Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mercredi 4 janvier 2017

« Eviva Hollywood. Les Espagnols à Hollywood » de Ramón Colom et Pablo Bujosa


Arte diffusera le 4 janvier 2017 « Eviva Hollywood. Les espagnols à Hollywood » (Eviva Hollywood. Die Spanier in der Traumfabrik, Spanish Hollywood), documentaire de Ramón Colom et Pablo Bujosa. « Depuis les débuts du cinéma hollywoodien, les Espagnols ont toujours occupé une place à part. De Conchita Montenegro, la reine du muet, à Javier Bardem, retour sur ces acteurs hispaniques qui ont marqué l'histoire du cinéma américain ». Certains sont anti-israéliens. Des Juifs sépharades ont aussi poursuivi leur carrière à Hollywood.


Le « muet fit la gloire de Conchita Montenegro et Antonio Moreno, le latin lover par excellence ». 

« Avec l’avènement du parlant, la question des accents exotiques devient cruciale et les acteurs et actrices d’origine hispanique sont dès lors plus appréciés pour le marché sud-américain… » 

Mais « Jose Luis de Villalonga tournera pour Orson Welles dans Citizen Kane et Hitchcock invite Dali dans La maison du Dr Edwards » avec Ingrid Bergman

Dans « les années 1950, la beauté sensuelle de Carmen Sevilla et Sara Montiel crève l’écran ». 

« Plus récemment, en 1999, Almodovar reçoit pour Tout sur ma mère l’Oscar du meilleur film étranger, mais il résiste aux sirènes d’Hollywood ». 

« Aujourd’hui, les Américains font fête à Penelope Cruz, Javier Bardem et Antonio Banderas ».

Divers sites Internet listent des acteurs à Hollywood aux origines sépharades : Daniel Hendler, élevé en Uruguay, Lee Michele, dont le père est espagnol, Shelley Morrison née Rachel Mitrani dans une famille de Juifs espagnols à New York, Sara Paxton a une mère juive mexicaine...

Opération Bordure protectrice
A l'été 2014, après des années pendant lesquelles le Hamas a tiré des roquettes vers les Israéliens à partir de la bande de Gaza, l'Etat d'Israël a mené l’opération israélienne défensive « Protective Edge » (Bordure protectrice, 8 juillet-26 août 2014) contre ce mouvement terroriste Hamas.

Des artistes espagnols n'ont pas hésité à afficher leurs opinions anti-israéliennes. Ainsi, le 25 juillet 2014, le comédien espagnol Javier  Bardem a publié une lettre anti-israélienne, en espagnol et en anglais ("Génocide"), dénonçant une "guerre d'occupation et d'extermination contre un peuple sans défense, confiné dans un petit territoire". Le 31 juillet 2014, il signait avec le réalisateur Pedro Almodóvar, son épouse Penélope Cruz et des dizaines d'artistes espagnols, un texte virulent anti-israélien dans lequel ils ont exprimé leur  "indignation devant le génocide qui est perpétré par l'armée d'occupation israélienne dans la bande de Gaza contre la population civile palestinienne".  Ajoutons que si Penélope Cruz a utilisé sa célébrité pour soutenir PETA, association de défense des animaux, elle a honni l'Etat Juif.

Le producteur Ryan Kavanaugh a été l'un des rares dirigeants de Hollywood à exprimer son indignation le 2 août au Hollywood Reporter : "Petit-fils de survivants de la Shoah, je sais que quiconque appelant ce qui se passe en Israël un "génocide" au lieu de l'auto-défense est soit un ignorant et ne devrait pas commenter, soit un vrai antisémite". Il a dit avoir reçu plus de 500 lettres, courriels et d'appels de soutien, en particulier de dirigeants de l’industrie cinématographique, dans les 24 heures suivant sa déclaration. Et The Hollywood Reporter a publié le 13 août 2014 la lettre publique de ce producteur de Relativity Media et récipiendaire du Prix de l'ADL (Anti-Defamation League) pour l'industrie du spectacle, exhortant Hollywood à soutenir Israël, dont il a loué la créativité et le respect des libertés, contre le Hamas terroriste, misogyne, liberticide et célébrant la mort.

Et c'est l'acteur américain Jon Voight, fervent sioniste, qui a publié dès le 2 août 2014 une lettre défendant l'Etat d'Israël, rappelant son histoire jalonnée de guerres déclenchées par ses voisins Arabes, et le danger de susciter ou d'alimenter l'antisémitisme par de telles déclarations partiales.

Devant l'indignation suscitée outre-atlantique par cette position choquante qualifiée par certains d'antisémite, le couple oscarisé Bardem-Cruz a publié des déclarations nuançant fortement sa position initiale, a reconnu son manque d'expertise sur ce sujet, a affirmé détester l'antisémitisme, et s'est présenté comme apôtre de la paix. Ce qui ressemblait à une opération comm' de crise.

D'après divers journaux américains dont The Hollywood Reporter, le couple Bardem-Cruz aurait été officieusement ostracisé  par des studios hollywoodiens qui soutiennent Israël ou souhaitent rester à l'écart de la controverse. Un producteur a confié à ce magazine influent : "Je crois que tout dirigeant ou producteur essaiera de calculer,  avant de travailler avec Penelope Cruz ou Javier Bardem dans le proche avenir, ce que leur valeur est dans les marchés internationaux majeurs. Et dans quels territoires ils ont ont du s'aliéner des gens par leur déclaration. Cela peut n'être pas beaucoup de marchés. Mais tout cela, c'est vraiment du business." L'acteur pro-israélien Jon Voight est hostile à une liste noire.


« Eviva Hollywood. Les espagnols à Hollywood » de Ramón Colom et Pablo Bujosa
Espagne, Allemagne, France, 2009, 60 min
Producteur/-trice : Juan Carlos de la Hoz, Javier G. Salanova
Scénario : Pablo Bujosa
Sur Arte le 4 janvier 2017 à 2 h 35

Visuels : © Sagrera
Bigas Luna parle de son expérience en tant que réalisateur espagnol à Hollywood
Antonio Banderas (au centre)

Articles sur ce blog concernant :
Les citations sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire