Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

vendredi 26 février 2016

Des minutes qui font l’histoire. Cinq siècles d’archives notariales à Paris


Des minutes qui font l’histoire. Cinq siècles d’archives notariales à Paris. Tel est le titre de l’exposition aux Archives nationales à Paris ainsi que de son livret didactique et de son catalogue. Le 27 février 2016, à 20 h 30, à la Salle Henri Rolland de Saint-Remy-de-Provence, Vincent Le Coq, maître de conférence en droit public, présentera son livre co-écrit avec Anne-Sophie Poiroux, Les notaires sous l'occupation (1940-1945). Acteurs de la spoliation des juifs (Le Nouveau monde).


Pour son 80e anniversaire, le Minutier central des notaires de Paris a montré à l’Hôtel de Soubise la « riche histoire d'un ensemble exceptionnel ».

Contrats de mariage, ventes, baux, rentes constituées, testaments, inventaires... Ces « minutes » notariales – originaux des actes passés chez le notaire et que celui-ci est tenu de conserver -, dont la plus vieille minute parisienne (1471), ont été prudemment sortis de leurs cartons, pour le 80e anniversaire de l'entrée le 28 mai 1932, aux Archives nationales, de ce prestigieux fonds d'archives, retraçant cinq siècles d'histoire. Ainsi que le plus vieux registre notarié du monde (1154), prêté exceptionnellement par l'Archivio di Stato de Gênes (Italie).

Cette exposition est l'occasion de revenir sur la conservation du « plus grand minutier du monde » (20 millions de minutes) ainsi que l’avait dénommé Charles Braibant  (1889-1976), directeur des Archives nationales (1948-1959).

Une promenade à la scénographie soignée – reconstitution du bureau d’une étude notariale - révélant les « projets, joies et soucis de milliers de Parisiens, de souche, d'adoption ou de passage, parfois riches, souvent modestes : le désir de sécurité juridique, celle que procure l'acte notarié, fait alors indifféremment défiler chez le notaire le prince ou l'artiste, le marchand ou l'artisan, l'apprenti ou le capitaine d'industrie ».

Depuis 80 ans, les historiens étudient ces « archives publiques de la vie privée, sources incontournables de dizaines de travaux devenus des "classiques" des sciences historiques ».

De « l'étude du notaire au cabinet du chercheur, cinq siècles d'archives et d'histoire(s) se donnent à voir à tous, sans restriction ». Oui et non. L’ambition d’embrasser cinq siècles d’archives est louable, mais quid de l’Occupation et des Juifs spoliés ?

Le 27 février 2016, à 20 h 30, à la Salle Henri Rolland de Saint-Remy-de-Provence, Vincent Le Coq, maître de conférence en droit public, présentera son livre co-écrit avec Anne-Sophie Poiroux, ancienne notaire devenue avocate, Les notaires sous l'occupation (1940-1945). Acteurs de la spoliation des juifs (Le Nouveau monde).

"Sous le régime de Vichy, le notariat français participe massivement à la spoliation des juifs, érigée en règle de droit. La profession prétend le contraire depuis soixante-dix ans, sans être jamais démentie. En réalité, son chiffre d'affaires a quasiment doublé entre 1939 et 1942. Non seulement les notaires ne subissent aucune sanction au lendemain de la Libération, mais ils obtiennent en 1945 une augmentation moyenne de 30 % de leurs revenus".

"Le soutien inconditionnel accordé au notariat par une grande partie de la classe politique n’a d’égal que le silence assourdissant qui pèse sur son histoire. Mené à partir de sources inédites, encore difficiles d’accès malgré l’ouverture officielle des archives, ce travail de recherche lève le voile sur une partie du mystère. Ses auteurs, fins connaisseurs des arcanes de la profession, décryptent de l’intérieur les pratiques de l’« aryanisation économique » sous Vichy, le constant loyalisme des notaires vis-à-vis du pouvoir en place et les mécanismes ayant permis leur impunité".

Une "étude pionnière, qui éclaire d’un jour nouveau la nécessaire réforme du notariat en France".


Marie-Françoise Limon-Bonnet, Vincent Bouat, Monique Hermite, Michel Ollion, Joël Poivre. Des minutes qui font l’histoire. Cinq siècles d’archives notariales à Paris. Paris, Archives nationales/Somogy éditions d’art, 2012. 208 pages. 280 illustrations. 32 euros. ISBN : 9782757205549

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English
Cet article a été publié le 17 juillet 2012

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire