Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

lundi 18 mars 2019

« Elles l’ont combattu. Femmes contre le totalitarisme au XXe siècle » par Marc Crapez


« Elles l’ont combattu. Femmes contre le totalitarisme au XXe siècle » est un ouvrage de Marc Crapez, avec la participation de Biljana Vučetić, Verónica Vives et Delphine Denuit. Une anthologie essentiellement sur les totalitarismes communistes, fascistes et nazis perçus par des intellectuelles ou témoins, contemporaines de ce système politique au XXe siècle. La deuxième édition du colloque « Femmes contre le totalitarisme » a pour titre Insurgées contre la Tyrannie et se tiendra du 19 au 21 mars 2019 à Paris.

« Elles l’ont combattu. Femmes contre le totalitarisme au XXe siècle » par Marc Crapez
« L’œuvre de Bat Ye’or et sa réception. Jusqu’où la contradiction est-elle possible ? »


Par les armes, par les mots ou par d’autres voies, Les femmes ont combattu le totalitarisme au XXe siècle. 

Depuis quelques décennies, historiens et sociologues ont souligné l’importance de ces femmes dans ce combat essentiel, ainsi que la multiplicité et la variété de leurs actions.

A ces femmes valeureuses rend hommage « Elles l’ont combattu. Femmes contre le totalitarisme au XXe siècle », livre de Marc Crapez, politologue et chercheur à l’université Paris X, avec la participation de Biljana Vučetić , de l’Institut historique de Belgrade, Verónica Vives, de l’Université de Barcelone, Delphine Denuit, journaliste. « Parce que le monde libre leur doit sa victoire ».

Si la notion du terme « totalitarisme » par Marc Crapez, auteur d’« Antagonismes français », peut sembler un peu réductrice, ce florilège met en relief la lucidité précoce de ces combattantes, leur analyse pertinente du phénomène totalitaire et des enjeux de leur combat, la clarté et la limpidité de leur style. 

Sur ces « femmes soldats, héroïnes de la liberté » opposées à Staline, Hitler, Mussolini ou Mao, aux nationalités diverses et ayant combattu « la propagande, l’idéologie, les camps », cet ouvrage présente une courte biographie suivie d’un de plusieurs extraits de livres, articles, carnets secrets ou brochures clandestines ». Ce qui suscite la curiosité d’en savoir plus sur elles.

Certaines femmes sont célèbres, notamment Sophie Scholl, étudiante allemande du réseau anti-nazi « La Rose blanche » (Die Weiße Rose) « guillotinée à vingt-deux ans » ou la « philosophe Simone Weil, gaulliste de la première heure ». 

On découvre des résistantes méconnues : « l’essayiste Victoria Ocampo qui a sauvé Gisèle Freund du régime nazi en 1941, Dorothy Thompson qui appelait, sur la BBC, les Américains et les Anglais à soutenir la cause de Churchill, la pianiste Zhu Xiao-Mei, emprisonnée dans un camp de travail »…

Sofia Casanova, grand reporter, dresse un parallèle entre la Révolution bolchevique et la Terreur sous la Révolution française, Maria Spiridonova, morte au Goulag, souligne la méfiance des bolcheviques à l’égard des masses, notamment des ouvriers. Erika Mann, écrivain, se distingue des jeunesses hitlériennes par un état d’esprit : « le sens de la vérité ». Elena Bonner déplore que la peur ait perduré à la mort de Staline et une société « sans convictions authentiques [dépourvue] de critères moraux et de la capacité à distinguer la vérité du mensonge et le bien du mal ».

On demeure effrayé par les horreurs commises par ces totalitarismes drapés souvent dans la vertu, se réclamant de la justice ou de l’égalité - privilèges de la nomenklatura bolchevique -, dotés d’un appareil répressif imposant une peur permanente et mus par le mépris de la vie.

Un document d’histoire exceptionnel qui propose un angle intéressant sur l'Histoire.

2e colloque 
"La deuxième édition du colloque « Femmes contre le totalitarisme » a pour titre Insurgées contre la Tyrannie et se tiendra du 19 au 20 mars 2019 à Paris. Ce colloque "porte sur les tenants et aboutissants de la question plus générale des femmes face à la tyrannie, qui permet d'appréhender les possibilités de résistance ou de soulèvement devant un arbitraire caractérisé et/ou répété. Constatant une amnésie séculaire sur l’apport des femmes à la pensée et, spécialement, à cette séquence majeure de l’histoire que fut le totalitarisme, on s’attachera à réhabiliter leur réflexion stratégique et leur apport à la philosophie politique."

"Constatant une amnésie séculaire sur l’apport des femmes à la pensée et, spécialement, à cette séquence majeure de l’histoire que fut le totalitarisme, on s’attachera à réhabiliter leur réflexion stratégique et leur apport à la philosophie politique. A plus d’un titre, Arendt est l’arbre qui cache la forêt. Le thème de la deuxième édition du colloque « Femmes contre le totalitarisme » sera : « Insurgées contre la tyrannie ».

"Au-delà du geste emblématique d’Antigone, le devoir sacré d’insurrection devant la tyrannie est l’un des principes du contrat social, pacte originel ipso facto noué au fondement des sociétés. D’une part, le souverain peut, exceptionnellement, errer et faillir. D’autre part, « Omni potestas a Deo sed per populum ». Légitime est donc l’insurrection devant les abus de pouvoir répétés d’un arbitraire caractérisé (a contrario certaines situations furent débloquées par un Consulat transitoire). Le problème soulevé par Plutarque dans ses « Vertus de femmes », au sujet de Léaïna ou, au 16e siècle, dans « Vindiciae contra tyrannos », se réfère aux mêmes principes que les débats autour de l’article 155 de la constitution espagnole : le Catalan Puigdemont est-il un fuyard factieux ou résiste-t-il à une oppression sans issue ?"

"Cette focale permet une extension du domaine de la lutte antitotalitaire au tyrannicide, voire au geste d’insoumission anti-tyrannique. Des incursions chronologiques hors du 20e siècle peuvent renforcer la compréhension du phénomène totalitaire. Aussi s’intéressera-t-on d’abord aux dissidentes du totalitarisme, Celia Strachey, Margaret Buber-Neumann ou Eve Curie. Mais une approche comparée pourra porter sur les opposantes à un état de fait tyrannique : sœurs Mirabal, Taslima Nasreen ou Anna Politkovskaïa. Sachant que la médiatisation introduit des oscillations et des biais de perception qui ménagent l’usurpateur (Erdogan face aux Kurdes défendus par Leïla Zana) ou usurpent la posture anti-tyrannique (témoignage sujet à caution de Yeon-mi Park sur la Corée du Nord)."

"L’insurrection anti-tyrannique mène à la résistance, mot tiré du latin resistere, qui implique l’engagement dans une action dangereuse. Mais le propre du totalitarisme n’est-il pas d’ôter les possibilités d’insurrection et de résistance ? Toute déviance est pathologisée et sa répression euphémisée. Ainsi, sous le nazisme, les récalcitrants sont réprimés par la loi de décembre 1934 contre le « commérage délictueux », ou par des tribunaux spéciaux chargés de « prévenir ou détruire les esprits instables ». Ces « ennemis de l’État » sont ensuite placés en « détention préventive », meurent de « causes inconnues », se « suicident », ou sont transférés dans des « centres de réhabilitation » pour être « rééduqués ». Supprimer un être humain est codé en « ramasser un traînard » sous Mao, ou « prendre soin de lui » sous Pol Pot. En territoire bolchevique, une batterie de mesures contre le parti de droite libérale, dit Cadet, inaugure le totalitarisme : projet d’interdiction d’élire les Cadets à la Constituante, arrestation de ses leaders comme ennemis du peuple, ralliement de Cent-Noirs d’extrême-droite au bolchevisme, déploiement de troupes lettones, tirs à bout portant contre les manifestants, coups de crosse aux sœurs de charité qui tentent de ramasser les blessés. Une catégorie se retrouve ainsi, du jour au lendemain, analyse un témoin, « privée de défense humaine, condamnée en bloc et sans appel ». Il s’agira donc d’appréhender le totalitarisme en ayant à l’esprit sa généralité la plus avérée – le dilemme de l’insoumission à son autorité -, plutôt que sa spécificité la plus poussée – les meurtres de masse."


Ce colloque est dirigé par Marc Crapez avec le soutien de la Fondation de la France libre, de l’Université Versailles St-Quentin et de l’Institut Cervantes

Comité de parrainage
Jean Leca - Blandine Kriegel - Guy Hermet - Biljana Vucetic - Bernard Bruneteau - Luisa Ballesteros Rosas - Roberto Della Seta – Mélanie Dubuy - Robert Bresse - Anne-Sophie Chambost

Mardi 19 mars 2019
APRES-MIDI, à l’Institut Cervantes,
Cérémonie d’inauguration
Javier Muñoz Sánchez-Brunete, directeur de l’Institut Cervantes
-« De l’utilité des châteaux en Espagne » par Marc Crapez (politologue)
-« Les femmes pendant la Seconde Guerre mondiale »
par Blandine Kriegel (philosophe politique)
-« Le refus de la défaite et de l’oppression »
par le général Robert Bresse, président de la Fondation de la France Libre
-« La femme est un homme comme les autres »
par Pascale Bertoni, directrice du laboratoire de science politique de l’UVSQ
-Lectures poétiques : « Éloquence et transcendance »
par Luisa Ballesteros Rosas et Maria-Antonia Garcia de Leon y Alvarez
-Cocktail

Les 20-21 mars 2019 à la Salle Rabelais, Université Paris Descartes, 45 rue des Saints-Pères, Paris 6ème

Mercredi 20 mars 2019
MATINEE/L'écrivain, menace pour la Tyrannie
9h10-Marc Crapez (politologue, Sophiapol de Paris 10), « Mot d’accueil »
9h15-Javier Muñoz Sánchez-Brunete (Institut Cervantes), « Féminisme et créativité littéraire »
9h25-Bernard Bruneteau (politologue, spécialiste du totalitarisme), « Prologue : la résistance au totalitarisme »
9h55- Anne-Sophie Chambost (professeure agrégée des Universités en histoire du droit), directrice des débats, « Ce que l’histoire du droit fait des femmes »
10h05-Silvia A. Garcia (psychiatre et psychanalyste, Argentine), « L'écriture féminine d’Alicia Moreau de Justo : politique et féminité »
10h35-pause (25mn)

11h00-Biljana Vucetic (historienne, Serbie), « Le totalitarisme vu par les écrivains femmes nord-américaines » [en anglais, traduction sur PowerPoint]
11h30-Olivier Peel (professeur d'histoire, Belgique), « Place des protagonistes féminins dans les romans d'Orwell et Huxley »
12h00-pause déjeuner

APRES-MIDI/Philosophie et Stratégies de survie
14h- Luisa Ballesteros Rosas (maître de conférences et auteure de fictions), directrice des débats. « Ethique et poétique de l’insoumission »
14h20-Roberto Della Seta (journaliste et intellectuel, Italie), « Camilla Ravera, communiste anti-totalitaire ? »
14h50-Sophia Mateo (doctorante), « Pureté révolutionnaire versus tyrannie : l'exemple de la Mexicaine Juana Belén Gutiérrez de Mendoza »
15h20-pause (25mn)

15h45-Armando Zerolo Duran (politologue, Espagne), « Trois intellectuelles espagnoles dans l’entre-deux-guerres face aux dictatures : Maria Zembrano, Sophia Casanova, Blanca de los Rios »
16h15-Maria-Antonia Garcia de Leon y Alvarez (sociologue, Espagne), « L'élément féminin dans la transition démocratique espagnole » [en espagnol : traduction PowerPoint]
16h35-Margarita Iglesias Saldana (Université du Chili). « Démocratie dans le pays et dans l’intime : lutte de femmes contre la dictature chilienne ou la réinvention du politique 1973-1990 »

Jeudi 21 mars 2019
MATINEE/Archéologie et généalogie du fait tyrannique
9h10-Dalmacio Negro (Real Académie espagnole), « Allocution liminaire » [enregistré]
9h20-Françoise Gury (CNRS), directrice des débats, « Du tyran efféminé dans la Rome Antique »
9h35-Marc Crapez, « Les thèmes de la légitimité de l'insurrection anti-tyrannique et d'un consulat transitoire »
10h05-Jeronimo Molina Cano (politologue, Espagne), « Gaston Bouthoul, polémologue constitutivement féministe »
10h35-pause (25mn)

11h00-Eric David (docteur en sociologie), « La France libre de Simone Weil »
11h30- Marianne Le Morvan (directrice des archives Berthe Weill), « L’art en résistance, l’exemple de la galeriste d’avant-garde Berthe Weill »
12h00-pause déjeuner

APRES-MIDI/Espérances et illusions
14h00-Nicolas Weill-Parot (EPHE), directeur des débats, « Considérations sur quelques procédés de tonalité totalitaire en milieu universitaire »
14h15- Delphine Barré (doctorante), « Jacqueline Mesnil Amar, Hélène Berr : femmes juives dans la Résistance puis à la Libération »
14h45- Mélanie Dubuy (maître de conférences en droit public), « Des femmes kurdes résistant à l’oppression ? »
15h15- Farah Mebarki (traductrice), « Le vêtement et la couleur : des femmes en rébellion »
15h45-pause (25mn)

16h10-Table ronde/débat/témoin
16h50-17h20-Iain Stewart / Nicolas Tenzer, « Épilogue :  Grandeur et servitudes de l’anti-totalitarisme »


Marc Crapez, « Elles l’ont combattu. Femmes contre le totalitarisme au XXe siècle ». Editions du Cerf, coll. Idées, 2018. 272 pages. ISBN : 9782204125611

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English 
Cet article a été publié le 27 mars 2018.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire