jean-Michel Atlan obtient sa licence de philosophie à l’université parisienne de la Sorbonne – son diplôme est consacré à la dialectique marxiste -, tout en devenant momentanément le garde du corps de Trotski et en s’intéressant à l’effervescence artistique.

En 1940, les lois antisémites de Vichy chassent ce professeur du lycée Condorcet.

Alors, Atlan dessine et écrit, s’intéresse à la magie africaine et aux religions extrême-orientales, s’installe avec son épouse Denise rue de La Grande-Chaumière, quartier artistique parisien.

En juin 1942, ce résistant est arrêté et condamné à mort. Il sauve sa vie en simulant la folie, est libéré le 18 août 1944 et rejoint de nouveau la Résistance. Son frère Paul Atlan est tué lors du débarquement Allié en Provence.

En 1944, paraît le recueil de poèmes Le Sang profond de Jean-Michel Atlan .

Les œuvres picturales de cet artiste sont exposées dès 1944. Elles attirent l’attention de Gertrude Stein  lors de sa visite dans son atelier.

Atlan illustre Description d’un combat de Kafka  et expose à la Galerie Maeght.

Proche des groupes CoBrA (Copenhague/Bruxelles/Amsterdam, 1948-1951) et surréaliste et de l’expressionnisme abstrait, Atlan se garde des dogmatismes artistiques. Il est de « ceux qui inventent la deuxième abstraction », a déclaré le galeriste parisien Jacques Elbaz .

D’abord apprécié essentiellement au Japon, cet artiste voit son talent reconnu lors de son exposition à la galerie Bing, à Paris, en novembre 1956.

Ce créateur aussi de lithographies et de décor pour théâtre meurt prématurément en février 1960, à l’âge de 47 ans, d’un cancer.

En 2002, la galerie Jacques Elbaz  a présenté 16 peintures de grands formats du peintre Jean-Michel Atlan  qui a conféré un effet « feutre » et « sable » à ses couleurs de Terre. Ses formes noires surprenaient par leur dynamisme grave. Parfois dans ces œuvres fortes, on croyait deviner du figuratif (verre, pellicule de film). C’était la première fois depuis la rétrospective du Musée national d’Art moderne de Paris (1963) qu’étaient exposées ces huiles sur toiles peintes entre 1955, date de sa reconnaissance internationale comme peintre majeur, et 1959. Cinq ans de maturité et seize toiles au format inhabituel chez Atlan.

Le musée de Tel-Aviv consacre une rétrospective à Atlan en 1964, puis le Centre Pompidou consacre cet artiste qui aimait le pastel en 1980.

Généralement noir, un liseré encadrait une œuvre aux formes noires vivantes qui maillent, plus ou moins densément, l’espace. Leur allant, leurs arrondis finis soudain en angles menaçants, la gravité qui les immobilise parfois, les tonalités qu’elles délimitent ou abritent, composent une œuvre complexe évoquant un labyrinthe dont on chercherait l’issue, parmi tant de chemins complexes.

Atlan semble apposer une « grille » irrégulière foncée laissant apercevoir des touchés de velours. Il donne du relief par des proximités de couleurs claires, faussement symétriques, et leurs contrastes avec les formes sombres. Des teintes non uniformes, des dégradés, des pastels donnent une transparence, une respiration, tranchant avec des bordeaux ou gris soutenus.

L’œuvre libre souvent encadrée d’un liseré noir, d’où naissent ou aboutissent des formes noires. Ces formes souples ressemblent à des traits opaques, qui se subdivisent ou incluent des ovales colorés. Elles semblent mailler lâchement l’espace. Parfois, un halo longe ces formes noires. Atlan enserre ses couleurs ou appose une grille noire laissant voir au travers ces espaces teintés si doucement qu’ils évoquent le touché du velours. Dans ces ovales ou triangles, une ou deux couleurs. Les teintes non uniformes ou pastels donnent une transparence, allègent une composition forte. Parfois, comme un aspect vitrail. Formes plus ou moins oppressantes, mais leur dynamisme, le mouvement qui les anime les rend supportables. Un aspect ludique, comme un labyrinthe dont on chercherait la voie pour sortir parmi tant de chemins complexes...
"Machine à déchirer la nuit
Nous avons recouvert le visage des jours
Murmure demeuré vivant
Oriflamme de la furie des étés
"
Atlan, 1940 (Des mots pour un orage)
En 2013, le LAAC de Dunkerque présenta des œuvres du peintre, auteur de lithographies et écrivain Jean-Michel Atlan  (1913-1960) dans le cadre de l’exposition CoBrA, sous le regard d’un passionné.

La galerie Jacques Elbaz présente des œuvres de Jean-Michel Atlan.

Atlan, Peintures - Grands formats. Galerie Jacques Elbaz, 2002

Du 30 mars au 23 juillet 2016
A la galerie Jacques Elbaz
1, rue d'Alger - 75001 PARIS
Tél. : +33 (0) 1 40 20 98 07
Du mardi au samedi de 10 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 18 h 30

CoBrA, sous le regard d’un passionné Jusqu’au 3 mars 2013
Au LAAC, lieu d’Art et Action contemporaine

Dunkerque
Pont Lucien Lefol
Jardin de sculptures
59140 Dunkerque
Tél. : 03 28 29 56 00
Tous les jours sauf le lundi, de 10 h à 12 h 15 et de 14 h à 18 h

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English
Cet article a été publié le 21 février 2013. 

1 commentaire:

  1. Jean-Michel Atlan est l'un des plus grands peintre du XXe siècle, sur Art Days il y a une rétrospéctive de ses plus belles peintures:
    http://www.art-days.com/jean-michel-atlan/

    RépondreSupprimer