Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mardi 24 mai 2016

« La chambre vide », de Jasna Krajinovic


Arte rediffuse les 24 et 25 mai 2016 « La chambre vide » (Dschihad: der Kampf der Mütter), documentaire de Jasna Krajinovic. « Dans les pas de Saliha, mère d'un jeune djihadiste mort en Syrie, ce portrait sensible fait résonner la douleur des familles de « radicalisés », aujourd'hui inaudible  ».

« En août 2013, du jour au lendemain, Sabri, le fils de Saliha, a quitté leur maison confortable de Bruxelles pour partir en Syrie « faire le djihad ». Il avait 19 ans. Trois mois plus tard, ses parents, ses frères et sa petite sœur ont appris tout aussi brutalement son décès "présumé", puisque la mort des jeunes Européens enrôlés par Daech et disparus en Syrie n'est pas reconnue par les États dont ils sont ressortissants ». Sabri "a survécu moins de quatre mois au sein de l'Etat islamique".

« De Sabri, que sa famille dévastée continue d'aimer et de pleurer, ne reste qu'une chambre vide, peuplée de souvenirs déconnectés du combat mortifère qu'il a embrassé ». Des photos de la famille, un jeu vidéo très violent... Quand sa mère lui envoyait via Internet des photographies de la famille, Sabri lui répondait : "C'était bien, mais à cette époque, on ne priait pas". Sabri lui adressait des photographies numérisées que sa mère analysait pour obtenir des informations, et l'invitait à quitter le pays des "mécréants". Une mère brisée par la mort de son fils. Celui-ci lui reprochait de l'avoir scolarisé dans des établissements publics.

« Face à ce deuil difficile, Saliha et son mari se lient avec d’autres personnes dont les enfants sont partis en Syrie, en France et en Belgique. Ensemble, ils s'épaulent, cherchant à comprendre comment leurs fils et filles ont pu si rapidement couper des liens qui, pour les parents, se sont transformés en plaie vive ».

Des signaux ? Les parents, parfois chrétiens, les repèrent et les interprètent trop tardivement. Ils ne s'attendent pas à ce que leurs enfants quittent leur pays, souvent natal. Ils pointent des vulnérabilités psychologiques sur lesquelles ont appuyé des gens pour les endoctriner. Aucun d'eux ne s'interrogent sur ce qui dans l'islam a conduit leurs enfants à choisir le djihad et à aspirer à mourir en shahid.

Une mère quinquagénaire, dont le fils converti à l'islam souhaitait rejoindre les rangs de l'Etat islamique, avait porté plainte avant le départ de son fils. Son dossier est allé à la cellule de radicalisation qui a considéré son dossier comme non prioritaire, et ne l'a pas empêché de partir en Syrie car il était majeur. Certains policiers considèrent les parents comme responsables des actes de leur enfant. 

« Du Parlement belge aux classes de lycée, Saliha prend la parole pour témoigner de son deuil et agir, à sa manière, contre les réseaux djihadistes. Luttant contre l'ostracisme qui frappe les familles, elle dénonce aussi le "laxisme" des autorités vis-à-vis des recruteurs ».

Devant une classe de lycéens, Saliha alerte sur le réseau constitué du rabatteur/recruteur, de celui qui endoctrine - "un grand qui dit de partir" -, et du sponsor qui prend en charge le jeune de son départ à son arrivée en dar al-islam.

Me Alexis Deswaef critique le parquet fédéral qui mêle les parents et les enfants terroristes. Le parquet fédéral veut une condamnation tant qu'il n'est pas sûr de leur mort.

Devant le Parlement flamand, Saliha ben Ali, mère pieuse de quatre enfants, relate son histoire, milite pour un "statut de victimes pour les parents et les enfants, voire les petits-enfants nés là-bas", dénonce le laxisme face aux discours notamment de Sharia4Belgium, etc.

« Dans un double mouvement, Jasna Krajinovic filme son intimité avec les siens, et la suit dans ses rencontres publiques. Avec tact et sensibilité, elle nous permet d'entendre et de comprendre une douleur devenue difficilement audible ».
  

« La chambre vide  », de Jasna Krajinovic
2015, 59 min
Sur Arte les 5 janvier 2016 à 22 h 30, 24 mai à 21 h 50 et 25 mai 2016 à 9 h 50

A lire sur ce blog :
Articles in English
Les citations sur le concert viennent d'Arte et du documentaire. Cet article a été publié le 5 janvier 2016.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire