Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mardi 1 septembre 2015

« La fille du charbonnier » d’Emmanuelle Polack et Sarah Royon


Les éditions Lharmattan publient La fille du charbonnier, un conte bilingue français-yiddish écrit par Emmanuelle Polack et sa fille écolière, Sarah Royon. Un récit charmant et simple sur l’amour familial et l’intelligence sauvant de situations délicates. Article republié en ce jour de rentrée des enfants en France et en Israël.


L’histoire se déroule dans un petit village de Pologne, Zabludow, où vivait un pauvre charbonnier juif.

Ce modeste charbonnier était veuf et élevait sa fille chérie adolescente dont il admirait la beauté et l’intelligence.

A l’approche des 15 ans de sa fille, il lui achèta deux rubans rouges, épuisant ses maigres économies dans ce futur cadeau.

Quelques mois plus tard, arriva l’intendant du royaume qui lui réclama la dîme royale. Malheureusement, cet humble charbonnier ne pouvait s’acquitter de cet impôt et fut donc arrêté. Emmené au château, il comparut devant le roi…

Ce conte dépeint des sentiments essentiels au travers de personnages traditionnels d’un shtettl : le père pauvre et méritant, la jeune fille parée de toutes les qualités (intelligence, sensibilité, pudeur) et le roi dur, mais cachant un bon fond.

Il est écrit en termes simples, habillé par un habile équilibre entre le texte – dans ses deux langues – et les dessins en noir et blanc, comme au fusain, de Johann Le Berre. Quelques mots sont expliqués clairement.

Autre originalité : ce livre a été écrit par Emmanuelle Polack, attachée de conservation au musée des Monuments français, et sa fille Sarah Royon, écolière de onze ans.

La version en yiddish est l’œuvre de Bernard Vaisbrot, enseignant de yiddish à l'université Paris VIII et auteur d'historiettes dans cette langue dans la revue estudiantine américaine Yug-nt Ruf.

Ce livre court se termine par une brève histoire du conte yiddish. Il se conclut sur une citation d’Isaac Bashevis Singer (1902-1991), auteur américain d’origine polonaise de romans, contes et nouvelles en yiddish, qui déclara lors de la remise de son Prix Nobel de littérature en 1978 : « Je suis sûr qu’un jour des millions de cadavres parlant yiddish se lèveront de leur tombe, et la première question qu’ils poseront, ce sera : quel est le dernier livre publié en yiddish ».

Par ce conte, voici une tendre réponse…


Emmanuelle Polack et Sarah Royon. La fille du charbonnier. L’Harmattan, coll. Contes des quatre vents, bilingue français-yiddish, version en yiddish de Bernard Vaisbrot, illustré en noir et blanc par Johann Le Berre. Paris, 2007. 24 pages. ISBN : 978-2-296-03472-3


En charge des archives historiques du musée des Monuments français au sein de la Cité de l’architecture et du patrimoine, chercheuse associée au musée de Montparnasse, Emmanuelle Polack est commissaire invitée de l’exposition Rose Valland sur le front de l’art, la dame du Jeu de Paume, jusqu’au 2 mai 2010 au Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation. Elle est co-auteur de deux bandes dessinées pour la jeunesse :
- avec Bouilhac et Catel de Rose Valland, Capitaine Beaux-Arts. Editions Dupuis, 2009. 48 pages. ISBN : 9782800145525
- avec Emmanuel Cerisier de L’espionne du Jeu de Paume. Editions Gulfstream, 2009. 96 pages. ISBN : 978-2-35488-046-0

Articles sur ce blog concernant :

Cet article a été publié par Guysen International News; le numéro 79 de mars 2010 de la revue Los Muestros et sur ce blog le 13 février 2010Article modifié le 7 juin 2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire