Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

samedi 19 mars 2016

Les enfants modèles de Claude Renoir à Pierre Arditi


C’est aux enfants ou neveux d’artistes, modèles sages ou turbulents, « posant volontairement ou à contrecœur » ou croqués à leur insu, que le musée de l’Orangerie a consacré cette exposition au catalogue éponyme Les enfants modèles de Claude Renoir à Pierre Arditi. Tableaux et sculptures sont confrontés aux souvenirs des enfants devenus adultes. Des vêtements et jouets d’époque – corde à sauter, cheval à roulettes, voiture à pédales, panoplie d’outils - semblent sortir d’œuvres exposées. Le 20 mars 2016, Arte diffusera L'art et l'enfant, documentaire de Jérôme-Cécil Auffret et Thibaut Camurat : "À l'occasion de l'exposition proposée par le musée Marmottan Monet, à Paris, une exploration des liens entre la peinture et l'enfance à travers les œuvres des grands maîtres européens, du Moyen Âge jusqu'au siècle de Picasso. 1969. Pablo Picasso peint Le peintre et l'enfant. Une toile qui met en scène un bambin prenant le pouvoir sur le peintre, pinceau à la main. Pour en arriver à ce que la jeunesse soit considérée comme un sujet d'expression artistique à part entière, il aura fallu des générations de peintres, de Jean Fouquet à Matisse, de Vélasquez à Renoir, de Van Dyck à Miró. Le documentaire de Jérôme-Cécil Auffret et Thibaut Camurat déroule le récit croisé de deux grandes histoires : celle de l'art et celle du statut de l'enfance au fil des siècles. À travers les grands chefs-d'oeuvre de la peinture, l'on découvre comment le regard de l'artiste a évolué au fil des siècles, entraînant avec lui le bouleversement des canons esthétiques de représentation. Entre toiles de maîtres et regards d'enfants, l'histoire s'illustre ici en creux, reflet d'une réalité sociale mouvante".


Marque de tendresse, volonté de capter un instant fugace de l’enfance d’un être cher, exercice de style, volonté de mêler leur art et la vie familiale ou de peindre leurs proches selon leur « école picturale » - impressionnisme, nabi, fauvisme, cubisme -, souhait de les faire entrer dans l’éternité, peut-être muséale, choix de « simples sujets d’études », « prétexte à des explorations formelles »… Des artistes ont pris comme modèles leurs enfants ou leurs neveux.

Ce fut presque une spécialité pour certains, tels Pierre-Auguste Renoir (Claude Renoir jouant, 1905), Maurice Denis « le nabi aux belles icônes » (La boxe, 1918), Georges Sabbagh ou Pablo Picasso croquant Claude et Paloma, les enfants nés de son union avec une autre artiste Françoise Gilot.

Pas facile de faire poser un enfant. Dans leurs souvenirs, des artistes ont raconté les stratagèmes utilisés pour qu’un enfant reste immobile, tranquille.

Sculptés ou peints en habits de Pierrot, de clowns ou de zouave, en costume rayé de marin ou encore en jeans et baskets, près de jouets – cheval de bois, maillet de croquet, cerceau (Jeune garçon au cerceau de Charles Lévy), poupée, voilier de bassin -, pendant des vacances ou une leçon de violon, seuls, avec leur mère ou en « clan », ces enfants, au regard grave ou triste, ne constituent plus un « petit sujet » dans l’histoire de l’art.

A côté des œuvres, un texte ou parfois une vidéo les contextualise en donnant la parole aux enfants devenus adultes, et se souvenant de leurs envies d’aller jouer pendant ces heures de pose :  le comédien Jean-Paul Belmondo rêvait « de remonter le couloir de l’appartement familial en patin à roulettes avec son frère Alain, Pierre Arditi de pouvoir enfin descendre de sa chaise rouge où son père [Georges Arditi] l’avait vissé » pendant cette séance de pose silencieuse, scandée par l’ordre paternel « Ne bougez pas ! »

Parmi une centaine de tableaux, citons le portrait de Claude Lévi-Strauss sur un cheval mécanique (1912) par son père Raymond Lévi-Strauss, et Nadine et Mon fils de la sculptrice Chana Orloff.


Jusqu'au 8 mars 2010 
Au musée de l’Orangerie 
Jardin des Tuileries, 75001 Paris
Tél. : 01 44 77 80 07
Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9 h à 18 h

Visuels
La Boxe
Maurice Denis
1918, huile sur carton, 85 x 70 cm
collection particulière
© Catalogue raisonné Maurice Denis / ADAGP,
Paris 2009

La récitation
Lucien Jonas
1920, huile sur toile, 110 x 150 cm
collection particulière
© droits réservés

Jean-Paul enfant
Paul Belmondo
vers 1940, bronze, 35,5 x 29 cm
Musée des années 30
Boulogne-Billancourt, France
© musée des Années 30 / © photo Philippe
Fuzeau
© ADAGP, Paris 2009

Pierre et Catherine sur fond rouge
Georges Arditi
1949, huile sur bois, 128,5 x 97 cm
Collection particulière
© Photo François Doury / ADAGP, Paris 2009

Articles sur ce blog concernant :

Cet article a été publié le 27 février 2010, puis le :
- 15 janvier 2015. Arte diffusa le 15 mai 2015 à 13 h 30 French Cancan, de Jean Renoir, avec Jean Gabin et Françoise Arnoul ;
- 1er septembre 2015. Article republié en ce jour de rentrée scolaire pour les enfants en France et en Israël.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire