Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mardi 23 février 2016

La lutte « politiquement correcte » de l’UNESCO contre le racisme


Le 20 mars 2009, à l’occasion de la Journée contre le racisme et les discriminations (21 mars), l’UNESCO (Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture) a organisé en son siège parisien la conférence internationale « L’UNESCO contre le racisme : leçons du passé, défis actuels et perspectives futures » . Alternant louanges, demi-vérités et omissions, les discours ont exprimé une rhétorique « politiquement correcte », notamment dans la réhabilitation de la honteuse conférence onusienne sur le racisme dite « Durban I » (World Conference against Racism, Racial Discrimination, Xenophobia and Related Intolerance, Durban, 31 août-7 septembre 2001). Inquiétant à l’approche de « Durban II » (1)  (Genève, 20-24 avril 2009). Le 23 février 2016, Chérie FM diffusera La Journée de la jupe, de Jean-Paul Lilienfeld (2008) : "Sonia Bergerac, professeur dans un collège, est au bord de la dépression nerveuse depuis que son mari l'a quitté. Un matin, elle découvre une arme cachée dans le sac d'un élève. Elle s'en empare et, involontairement, tire sur l'un d'entre eux. Paniquée, elle prend la classe en otage..."


« La prévention et l’élimination du racisme et de la discrimination raciale [constituent] une obligation morale et un élément essentiel pour la démocratie et la stabilité de nos sociétés multiethniques et multiculturelles », affirmait, dans une déclaration lue devant 150 à 200 spectateurs, Koïchiro Matsuura, directeur de l’UNESCO soucieux de « préserver l’élan du processus de Durban » (2).

Et Pierre Sané, sous-directeur général de l’UNESCO pour les sciences sociales et humaines et ancien secrétaire général d’Amnesty International (AI), de souligner la mission de l’Organisation visant à « déconstruire les préjugés ».

La doxa « onusiennement correcte »
Les sessions étaient articulées autour de trois thèmes traités principalement par des responsables de directions à l’UNESCO, des ambassadeurs près de cette organisation, et des édiles de Montevideo (Uruguay) et de Nantes (France).

D’abord, les « étapes phares : Déclaration sur la race et les préjugés raciaux (1978) (2), Déclaration des principes sur la tolérance (1995) (3), Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance à Durban » (Afrique du Sud, 2001) (4), et Stratégie intégrée de lutte contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance (UNESCO, 2003 (5).

Pulat Taçar, ancien ambassadeur de Turquie près de l’UNESCO, se prévalait d’avoir introduit en 1991 le concept de « tolérance » dans les textes adoptés par cette organisation. « La charte des Nations unies et d’autres textes ne mentionnent pas la démocratie essentielle dans ce combat contre le racisme », regrettait Karel Vasak, ancien directeur de la Division des droits de l’homme à l’UNESCO. Et d’encourager l’éducation, la connaissance, pour mieux détruire les préjugés, notamment l’accusation injustifiée et diffamatoire de crime rituel (blood libel) dirigée contre les Juifs (6).

« Le racisme tue », assénait Doudou Diène, ancien rapporteur spécial de l’ONU sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance. Dans son discours réitéré de conférences en interviews, via des livres (7), il distinguait trois « tendances lourdes : une violence raciste, la démocratisation du racisme induite par son instrumentalisation qui fait gagner des voix – au travers des débats sur l’immigration et sur la lutte contre le terrorisme, de la banalisation des concepts de l’extrême-droite et des coalitions de gouvernement -, et la légitimation intellectuelle du racisme : retour du révisionnisme à travers la négation de l’Holocauste et de vieux concepts sur la figure du Juif, retour des concepts fondateurs du racisme anti-noir ».

Il listait « trois enjeux fondamentaux : deux concepts – identité et sécurité depuis le 11 septembre - émergeant pour légitimer le racisme, le front des mémoires non partagées par les victimes, et la notion de valeurs à partager opposée à l’intégration/assimilation ». Réfutait la thèse de Samuel P. Huntington sur le « clash des civilisations (8), entre le monde musulman et l’Occident ». Soulignait sur la nécessité de passer de « la diversité au pluralisme dans le respect de l’unité du pays ». Stigmatisait « la campagne tendant à dénigrer Durban ».

Des orateurs ont loué l’efficacité du combat contre l’apartheid, parlé du génocide au Rwanda (1994), ainsi que du rôle des médias dans l’incitation à la haine meurtrière à l’égard des Tutsis rwandais (9). 

Deuxième thème, la construction de « l’image de l’autre dans et à travers la culture, l’éducation, les sciences et les médias : l’éradication des préjugés et stéréotypes négatifs en explorant le rôle de la culture, de l’éducation, des médias et des sciences dans la construction d’une image positive de l’autre ». Insistant sur la publication par l’UNESCO d’atlas et d’histoires de l’humanité, Katerina Stenou, directrice de la division des politiques culturelles et du dialogue interculturel à l’UNESCO, regrettait de n’avoir pu évoquer le « dialogue des civilisations » (10).

Enfin, troisième thématique, « vivre ensemble dans les sociétés multiculturelles et multiethniques, [en] mettant en valeur le rôle de la Coalition internationale de villes contre le racisme, lancée en 2004 par l’UNESCO » (11) , et du sport, vecteur privilégié pour sensibiliser les jeunes générations (12).

Dr Georges Anastassopoulos, délégué de la Grèce auprès de l’UNESCO, dénonçait « ces espaces urbains détériorés qui se sont transformés dans nos zones métropolitaines en lieux qui semblent presque abandonnés, ou tacitement acceptés dans la conscience publique comme une ‘zone de non-droit’ ». Ce qui rend plus « urgent la nécessité et les difficultés de la promotion du dialogue et de la compréhension. Les municipalités devraient donc être à l’avant-poste de la bataille contre le racisme ».

C’est Delphine Bouffénie, adjointe au maire de Nantes chargée de l’intégration, l’égalité et la citoyenneté, qui résumait les efforts déployés, par tous les services de la municipalité de cette cité signataire de la Coalition des villes, afin de favoriser une meilleure connaissance des immigrés. Et elle dénonçait la « lepénisation des esprits en France depuis quelques années ».

Des omissions révélatrices 
Cette conférence a pêché souvent par quelques mensonges, parfois rectifiés en partie quelques minutes après leur énoncé, et surtout des omissions révélatrices.

Quel silence sur les menaces répétées de destruction d’Israël par le président iranien Ahmadinejad et sur le génocide au Darfour !

Comme preuve de la bonne volonté onusienne, Karel Vasak avançait que sa résolution assimilant en 1975 le sionisme à une forme de racisme (13) avait disparu rapidement. « Non, pas très rapidement, mais 16 ans après son adoption, au vu des dommages induits », répliquait Shimon Samuels, directeur des relations internationales du Centre Simon Wiesenthal (CSW). En effet, l’annulation en 1991 de la conclusion de cette résolution infâme fut obtenue après un long combat où les organes de l’ONU n’ont guère brillé, et malgré l’opposition de nombreux pays musulmans. Ajoutons que les fondements (préambule) de cette résolution perdurent (14).

Ancien responsable onusien controversé (15), Doudou Diène occultait dans son analyse, l’antisémitisme de mouvements d’extrême-gauche, des islamistes et de victimes mêmes du racisme, celui revêtu des habits de l’antiracisme et de l’antisionisme (16), et, parmi les discriminations, la « discrimination positive ». Et si, lors du débat avec le public, il listait rapidement la montée du « racisme anti-Arabes, anti-Blancs, la haine du christianisme assimilé à l’Occident » - ce qui celait des motifs religieux à la persécution des chrétiens -, c’était pour mieux défendre le processus de Durban.

Brandissant le « document final » (17) - déclaration et programme d’actions de Durban I -, non distribué par l’UNESCO, Doudou Diène alléguait qu’ « aucun Etat n’y était singularisé et [ce document] avait « été approuvé à l’unanimité… Le lendemain de Durban, le 9 septembre, Israël a reconnu la qualité de ce document ». Or, celui-ci a été approuvé, après le retrait des Etats-Unis et d’Israël indignés de « la singularisation d’un seul Etat membre des Nations unies, Israël », précisait Shimon Samuels. Et avec des réserves de certains pays. Et si Shimon Peres, alors ministre des Affaires étrangères, avait salué la capacité israélienne à convaincre de nombreux Etats de lutter contre tous les dévoiements de cette conférence par la Ligue arabe, Alan Baker, conseiller juridique dudit ministre, avait noté les éléments problématiques dans cette déclaration (18).

En outre, la dénonciation par Doudou Diène de la montée de la « l’islamophobie, c’est-à-dire la haine de l’islam et de ses pratiquants » (19) empêche tout examen critique de l’islam, et la « diffamation de religion » (20) est l’un des enjeux majeurs, avec la défense du caractère universel des droits de l’homme, de « Durban II ».

Doudou Diène stigmatisait le « silence et la connivence » ayant accueilli le livre de Pascal Sevran en 2006 (21), les propos du Président Nicolas Sarkozy sur l’homme africain  (22) et du Prix Nobel de médecine James Watson en 2007 (23), mais il ignorait les propos controversés d’Elie Domota, porte-parole du collectif guadeloupéen LKP, prononcés quelques semaines plus tôt sur la question raciale (24).

Il évoquait la montée actuelle de toute les formes de racisme, « l’antisémitisme, dans ses terres historiques parce qu’il est né en Europe, et dans d’autres continents qui n’ont pas de tradition historique de l’antisémitisme à cause de la lecture ethnique du conflit israélo-palestinien » (25). Mais, outre son analyse partielle, superficielle et étrange, il ne désignait pas l’antisémitisme si violent lors de la récente guerre défensive d’Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza achevée en janvier 2009 (26).

Autres « sujets tabous », pourtant dans l’actualité : les discriminations et meurtres des albinos en Afrique (Burundi, Cameroun) (27), et, comble de l’ironie, les émeutes à Malmö, membre de cette Coalition internationale de villes contre le racisme (28)  provoquées par des individus anti-israéliens en marge de la rencontre de Coupe Davis entre Israël et la Suède (29), jouée à huis clos à la demande de la municipalité.

Observons enfin le silence sur les résolutions partiales singularisant le seul Etat juif, adoptées depuis plusieurs années lors des deux sessions annuelles du Conseil exécutif de l’UNESCO (30). A noter qu’en plus des deux traditionnelles résolutions sur Jérusalem (31) et les institutions éducatives et culturelles palestiniennes (32), l’Organisation étudiera lors de sa 181e session (14-30 avril 2009) le suivi de la rampe des Maghrébins (Jérusalem) (33) et le point inscrit à l’ordre du jour et intitulé « L’agression contre la bande de Gaza et les moyens de faire face à ses conséquences » (34).

Force est de conclure que cet « onusiennement ou unescoment correct » réduit l’efficacité de ce combat contre le racisme, l’antisémitisme ou les discriminations, car il n’appréhende pas et ne présente pas toute la réalité : il occulte des causes dérangeantes pour certains, mais réelles à ces maux.

Le soir même, retour à la réalité. La chaîne publique franco-allemande Arte diffusait « La journée de la jupe », film Jean-Paul Lilienfeld avec Isabelle Adjani (35). Un film dénonçant l’antisémitisme, la violence, le sexisme, la misogynie et la délinquance d’élèves issus de la « diversité culturelle » au sein d’un lycée de « zone sensible dans la société multiculturelle » française (36). Et son grand succès d’audience – 2 245 000 téléspectateurs - révèle qu’il répond à l’attente par des citoyens d’un langage de vérité.


(1) Gérard Fellous et Richard Prasquier, Droits humains fragilisés, Le Monde, 18 décembre 2008,
Source : Blaise Lempen, ATS-Genève, Négociations tendues autour de "Durban II", 23 janvier 2009, Amir Gutfreund, Peine d’amour perdue !, 21 mars 2009,  http://www.lemonde.fr/archives/article/2009/03/21/peine-d-amour-perdue-par-amir-gutfreund_1170902_0_1.html
Malka Marcovich :
Les Nations Désunies : Comment l'ONU enterre les droits de l'homme. Ed. Jacob-Duvernet, 2008. 186 pages. ISBN : 978-2847241976
Interview par Marie-France Etchegoin, Quand l’ONU déraille, De Durban à la conférence de Genève, 26 mars 2009,
blog : http://malkamarcovich.canalblog.com/
The Israel Project, Durban II : Une autre conférence antisémite de l'ONU ?, 2 février 2009, http://www.theisraelproject.org/site/apps/nlnet/content2.aspx?c=hsJPK0PIJpH&b=3942073&content_id=%7B457DD2D0-1417-43EE-A7B9-C71E9375B332%7D&notoc=1
Israel's Foreign Ministry rejects latest draft of 'Durban II' declaration, 19 mars 2009, http://www.worldjewishcongress.org/news/globalnews/gn_archives/2009/03/gn_090319_durban.html
La pétition de l'Association citoyens laïques républicains (CLR) demande que la France, pays des droits de l’homme, s’abstienne de participer à Durban II, conférence de suivi de Durban I - http://www.petition.fm/petitions/durban2 - a recueilli 7 450 signatures.

(2) http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001809/180910f.pdf
L'UNESCO contribue à la lutte contre le racisme et la discrimination par le biais de la recherche, de divers instruments normatifs et de programmes et de projets opérationnels, http://portal.unesco.org/shs/fr/ev.php-URL_ID=1376&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

(3) http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=13161&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

 (4) http://www.unesco.org/cpp/fr/declarations/tolerance.htm

(5) Déclaration et programme d’action,
http://www.aidh.org/Racisme/Durban_fr.pdf Durban Update: Final Declaration Recognizes Palestinian Right of Return; Omits Language Critical of Israel,8 septembre 2001, http://www.adl.org/durban/
 
(5) Elaboration d'une stratégie intégrée de lutte contre le racisme, la discrimination, la xénophobie et l'intolérance, 32 C/13, 1er septembre 2003, http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001312/131202f.pdf

(6) Véronique Chemla, Une réunion sur l’affaire al-Dura calamiteuse pour France 2, 25 septembre 2008

  (7) Eliminating racism in a changing world: arguments for a new strategy, in Dimensions of Racism, vol. 1. UN, 2005
Le rapporteur spécial, Doudou Diène, recommande aux nations unies d’établir un observatoire des manifestations racistes, AG/SHC/3902, 7 novembre 2007, http://www.un.org/News/fr-press/docs/2007/AGSHC3902.doc.htm
Stéphanie Plasse, Doudou Diène, rapporteur spécial de l’ONU, passe le président français au crible,13 novembre 2007, http://www.afrik.com/article12907.html

(8) Samuel P. Huntington, Le Choc des civilisations. Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean-Luc Fidel, Geneviève Joublin, Patrice Jorland et Jean-Jacques Pédussaud. Odile Jacob, 2007. 400 pages. ISBN 978-2-7381-1978-0

(9) Jacques Sémelin, Claire Andrieu, Sarah Gensburger, La résistance aux génocides, De la pluralité des actes de sauvetage. Presses de Sciences-Po, 2008. 556 pages. ISBN-13 978-2-7246-1089-5

(10)  Véronique Chemla, Interview de Bat Ye’or sur Eurabia, l’OCI et l’Alliance des civilisations, 15 juillet 2008

(11) http://portal.unesco.org/shs/fr/ev.php-URL_ID=3061&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

(12) « Voix des jeunes contre le racisme » : Les jeunes mobilisés pour combattre le racisme dans le sport », http://portal.unesco.org/shs/fr/ev.php-URL_ID=12319&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

(13)  Sionisme=racisme : résolution 3379, votée et abrogée par l'ONU, http://www.upjf.org/detail.do?noArticle=9188&noCat=127&id_key=127
http://www.cid-online.be/article.php3?id_article=71
 Israeli Ambassador Herzog's Response To Zionism Is Racism Resolution, 10 novembre 1975, http://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/UN/herzogsp.html

(14) Association France-Israël - Alliance Général Kœnig, La résolution ONU « sionisme=racisme » n’est pas annulée, 13 novembre 2005, http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=3971

(15) Communiqués du CSW :
 Le Centre Wiesenthal au Commissaire des Nations Unies pour les droits de l'homme : " Le Rapporteur sur le Racisme ne doit pas avaliser l'antisionisme et la Commission ne peut pas fournir une entrée dérobée pour la réincarnation de la Résolution ‘Sionisme=Racisme’ de 1975 ", 6 janvier 2005, http://www.wiesenthal-europe.com/csw/CSWPages/csweurope_pressreleases_fichiers/6janvier2005.htm
 Le Centre Wiesenthal répond: " Quelle 'HOUTZPA’ (toupet) !" au rapport de la Commission pour les Droits de l'homme des Nations Unies légitimant l'antisionisme et qui recommande aux communautés juives de "s'opposer à toute utilisation du Judaïsme pour légitimer ou justifier la violence politique", 21 mars 2005, http://www.verbelumiere.org/csw/CSWPages/csweurope_pressreleases_fichiers/21mars2005.htm
 Le Centre Wiesenthal au Rapporteur spécial sur le racisme de la Commission des Nations unies pour les droits de l'homme : "La publication officielle saoudienne d'une caricature antisémite d'un juif sous forme de rat nazi est-elle de l'antisémitisme ou de l'antisionisme? Votre réponse sera un test de l'intégrité onusienne de son combat contre le racisme", 4 avril 2005, http://www.wiesenthal-europe.com/csw/CSWPages/csweurope_pressreleases_fichiers/4avril2005.html
Malka Marcovich, Doudou Diène aurait-il une vision sélective du racisme et du monde ?, 16 mai 2008, http://malkamarcovich.canalblog.com/archives/2008/05/16/9198550.html

(16) Pierre-André Taguieff, La Judéophobie des Modernes, Des Lumières au Jihad mondial. Odile Jacob, 2008. 688 pages. ISBN : 2-7381-1736-8

(17)  http://www.unhchr.ch/pdf/Durban_fr.pdf

(18) Le 9 septembre 2001, Shimon Peres, alors ministre israélien des Affaires étrangères, se réjouissait que « la résolution finale soit une réalisation très importante, une réussite pour la démocratie israélienne. C’est une douloureuse défaite pour la Ligue arabe qui a tenté de déformer, mentir et inciter. Le monde démocratique a aussi dit : il y a une limite aux absurdités que cette Ligue de haine tente d’imposer. Israël a réussi essentiellement dans ses efforts pour rallier la plupart du monde éclairé à sa cause : les Etats-Unis, l’Union européenne, l’Europe orientale, l’Australie, le Canada, la Russie, l’Inde, l’Amérique latine. Dans tous les pays ayant voté et agi contre nous, il n’y a ni démocratie ni droits de l’homme, ni tolérance ».
Ce même jour, Alan Baker, conseiller juridique dudit ministre, nuançait : « La bonne nouvelle est qu’il n’y a pas d’équation du sionisme et du racisme. Nous avons lutté contre ceci et avons gagné... Les Européens ont compris rapidement que l’intention [de certains] était de politiser et détruire cette conférence dont les buts étaient bons… Les mauvaises nouvelles : d’abord, le fait que les Palestiniens ont réussi à insérer des passages partisans et spécifiques concernant le conflit israélo-palestinien dans une déclaration de la conférence sur le racisme. Ce qui n’aurait jamais du avoir lieu. De plus, le retrait de la haine déployée à cette conférence n’est pas fini… Cette déclaration reconnaît le droit pour les réfugiés de retourner de leur plein gré dans leurs biens et maisons, avec la dignité et la sécurité, et que tous les Etats sont encouragés à faciliter leur retour. Bien qu’aucune référence ne vise notre cas, c’est la première fois, selon moi, qu’un organisme international sérieux a évoqué le droit au retour des réfugiés alors que, selon le droit international, un tel droit n’existe pas »  retraits, réserves, non adoption par Israël.
 Durban Update: Final Declaration Recognizes Palestinian Right of Return; Omits Language Critical of Israel,  8 septembre 2001, http://www.adl.org/durban/

(19) Pascal Bruckner, Le chantage à l’islamophobie, Le Figaro, 5 novembre 2003, http://www.cid-online.be/article.php3?id_article=69
Eric Conan, Qui parle d’islamophobie, L’Express, 2 décembre 2003, http://www.lexpress.fr/actualite/societe/religion/qui-parle-d-islamophobie_494287.html
Caroline Fourest & Fiammetta Venner, Islamophobie ?, Prochoix, n°26-27, http://www.prochoix.org/frameset/26/islamophobie26.html
Daniel Pipes, Islamophobie ?, New York Sun, 25 octobre 2005, adaptation française d’Alain Jean-Mairet

(20) Véronique Chemla, Interview de Bat Ye’or sur Geert Wilders et l’OCI, 18 février 2009 Véronique Chemla et Guy Senbel, Notre liberté chérie, 6 octobre 2006, http://www.guysen.com/articles.php?sid=5111

(21)  Parolier et animateur d’émissions télévisuelles, Pascal Sevran a écrit le livre Le privilège des jonquilles (Albin Michel, décembre 2005). Interrogé près d’un an après sur cet ouvrage, le journal  Le Var Matin lui attribuait cette phrase : « La bite des Noirs est responsable de la famine en Afrique … Et alors ? C’est la vérité ! L’Afrique crève de tous les enfants qui y naissent sans que leurs parents aient les moyens de les nourrir. Je ne suis pas le seul à le dire. Il faudrait stériliser la moitié de la planète ! » Ces propos soulevaient l’indignation, chez des politiciens et des associations de lutte contre le racisme. La direction du groupe France Televisions diffusant l’émission de variétés de Pascal Sevran émettait une « très ferme mise en garde, qui a valeur de sévère avertissement ». Après avoir dit sur Europe 1 : « Je n'ai pas de comptes à rendre, ni à vous ni à personne. Je dis ce que je veux et j'écris ce que je veux ! Me considérer comme un néo-nazi est une belle connerie », Pascal Sevran présentait ses excuses « aux hommes et aux femmes [qu’il a] pu peiner » et leur disait sa « tendresse ».

(22) Allocution de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, prononcée à l'Université de Dakar, 26 juillet 2007, http://www.elysee.fr/elysee/elysee.fr/francais/interventions/2007/juillet/allocution_a_l_universite_de_dakar.79184.html

(23)  James Dewey Watson et Maurice Wilkins ont reçu le Prix Nobel de médecine (1962) pour leur découverte en 1953 de la structure de l’ADN. Une découverte qui n’aurait pu avoir lieu sans les radiographies aux rayons X de l’ADN effectuées par la chimiste et biologiste Rosalind Franklin (1920-1958).
James D. Watson a déclaré au Sunday Times (14 octobre 2007) : « était « par nature triste sur l'avenir de l'Afrique » parce que « toutes nos politiques sociales sont fondées sur le fait que l’intelligence [des Africains] est la même que la nôtre [Ndlr : Occidentaux], alors que tous les tests disent que ce n'est pas le cas. [Il pense que tous les individus sont égaux mais il réplique que] les gens qui ont eu affaire à des employés noirs trouvent que ce n’est pas vrai… [On ne doit pas discriminer sur le fondement de la couleur]… Il n’y a pas de raison forte d’escompter que les capacités intellectuelles de gens séparés géographiquement dans leur évolution auraient évolué de manière identique ». Il a présenté ses excuses à ceux qui avaient « déduit de ses mots que l’Afrique, en tant que continent, est génétiquement inférieure » et a été sanctionné pour ces propos.
Charlotte Hunt Grubbe, The elementary DNA of Dr Watson, 14 octobre 2007, http://entertainment.timesonline.co.uk/tol/arts_and_entertainment/books/article2630748.ece

(24) Rodolphe Geisler, Guadeloupe : Elie Domota menace les patrons, 6 mars 2009, http://www.lefigaro.fr/politique/2009/03/07/01002-20090307ARTFIG00212-guadeloupe-elie-domota-menaceles-patrons-.php
     Ivan Rioufol : http://blog.lefigaro.fr/rioufol/
 Quand la gauche immature joue avec le feu, 27 février 2009, http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2009/02/
 En finir avec la République des aveugles, 13 mars 2009
 L’imposture des antiracistes, 4 mars 2009,
Yves Thréard, Guadeloupe : le hold-up, 6 mars 2009, http://blog.lefigaro.fr/threard/2009/03/guadeloupe-le-hold-up.html
 Guadeloupe - Domota et son "dérapage inadmissible", 9 mars 2009, http://tf1.lci.fr/infos/france/politique/0,,4299272,00-domota-et-son-derapage-inadmissible-.html

(25) Mark R. Cohen, The new Muslim anti-Semitism, 2 janvier 2008, http://www.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1198517277167&pagename=JPost%2FJPArticle%2FShowFull
Bernard Lewis, Muslim Anti-Semitism, Middle East Quarterly, juin 1998, http://www.meforum.org/396/muslim-anti-semitism

(26) Véronique Chemla, Quand la « rue arabe » pro-palestinienne défile…, 13 janvier 2009,

(27) En Afrique, les albinos paient de leur vie les superstitions,  5 décembre 2008, http://www.20minutes.fr/article/278742/Monde-En-Afrique-les-albinos-paient-de-leur-vie-les-superstitions.php
 Une association de défense des albinos en Afrique, 11 mars 2009, http://www.oecumene.radiovaticana.org/fr1/Articolo.asp?c=272015
Panapress, Les albinos en danger d’extermination au Burundi, 17 novembre 2008, http://www.afrik.com/article15698.html

(28) Coalition européenne des villes contre le racisme (ECCAR), http://portal.unesco.org/shs/fr/ev.php-URL_ID=10629&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html
Liste des villes européennes membres : http://portal.unesco.org/shs/fr/files/10671/12341976911eccar-cities_07-01-2009.pdf/eccar-cities_07-01-2009.pdf

(29) Coupe Davis: incidents à Malmö en marge de Suède-Israël, 9 mars 2009, http://www.cicad.ch/index.php?id=2148&tx_ttnews[tt_news]=5506&tx_ttnews[backPid]=2147&cHash=65eb96477e

(30) http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=25566&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html
Proposition 181 EX/11, Rapport du directeur général sur un réseau d'autorités nationales de lutte contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et autres formes d'intolérance, 13 mars 2009, http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001808/180873f.pdf 

(31)  Jérusalem et la mise en œuvre de la résolution 34 c/47 et de la décision 180 Ex/10. 181 EX/12, 20 février 2009, http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001803/180369f.pdf

(32)  Application de la résolution 34 c/58 et de la décision 180 EX/44 concernant les institutions éducatives et culturelles dans les territoires arabes occupés, 181 EX/47, 20 février 2009, http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001803/180374f.pdf

(33)   Rapport du directeur général sur le suivi des décisions et résolutions adoptées par le conseil exécutif et la conférence générale à leurs sessions antérieures, 181 EX/5, 20 mars 2009, http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001811/181122f.pdf

(34) Point inscrit à l’ordre du jour provisoire à la demande de l’Égypte et du Liban au nom des États membres du Groupe arabe auprès de l’UNESCO, 181 EX/59, http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001811/181151f.pdf

(35) http://www.arte.tv/fr/mouvement-de-cinema/La-journee-de-la-jupe/2454604.html
Isabelle Adjani interprète un professeur de français à bout de nerfs, qui s’empare de l’arme à feu d’un de ses élèves, et prend en otage sa classe pour enseigner et établir son autorité. Ce film dénonce la démission et le laxisme de certains responsables éducatifs. Avant le dénouement tragique, il révèle que cette enseignante, défendant vaillamment des principes républicains, telle la laïcité, et la langue française est issue d’une famille musulmane originaire d’Afrique du Nord. Née en France, Isabelle Adjani est la fille d’un Algérien musulman et d’une Allemande chrétienne.

(36)  Alain Finkielkraut, conférence à Paris le 23 mars 2009, http://www.radiorcj.info/mp3Player/?audio=quivive_finkielkraut23mars
Ivan Rioufol, La fracture identitaire. 2007, Fayard. 200 pages. ISBN : 978 2213635576

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English

Cet article a été publié par Guysen sous le pseudonyme de Ray Arsheld.
Il a été publié sur ce blog le 20 octobre 2014 : Arte rediffusa La journée de la jupe, de Jean-Paul Lilienfeld (2008) le 22 octobre 2014. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire