Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

dimanche 6 mai 2018

True Jews and Patriots: Australian Jews and World War One


Le musée Juif d’Australie a présenté l’exposition True Jews and Patriots: Australian Jews and World War One (Vrais Juifs et patriotes : Les Juifs australiens et la Première Guerre mondiale). Un partenariat avec la Victorian Association of Jewish Ex & Servicemen & Women Australia (VAJEX AUSTRALIA). Costumes militaires, photographies, bottes, etc. évoquent les contributions de ces Juifs australiens, dont l’un des meilleurs militaires de ce conflit : le lieutenant général Sir John Monash  (1865-1931), officier le plus gradé et ingénieur érudit né en 1865 de parents d’origines allemande et polonaise. A Sydney, le 3 mai 2018, lors de sa visite en Australie, le Président de la République Emmanuel Macron "a remercié l'Australie pour l'engagement de ses soldats dans les conflits mondiaux, notamment la Première guerre mondiale, lors d'une cérémonie à l'occasion du centenaire de l'Anzac (Australian and New Zealand Army Corps)".


L’exposition True Jews and Patriots: Australian Jews and World War One évoque « le contexte social qui a motivé leur participation et l’impact dévastateur de la guerre sur les Juifs autraliens ». Le titre est emprunté à la nécrologie du capitaine Keith M Levi publiée par le Jewish Herald (27 août 1915) : « Comme le vrai Juif et patriote qu’il était, il a tout donné à son pays. Il a fait écho aux sentiments loyaux qui animent tous les Juifs britanniques ». Pour la commissaire de l’exposition Deborah Rechter, « les Juifs australiens sont partis à la guerre pour sécuriser les libertés et la démocratie qu’ils ont trouvées ici. Ils voulaient participer pleinement à la société civile et garantir ces droits à leurs enfants”. 

A l’aube du XXe siècle, 15 000 Juifs vivaient en Australie, et la ville de Victoria comptait environ 3 000 Juifs, dont 13% se sont engagés pour servir lors de cette « guerre visant à mettre un terme à toutes les guerres”. 
Selon Harold Boas, un des contributeurs de l’Australian Jewry Book Of Honour – the Great War (1923), 2 304 hommes Juifs se sont enrôlés dans les Australian Imperial Forces pendant la Première Guerre mondiale, soit 13% de la communauté juive australienne

Parmi eux, quelques 300 ont fait le « sacrifice suprême » de leur vie. Soit un taux supérieur à leur pourcentage dans la population australienne.

Plus de cent Juifs australiens ont été distingués par l’Armée ou mentionnés dans des rapports, et l’un d’entre eux a reçu la Victoria Cross : Leonard Keysor a servi dans l’AIF First Battalion à Gallipoli, et a été décoré pour « son courage remarquable et son dévouement au devoir » lors de la bataille de Lone Pine. Il a servi à Pozières en France, et obtenu le rang de Lieutenant. 

Issy Smith – anciennement Israel Shmulevitch – a servi avec les Britanniques dans le First Battalion du Manchester Regiment, et a reçu la VC pour héroïsme à Ypres en 1915. A la fin des années 1930, Smith a rejoint l’Australian Civil Aviation Department. 

Quant à Eliezer Margolin, il a reçu la DSO pour son rôle à Gallipoli, commandé le 39e Battalion Royal Fusiliers en « Palestine », et après l’armistice a organisé le « Premier Bataillion de Judée (First Jewish Battalion of Judea). Le lieutenant Philip Harris a édité Aussie, magazine dans les tranchées. 

Le Dr Simon Crownson Joel d’Australie occidentale, officier médecin, est devenu capitaine. 

Le Lieutenant-Colonel Harold Cohen a commandé des unités au Moyen-Orient, en Grande-Bretagne et en France, et a reçu de nombreuses décorations.

L’un des plus admirés, John Monash, a dirigé la Fourth Infantry Brigade de l’AIF en 1914–15, le Second Australian convoy (arrivé en Egypt en 1915), la Third Australian Division en 1916, et a été nommé Lieutenant-General et commander de l’Australian Army Corps en 1918. Après l’Armistice, Monash a commandé le rapatriement général et la démobilisation de l’AIF. Il a été honoré par les KCB (1918), GCMG (1919), Légion d'Honneur et Croix de Guerre, ainsi que par l’American Distinguished Service Medal. En 1930, il a atteint le rang de General, premier Jew dans une armé à atteindre ce rang. Monash a été décrit par le Premier ministre britannique David Lloyd George comme le général ayant « le plus de ressources dans l’armée britannique ». 

A l’exemple de l’infirmière Rose Shappere active lors de la guerre des Boers en Afrique du sud (1899-1902), des Australiennes Juives ont servi au front : Leah Rosenthal a été récompensée par la Royal Red Cross « pour sa remarquable implication au devoir en zone dangereuse ».

Un aumônier Juif a aussi servi dans les rangs de l’armée australienne. 

Les effets du conflit furent dramatiques  : mort de nombreux jeunes Juifs, Juives australiennes demeurées célibataires, etc. 

Décimée, la communauté Juive australienne a vu ses rangs s’étoffer par les réfugiés fuyant l’Europe dans les décennies suivantes.

Israël
Le 31 octobre 2017, à Beer Sheva, Israël, l'Australie et la Nouvelle Zélande ont célébré le centenaire de la prise de la ville par l’armée britannique ainsi que par des cavaleries autralienne et néo-zélandaise.

France
A Sydney, le 3 mai 2018, lors de sa visite en Australie, le Président de la République Emmanuel Macron "a remercié l'Australie pour l'engagement de ses soldats dans les conflits mondiaux, notamment la Première guerre mondiale, lors d'une cérémonie à l'occasion du centenaire de l'Anzac (Australian and New Zealand Army Corps)".

Le Président Emmanuel Macron a déclaré en anglais, en présence du Premier ministre australien Malcolm Turnbull, des vétérans et d'élèves australiens et français : "Je sais ce que mon pays vous doit. C'est avec émotion et honneur que je suis venu vous dire au nom de la France : thank you, merci de ce que vous avez fait pour nous. Quand la liberté est en danger, même à l'autre bout du monde, elle est partout menacée. C'est pour elle que les diggers (nom donné aux poilus australiens) sont tombés, si loin de leur terre natale. Nous inscrire dans leur pas, c'est combattre côte à côte le terrorisme comme nous le faisons au Levant. C'est construire pour les 50 ans à venir un partenariat stratégique d'exception. C'est refuser de se résoudre à l'impuissance quand ces indicibles souffrances sont infligées à des hommes, des femmes, des enfants en Syrie, avec des armes chimiques". Le Chef de l'Etat a salué "le soutien de l'Australie dans l'opération conjointe menée avec les Américains et les Anglais "contre les capacités chimiques du régime syrien".

"Cet hommage intervient quelques jours après des célébrations similaires dans la Somme en France, par les Premiers ministres français et australien, Édouard Philippe et Malcolm Turnbull, pour commémorer le centenaire de la bataille de Villers-Bretonneux, qui stoppa l'avancée allemande vers Amiens, pendant la Première guerre mondiale. Emmanuel Macron a aussi remis les insignes de Chevalier de la Légion d'honneur à trois anciens combattants australiens de la Seconde guerre mondiale, âgés de 91 à 101 ans".


Jusqu'au 31 janvier 2016
Au Jewish Museum of Australia
PO Box 117
St Kilda Victoria 3182. Australia
Tel: 61 3 8534 3600
Du mardi au jeudi de 10 h à 16 h, le vendredi de 10 h à 15 h, le dimanche de 10 h à 17 h
    
A lire sur ce blog :
Les citations proviennent du dossier de presse. Cet article a été publié le 30 janvier 2016, puis le 4 novembre 2017.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire