Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mardi 27 mars 2018

« Elles l’ont combattu. Femmes contre le totalitarisme au XXe siècle » par Marc Crapez


« Elles l’ont combattu. Femmes contre le totalitarisme au XXe siècle » est un ouvrage de Marc Crapez, avec la participation de Biljana Vučetić, Verónica Vives et Delphine Denuit. Une anthologie essentiellement sur les totalitarismes communistes, fascistes et nazis perçus par des intellectuelles ou témoins, contemporaines de ce système politique au XXe siècle.

Par les armes, par les mots ou par d’autres voies, Les femmes ont combattu le totalitarisme au XXe siècle. 

Depuis quelques décennies, historiens et sociologues ont souligné l’importance de ces femmes dans ce combat essentiel, ainsi que la multiplicité et la variété de leurs actions.

A ces femmes valeureuses rend hommage « Elles l’ont combattu. Femmes contre le totalitarisme au XXe siècle », livre de Marc Crapez, politologue et chercheur à l’université Paris X, avec la participation de Biljana Vučetić , de l’Institut historique de Belgrade, Verónica Vives, de l’Université de Barcelone, Delphine Denuit, journaliste. « Parce que le monde libre leur doit sa victoire ».

Si la notion du terme « totalitarisme » par Marc Crapez, auteur d’« Antagonismes français », peut sembler un peu réductrice, ce florilège met en relief la lucidité précoce de ces combattantes, leur analyse pertinente du phénomène totalitaire et des enjeux de leur combat, la clarté et la limpidité de leur style. 

Sur ces « femmes soldats, héroïnes de la liberté » opposées à Staline, Hitler, Mussolini ou Mao, aux nationalités diverses et ayant combattu « la propagande, l’idéologie, les camps », cet ouvrage présente une courte biographie suivie d’un de plusieurs extraits de livres, articles, carnets secrets ou brochures clandestines ». Ce qui suscite la curiosité d’en savoir plus sur elles.

Certaines femmes sont célèbres, notamment Sophie Scholl, étudiante allemande du réseau anti-nazi « La Rose blanche » (Die Weiße Rose) « guillotinée à vingt-deux ans » ou la « philosophe Simone Weil, gaulliste de la première heure ». 

On découvre des résistantes méconnues : « l’essayiste Victoria Ocampo qui a sauvé Gisèle Freund du régime nazi en 1941, Dorothy Thompson qui appelait, sur la BBC, les Américains et les Anglais à soutenir la cause de Churchill, la pianiste Zhu Xiao-Mei, emprisonnée dans un camp de travail »…

Sofia Casanova, grand reporter, dresse un parallèle entre la Révolution bolchevique et la Terreur sous la Révolution française, Maria Spiridonova, morte au Goulag, souligne la méfiance des bolcheviques à l’égard des masses, notamment des ouvriers. Erika Mann, écrivain, se distingue des jeunesses hitlériennes par un état d’esprit : « le sens de la vérité ». Elena Bonner déplore que la peur ait perduré à la mort de Staline et une société « sans convictions authentiques [dépourvue] de critères moraux et de la capacité à distinguer la vérité du mensonge et le bien du mal ».

On demeure effrayé par les horreurs commises par ces totalitarismes drapés souvent dans la vertu, se réclamant de la justice ou de l’égalité - privilèges de la nomenklatura bolchevique -, dotés d’un appareil répressif imposant une peur permanente et mus par le mépris de la vie.

Un document d’histoire exceptionnel qui propose un angle intéressant sur l'Histoire.


Marc Crapez, « Elles l’ont combattu. Femmes contre le totalitarisme au XXe siècle ». Editions du Cerf, coll. Idées, 2018. 272 pages. ISBN : 9782204125611

Articles sur ce blog concernant :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire