Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

lundi 23 mai 2016

« Jacob le menteur » par Frank Beyer


 Arte diffusera les 23 mai et 9 juin 2016 « Jacob le menteur » (Jakob Der Lügner) film germano-tchécoslovaque de Frank Beyer (1975) d’après le roman de Jurek Becker (1969). Primée à la Berlinale de 1975, une fable émouvante émaillée d’humour juif, et située dans un ghetto polonais en 1944.



« Fin 1944, dans un ghetto juif de Pologne. Parce qu'il a la mauvaise idée de se promener le soir, Jacob Heym est envoyé dans les locaux de la Gestapo, d'où généralement aucun Juif ne ressort vivant. Pourtant, le miracle a lieu et Jacob est renvoyé chez lui. Au passage, il a appris une bonne nouvelle : celle de l'arrivée imminente des troupes soviétiques. Le lendemain, il ne peut s'empêcher d'en parler autour de lui. Mais pour ne pas révéler l'origine de cette information - comment expliquer que les Allemands l'aient convoqué, puis relâché ? -, il raconte qu'il possède un poste de radio clandestin. Or l'armée soviétique se fait attendre et Jacob est contraint d'inventer chaque jour des « nouvelles ». Ses mensonges changent du tout au tout l'atmosphère dans le ghetto. L'espoir renaît, les suicides cessent. Les mensonges de Jacob remontent le moral à tout le monde... »

Né dans le ghetto de Lodz (Pologne) en 1937, Jurek Becker a écrit son roman Jacob le menteur en 1969. Il a été déporté dans les camps nazis de Ravensbrück et Sachsenhausen. A la Libération, il se fixe avec son père à Berlin-est, et y étudie la philosophie.

Ce « film solide, à la fois drôle et émouvant, est sans doute la plus aboutie des œuvres antifascistes du cinéma est-allemand. C'est d'ailleurs le seul opus de la Defa sélectionné aux Oscars. Une admirable fable antifasciste, récompensée à la Berlinale en 1975 ». Mais la représentation de la vie des Juifs dans le ghetto apparaît édulcorée.

Peter Kassovitz a réalisé un remake américain du film dans lequel Robin Williams incarnait le personnage de Jacob Heym. Une œuvre sortie en 1999. Un échec commercial.


« Jacob le menteur » par Frank Beyer
1974, 100 min
Auteur : Jurek Becker
Image : Günter Marczinkowsky
Montage : Rita Hiller
Musique : Joachim Werzlau
Production : DEFA-Studio für Spielfilme, Künstlerische Arbeitsgruppe "Johannisthal", Fernsehen der DDR
Producteur : Herbert Ehler
Scénario : Jurek Becker
Avec Vlastimil Brodský, Erwin Geschonneck, Manuela Simon, Henry Hübchen, Blanche Kommerell, Dezsö Garas, Zsuzsa Gordon, Armin Mueller-Stahl
Sur Arte les 23 mai à 22 h 15 et 9 juin 2016 à 13 h 35

Visuels : © DEFA-Stiftung/Herbert Kroiss

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English
Les citations sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire