Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mardi 23 septembre 2014

« Hitler et ses rançonneurs - Quand les nazis échangeaient leurs Juifs » de Caroline Schmidt, Stefan Aust et Thomas Ammann


Arte rediffusera  les 23 et 29 septembre 2014 « Hitler et ses rançonneurs - Quand les nazis échangeaient leurs Juifs » (« Hitlers Menschenhändler, Juden als Austauschware »), documentaire allemand de Caroline Schmidt, Stefan Aust et Thomas Ammann - ces deux derniers sont auteurs du livre Hitlers Menschenhändler: Das Schicksal der "Austauschjuden" (Rotbuch, 2013). L’histoire méconnue de 7 000 « Juifs d’échange », otages au camp de Bergen Belsen que les Nazis ont échangés contre des armes ou de l’argent.

  
C’est un pan ignoré ou méconnu de l’histoire de la Shoah, de « la Solution finale de la question juive » auquel est consacré ce documentaire intéressant de Caroline Schmidt, Stefan Aust et Thomas Ammann. De celui-ci, Arte avait diffusé « Les otages d’Entebbe - Le combat d’Israël contre le terrorisme ».

Les « Juifs d’échange »
Pour les Nazis, certains Juifs avaient une valeur marchande. Avec l’accord d’Hitler, Himmler, chef des SS, a organisé dès 1943 ce « commerce » juteux et secret dont on trouve la trace dans les archives du ministère allemand des Affaires étrangères : échanger des Juifs d’Allemagne ayant un « bon passeport » américain ou britannique, contre des ressortissants allemands à l’étranger.

« Juifs d'échange" : c'est ainsi que les nazis désignaient les prisonniers juifs qui, par leur valeur marchande, leur étaient plus utiles vivants que morts.

Ces détenus Juifs sont regroupés au camp de Bergen-Belsen, dans le canton de Celle, au Nord de l’Allemagne. Un camp libéré par les soldats britanniques le 15 avril 1945 qui y découvrent la famine et les épidémies, et brûlent les baraquements. Sur les 120 000 prisonniers de ce camp, 14 000 devaient faire parties de cette « machination mercantile ».

Après l’invasion de la Hongrie par la Wehrmacht en 1944, Rudölf Kastner et son assistant Joel Brand, tous deux Juifs, mènent les transactions avec les nazis.

« Kastner était un homme très ambigu. Il était arrogant, ambitieux, vaniteux. Mais il était aussi très courageux. Il fallait sans doute toutes ces qualités pour négocier avec Eichmann », indique Ladislaus Löb, adolescent « Juif d’échange ».

A Budapest, Adolf Eichmann est l’ordonnateur de la déportation en quelques mois des Juifs de Hongrie, au nombre total alors d’environ 700 000 vers le camp d'Auschwitz.

En 1966, un film est-allemand de Wolfgang Luderer Lebende Ware reconstitue, en se fondant sur les informations connues lors du procès d’Eichmann à Jérusalem (1961), la rencontre des deux Juifs avec l’exterminateur de leur peuple. Eichmann leur déclare : « L’argent liquide ne m’intéresse pas. Nous avons besoin de matériel de guerre. Voici ma proposition : vous nous livrez 10 000 camions équipés de cinq pneus et je vous remets un million de Juifs à chaque frontière neutre ». Et, pour trouver ce matériel, il les renvoie vers leurs « amis à l’étranger ».

Pourquoi proposer un million de Juifs ? Lors de son procès à Jérusalem (Israël) en 1961, Eichmann répond : « C’était une tactique pour je puisse m’adresser à mes supérieurs sans courir le risque d’être immédiatement renvoyé. Si j’avais opéré par compassion ou par pitié, et parlé de 5 000 ou de 10 000 Juifs, [le général] Mueller ne m’aurait pas écouté. Mais parler d’un million, c’était inattendu et trop important pour que Mueller n’en réfère pas à ses supérieurs  ».

Kastner et Brand sauvent « 1 700 Juifs hongrois qui retrouvent la liberté via Bergen Belsen » contre deux millions de dollars versés aux nazis pour rester en vie.

A l’approche de la défaite du IIIe Reich, l’intérêt des nazis pour ces Juifs « utiles » faiblit.

A noter que des projets d’échanges de Juifs européens ont échoué en raison des pressions du grand mufti de Jérusalem Amin al-Husseini hostile à leur arrivée en Palestine mandataire. Cet important dirigeant arabe palestinien, mentor d'Arafat, est responsable de la mort de « 4 000 enfants orphelins Juifs polonais et de 400 juifs adultes qui furent assassinés à Auschwitz en raison de son opposition en 1942 à leur transfert en Palestine mandataire en échange de prisonniers de guerre allemands pronazis. Il a convaincu des gouvernements hongrois, roumain et bulgare pronazis d’envoyer leurs Juifs vers les camps de la mort plutôt que d’accepter leur immigration en Palestine mandataire » (Chuck Morse, The Nazi Connection to Islamic Terrorism, Adolf Hitler and Haj Amin al-Husseini. iUniverse.com, 2003).


de Caroline Schmidt, Stefan Aust et Thomas Ammann
2011, 52 minutes
Diffusions les :
-  14 septembre 2011 à 21 h 35 et 20 septembre 2011 à 10 h 55 ;
23 septembre à 23 h 20 et 29 septembre 2014 à 9 h 50.


Visuels : © NDR-Agenda Media

Articles sur ce blog concernant :
- Affaire al-Dura/Israël
Chrétiens
Culture
- Il ou elle a dit...
Judaïsme/Juifs
Monde arabe/Islam
- Shoah (Holocaust)


Cet article a été publié le 14 septembre 2011.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire