Citations

« Le goût de la vérité n’empêche pas la prise de parti. » (Albert Camus)
« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil. » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement, et le commencement de tout est le courage. » (Vladimir Jankélévitch)
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit. » (Charles Péguy)

jeudi 29 avril 2021

« Les enfants de Sarajevo - Album de guerre » d’Ángel Leiro et d’Airy Maragall

Arte diffusera le 5 mai 2021 « Les enfants de Sarajevo - Album de guerre » (Kinderbilder aus Sarajevo ; Postwar Album) d’Ángel Leiro et d’Airy Maragall. « Partant à la recherche des enfants qu’il a immortalisés durant le siège de la capitale de la Bosnie-Herzégovine, le photojournaliste espagnol Gervasio Sánchez esquisse l’émouvant portrait d’une génération sacrifiée ».

« Les enfants de Sarajevo - Album de guerre » d’Ángel Leiro et d’Airy Maragall
Le Kosovo


« Gervasio Sánchez est journaliste depuis 1984. Ses travaux ont été publiés dans l’Heraldo de Aragón et La Vanguardia, et il travaille avec la chaîne SER et la BBC. Il est l’auteur de plusieurs livres de photographie, comme Kosovo, Niños de la Guerra, Sierra Leona. Guerra y paz, La caravana de la muerte. Las víctimas de Pinochet, Vidas minadas et Sarajevo 1992-2008 (publiés par Blume). Il a reçu les prix Cirilo Rodríguez, Club Internacional de Prensa, Andalucía de Cultura, Derechos Humanos de Periodismo, Liber Press et Javier Bueno. Les autorités aragonaises lui ont décerné la Médaille d’or de Santa Isabel de Portugal et la Médaille du mérite professionnel. En 2008, il a reçu le Prix Ortega y Gasset pour la photographie de Sofía Elface Fumo avec sa fille Alia et il a reçu le Prix national de photographie en 2009. Il est envoyé spécial pour la paix de l’UNESCO depuis 1998. »

« À l’hiver 2019-2020, Gervasio Sánchez s’est rendu à Sarajevo dans l’espoir de retrouver les enfants qu’il avait photographiés durant l’interminable encerclement, de 1992 à 1996, de la ville par les forces serbes ». 

« En mobilisant ses contacts, qui ont diffusé les clichés sur les réseaux sociaux, et en menant des "enquêtes de voisinage", il est parvenu à identifier une poignée d’entre eux ». 

« Edo, l’ancien gamin des taudis, qui s’aventurait dans les ruines de la Bibliothèque nationale incendiée, se démène pour offrir à son fils les opportunités dont il a été privé ». 

« Alma, photographiée avec sa petite sœur sur une balançoire à bascule devant un char de l’ONU, travaille dans l’hôtellerie et estime que le conflit l’a rendue plus forte. Saisi en train de jouer au basket dans la cour de leur immeuble criblé d’impacts, Damir a intégré l’équipe nationale avant que son corps, marqué par les privations, ne lui impose une retraite prématurée ». 

« Jasmin, qui rêvait de réformer la vie politique bosnienne, n’en a retiré qu’une immense amertume ». 

« Enfin, Aljosa, qui s’amusait avec ses camarades sur des brouettes de fortune, pleure la mort de l’un d’entre eux, tué en 2009, mais aussi celle du vivre-ensemble qui animait la ville de son enfance ». Cette guerre, suivie par l'exode de nombreux Serbes chrétiens, révèle l'échec du "vivre-ensemble" interconfessionnel.

« Ils avaient entre 5 et 15 ans lors du siège de la ville et, pour certains d’entre eux, les saisissants clichés en noir et blanc que leur offre Gervasio Sánchez demeureront les seuls témoignages visuels de leur enfance en guerre, dont le souvenir traumatique se mêle de nostalgie ». 

« Dans un Sarajevo enneigé éminemment cinématographique, ce documentaire touchant dessine le portrait d’une génération brisée, en manque de perspectives dans un pays corrompu et divisé qui n’a pas pansé ses plaies ».

« L'IMAGE »

« Le petit garçon s’appelle Edo. Sur la photo, il pose droit comme une bougie dans les décombres d’un bâtiment dont les structures en métal menacent de s’effondrer. Un bras en écharpe, un visage tuméfié, un front arborant un gros pansement : son regard s’est figé dans une gravité insondable. Edo fait partie des jeunes Bosniens que le photojournaliste Gervasio Sánchez a immortalisés lors du siège de Sarajevo (1992-1996). L’Espagnol a réussi à le retrouver pour son documentaire qui interroge la force de résilience des enfants face à la guerre. Aujourd’hui, Edo s’en est sorti, mais un stress post-traumatique non traité l’a rendu bègue. Un parcours dramatique commun à toute une génération marquée au fer rouge, dont le photographe livre un portrait saisissant ». 



« Les enfants de Sarajevo - Album de guerre » d’Ángel Leiro et d’Airy Maragall
Espagne, 2019, 51 mn
Coproduction : ZDF/ARTE, Lukimedia, Aragón TV, Movistar+, Al Jazeera Documentary Channel
Sur Arte le 5 mai 2021 à 00 h 15
Disponible du 03/05/2021 au 01/08/2021
Visuels
© Gervasio Sanchez
© Lukimedia
© Gervasio Sanchez

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire