Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mercredi 17 mai 2017

Edik Steinberg rétrospective


La galerie Le Minotaure et la galerie Alain le Gaillard présentent une rétrospective du peintre Edik Steinberg (1937-2012), auteur d'œuvres épurées. Edik Steinberg joue sur les fragiles équilibres, les solitudes émouvantes,  les contrastes de couleurs et de dimensions, les superpositions de figures géométriques, un jeu de lumière, et semble interroger le visiteur. Vernissage le 18 mai 2017 à 18 h.


Fils du poète, peintre et traducteur Arcady Steinberg (1907-1984) éprouvé par l’exil et les camps du Goulag et d’une mère économiste, Edik Steinberg est né en 1937 à Moscou.

Un artiste du « mouvement des peintres non officiels »
Après avoir été ouvrier, gardien et pêcheur, il s’oriente vers la peinture et travaille à Taroussa qu’il définit comme une « espèce de Barbizon russe » et qui devient célèbre grâce au livre contestataire Pages de Taroussa.

A partir de 1965, « la tonalité dominante de sa palette s’éclaircit ». Depuis les années 1970, Edik Steinberg délaisse les paysages et natures mortes et prise l’abstraction et les « compositions spatio-géométriques ».

Il est « l’un des premiers et le plus célèbre peintre » dans l’histoire du « mouvement des peintres non officiels » dans l’URSS des années 1960-1980.

Son objectif : « Non pas dissocier mais synthétiser les idées mystiques du symbolisme russe des années dix et les concepts plastiques du suprématisme russe, plus précisément les idées de Kasimir Malevitch ».
Avec Oscar Rabine et Eric Boulatov, il est l’un des 200 peintres dissidents à qui le mécène et collectionneur Georges Matcheret, en poste à l’ambassade de France à Moscou dans les années 1980, demande d’illustrer des enveloppes exposées par le Musée de la Poste en 2006.

Edik Steinberg quitte pour la première fois l’URSS en 1988 à l’invitation de la galerie Claude Bernard.

Il se partage entre Moscou, Taroussa et Paris. Pour la manufacture de Sèvres, il a créé quatre décors de présentation pour assiettes (service Diane, 1998) et pour le vase Decoeur.

Des œuvres d'Edik Steinberg ont été exposées à Art Paris (31 mars-3 avril 2011). Après notamment son exposition en 2009 d’huiles sur toile et de gouaches sur papier abstraites du peintre Edik Steinberg, la galerie Claude Bernard présenta des œuvres épurées récentes de cet artiste dans son stand à Art Paris.

 La galerie Le Minotaure et la galerie Alain le Gaillard présentent une rétrospective du peintre Edik Steinberg. "L’année 2017, l’année du 80e anniversaire d’Edik Steinberg et du 5e anniversaire après sa mort, est ponctuée de plusieurs importants projets d’expositions. Au mois de février, le Musée d’art contemporain à Moscou a inauguré l’exposition d’oeuvres sur papier intitulée « S’il y a de l’eau dans le puits ». Au mois de mars, le Musée des Beaux-Arts de Prague a ouvert une exposition monographique ; ses tableaux ont été aussi présentés lors d’une grande exposition d’art contemporain russe au Centre Pompidou".

"Il est important de mentionner que le Musée d’Etat des Beaux-Arts Pouchkine a commencé un catalogue raisonné de Steinberg, ce qui témoigne de l’intérêt croissant pour son travail. Ces événements marquants sont complétés par le projet commun de trois prestigieuses galeries parisiennes : la Galerie Claude Bernard, la Galerie le Minotaure et la Galerie Alain Le Gaillard. Il s’agit d’une rétrospective qui met en évidence les recherches artistiques d’Edik Steinberg à différentes périodes. Le projet d’exposition présente l’oeuvre de Steinberg dans toute sa complétude : depuis les œuvres de jeunesse des années 50 jusqu’aux œuvres ascétiques, linéaires de 2009. Nombre de tableaux de la fin des années 90 jusqu’au début des années 2000, période de la grande maîtrise, temps de formation et d’épanouissement de sa conception de la « métagéométrie », sont présentés à l’exposition".


Edik Steinberg. Préface de Dominique Fernandez. Galerie Claude Bernard, 2009.

Du 18 mai au 1er juillet 2017.  Vernissage le 18 mai 2017 à 18 h.
A la galerie Le Minotaure
2 rue des Beaux-arts. 75006 PARIS
Tél. : 01 43 54 62 93
Du mardi au samedi de 11 h à 13 h et de 14 h à 19 h
et
la galerie Alain le Gaillard 
19, rue Mazarine. 75006 Paris 
Tél : 01 43 26 25 35 

Grand Palais
Avenue Winston Churchill, 75008 Paris
Jeudi 31 mars 2011 et samedi 2 avril 2011 de 11 h à 20 h
Vendredi 1er avril 2011 de 11 h à 22 h
Dimanche 3 avril 2011 de 11 h à 18 h

7-9, rue des Beaux Arts, 75006 Paris
Tél : 01 43 26 97 07
Du mardi au samedi de 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h 30 à 18 h 30

Visuels de haut en bas : © GCB/Losi
Composition (l'oeuvre n'est plus disponible)
57 cm x 76,5 cm. 2004
Gouache sur papier

« Composition »
2009
Huile sur toile
50 cm x 50 cm

Composition
2009
Gouache
76,5 cm x 57,5 cm

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire