Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

lundi 1 février 2016

« Enfants prodiges » par Kurt Hoffmann


Arte diffusera le 2 février 2016 « Enfants prodiges » (Wir Wunderkinder), film satirique de Kurt Hoffmann. Le parcours opposé de deux Allemands sur près d’un demi-siècle : un opportuniste qui s’enrichit lors de la spoliation de ses concitoyens Juifs, et un journaliste scrupuleux et sensible.

1913. Condisciples à l’école, deux élèves sont antithétiques : alors que Hans est un élève studieux, Bruno s’affirme en « opportuniste en herbe, apte à tirer parti de toutes les situations ». 

Dans les années 1920, Bruno « se lance dans des opérations boursières juteuses, tandis que Hans gagne péniblement de quoi payer ses études en vendant des journaux ». 

En 1933, l’avènement du nazisme « permet à Bruno de prospérer comme jamais, profitant des biens saisis à la population juive, tandis que Hans sombre dans le désespoir, après avoir perdu ses amis juifs et avoir vu émigrer son amoureuse, Vera ». 

En 1945, après la Seconde Guerre mondiale, Bruno « va vite se refaire grâce au marché noir et devenir un puissant homme d’affaires. Hans, lui, se lance dans le journalisme. Ce qui va peut-être lui permettre de régler enfin ses comptes avec son éternel rival plus chanceux… »

Réalisé en 1958 d’après le roman éponyme de Hugo Hartung (1902-1972), ce film-culte en Allemagne « revisite avec un humour mordant cinquante années de l’histoire allemande, autour de deux héros que tout oppose ».

Cette « satire rondement menée résume avec mordant cinquante années de l’histoire allemande, grâce à un manichéisme assumé, où le très bon et le très vilain se donnent la réplique avec un égal talent ».
    

« Enfants prodiges », par Kurt Hoffmann
Filmaufbau, Hans Abich, Eberhard Krause, 1958, 104 min
Scénario de Heinz Pauck, Günther Neumann
Montage de Hilwa von Boro
Image de Richard Angst
Musique de Franz Grothe
Avec Hansjörg Felmy, Robert Graf, Johanna von Koczian, Wera Frydtberg, Elisabeth Flickenschildt, Jürgen Goslar
Sur Arte le 2 février 2016 à 0 h 30 

Visuels : © Kineos

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire