mardi 21 juillet 2015

« Nous, réfugiés palestiniens ... » d’Agnès Merlet, "L'oeil" de Christina Malkoun, les "Lettres" d'Atiq Rahimi et « Moukhaïam - La petite Palestine » de Didier Kassaï


 Dans la série bi-média partiale Réfugiés. Un nouveau regard sur les camps d’Arte Reportage, Arte rediffusera les 18 juillet à 18 h 50 et 22 juillet 2015 à 1 h 10 Nous, réfugiés palestiniens... » (Wir Flüchtlinge aus Palästina), documentaire biaisé d’Agnès Merlet


Deux documentaires biaisés, dont Gaza-Parkour : les Palestiniens volants de Carmen Butta, sur les Palestiniens en quelques jours, la mise en avant sur le site Internet du cliché de dessins et graffitis dans le camp de réfugiés palestiniens à Burj El Barajneh (Liban) représentant en particulier la carte de l'Etat d'Israël aux couleurs du drapeau palestinien, la diffusion d'un reportage sur le pétrole exploré par Israël et dont une partie est revendiquée par les Palestiniens... La chaîne franco-allemande Arte se surpasse et gâte ses téléspectateurs.

Et ce, en pleine Intifada diplomatique du président Mahmoud Abbas (Abou Mazen) visant à faire reconnaître la « Palestine », notamment par des Etats européens. 

Evidemment, c’est fortuit. Comme d’habitude…

Un « projet-évènement »
« Cinquante-deux millions. C'est le nombre d’êtres humains qui sont contraints à vivre sur une terre qui n’est pas la leur. Sous la tente, la tôle ou la tuile, ces errants trouvent souvent refuge dans des camps - et il n’y en jamais eu autant qu’actuellement ».

De septembre à décembre 2014, Arte diffuse la série bimédia documentaire  Réfugiés. Un nouveau regard sur les camps dans quatre pays.

Cette série d’Arte Reportage associe, pour chaque numéro, les regards croisés d’un réalisateur de fiction, non documentariste, d’un écrivain, d’un photographe et d’un dessinateur. « Quatre mois, quatre destinations, seize regards de cinéastes, de photographes, d'écrivains et de dessinateurs de bande dessinée ». Plus fort encore, l’Internaute peut sur le web « incarner l'envoyé spécial d'ARTE et réaliser son propre reportage ».

A l’initiative de ce « projet-évènement » : Marco Nassivera, directeur de l'information d’ARTE, et le cinéaste Régis Wargnier, et « la précieuse collaboration du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés  » (UNHCR ).

De septembre à décembre 2014, cette série « raconte les camps de réfugiés ». Vaste programme réduit à quatre camps. L'Arte ne fournit aucune explication sur le choix des quatre pays.

Burj El Barajneh ("Tour des tours, en arabe")
Septembre 2014 : le Népal  avec Let my people go, de Régis Warnier, des planches de Nicolas Wild  et des photos de Martin Middlebrook.

Octobre 2014 : le Kurdistan irakien avec Le temps perdu, film de Pierre Schoeller, Cinq jours au camp de Kawergosk avec l’écrivain Laurent Gaudé, les ateliers dessin des enfants de Kawergosk de Reinhard Kleist et de photographie dirigé par Reza.

Décembre 2014 : le Tchad.

Novembre 2014 :  le Liban est évoqué en ce mois de novembre 2014 avec les incontournables « réfugiés palestiniens » filmés par Agnès Merlet, dessinés dans « Moukhaïam - La petite Palestine  », BD-reportage de Didier Kassaï, dessinateur originaire de Centrafrique et ayant vécu dans un camp à Bangui, Mot pour mot, lettres de Atiq Rahimi, écrivain originaire d’Afghanistan et auteur de Syngué Sabour. Pierre de patience (Prix Goncourt 2008), l’œil de la photographe libanaise et directrice artistique de l’édition arabe de l’hebdomadaire Elle, Christina Malkoun .

Quoi de commun entre tous ces réfugiés d'Asie et d'Afrique ? C'est au téléspectateur de deviner.

Seuls les réfugiés palestiniens bénéficient d'une organisation onusiens spécifique, l'UNRWA. En outre, les réfugiés palestiniens ayant fui l'Iran et s'entassaient dans des camps en Jordanie relevaient de l'UNHCR.

A la différence des réfugiés palestiniens au Liban, aucun des  réfugiés ayant fui le Bhoutan ou la Syrie n'aspire à la destruction de l'Etat qu'ils ont quitté.

Après les réfugiés bhoutanais dans le camps de Beldangi (Népal), les kurdes syriens en Irak, réfugiés au Tchad, voici donc les « réfugiés palestiniens » du camp de Burj El Barajneh situé dans la banlieue au sud de Beyrouth (Liban).

Dans la série bi-média d’Arte Reportage, Arte a diffusé le 15 novembre 2014 et rediffusera « Nous, réfugiés palestiniens... » (Wir Flüchtlinge aus Palästina), documentaire biaisé d’Agnès Merlet présenté par Rue 89. Et l’un des plus consultés du site Internet d’Arte.

Réalisatrice quinquagénaire notamment d’Artemisia (1997), Agnès Merlet  « a sillonné pendant 7 jours les ruelles du camp de réfugiés de Burj El Barajneh, au Liban. Elle y a notamment suivi un jeune Palestinien au destin improbable. Guidée par le hasard des rencontres, elle raconte en pointillés la vacuité du quotidien des réfugiés. Son film interroge la vie de ces exilés qui, dans un proverbe à l’humour désespéré, résument leur sort : « Notre passé est une tragédie, notre présent est un calvaire, heureusement nous n’avons pas d’avenir ».

Né à Sidon (Liban), Maher Younes, jeune dalleur, est encore un « réfugié palestinien ». Car, exception mondiale : le statut de réfugié palestinien est transmissible. Maher Younes surnomme le camp la “tombe des vivants. C’est comme une prison. C’est une tombe à ciel ouvert. On y survit tous ensemble. Il y a des Syriens, des Bangladais. Il y a des gens de partout ici”. Pourquoi ?

Um Zaher représente “le courage de la femme palestinienne” : cachant ses cheveux sous un foulard islamique noir, elle arbore avec ostentation un chèche à l’imprimé similaire à celui du keffieh palestinien et au dessin représentant la mosquée al-Aqsa. Agnès Merlet ne lui demande même pas de traduire les mots en arabe ornant son chèche.

La guerre des camps ? Non expliquée.

Un Arabe âgé souhaite que "la Palestine revienne aux Palestiniens". Donc, l'éradication de l'Etat Juif.

La responsabilité des Etats arabes, notamment du Liban qui a limité les professions que les Arabes palestiniens peuvent exercer, de l'UNRWA, de ces réfugiés, des pays européens, etc. dans cette situation ? Silence.

On ne sait ce qui qualifie le plus ces quatre regards ? L'ignorance ? La naïveté ? Le manque de curiosité ? Une conception minimaliste de leur mission ?

L'oeil de Christina Malkoun
Arte a diffusé le 22 novembre 2014 à 18 h 35 « Œil pour œil », le regard de la photographe libanaise Christina Malkoun. Celle-ci a multiplié les clichés en noir et blanc d’immeubles libanais inachevés, avec des légendes parfois édulcorées.

"Beyrouth, c’est la ville de Christina Malkoun : elle y travaille comme directrice artistique de l’édition arabe du magazine Elle. Situé dans la banlieue sud de la capitale libanaise, le camp de Burj el-Barajneh n’est pas un donc pas une terre inconnue pour la photographe. Tantôt reporter, tantôt artiste multimédia, son travail comporte de multiples facettes. Christina Malkoun a cette fois-ci posé son œil sur les réfugiés palestiniens de Burj el-Barajneh. Ses images racontent les destinées de ses habitants, les stigmates de la guerre, les courtes joies du quotidien… et une ville de cubes posés les uns sur les autres. En attendant une autre vie".

Le site Internet d'Arte reportage présente les photographies de Christina Malkoun en quatre portfolios correspondant au camp - "Vue globale du camp de Burj el-Barajneh : immeubles en béton à moitié construits, citernes d’eau, toits en aluminium pour se protéger de la pluie", à la jeunesse  - un garçon amateur de football porte un Tshirt à l'effigie du Qatar -, à la vieillesse et le handicap.

Christina Malkoun a multiplié les clichés dramatiques en noir et blanc, en couleurs pour exprimer la joie, souvent alourdis de symboles et de métaphores, avec des légendes parfois édulcorées.

Exemples : "Un éleveur fait voler ses pigeons autour du drapeau palestinien". Les pigeons symbolisent la liberté, l'absence d'entraves à laquelle aspire cet éleveur palestinien.

Une même photo prise à deux moments différents : "Deux prises de vue, à deux jours d’intervalles. La première avec le seul drapeau national palestinien... " et "... la seconde avec le drapeau du parti chiite libanais Hezbollah à ses côtés. Il fut un temps où les deux drapeaux se querellaient". Le Hezbollah est un mouvement terroriste islamiste. Pourquoi cette querelle ?

Le camp ? Des immeubles libanais inachevés, un réseau dense de câbles électriques pendants, des citernes d'eau.

Le noir et blanc aux contrastes accentuées dramatise : "Ce réfugié vit ici depuis 1948, l’année de la création du camp. Il tient à son keffieh pour ne pas oublier qui il est. "On retournera vivre sur notre terre un jour, mais quand je ne serai plus là", annonce-t-il" -

Lettres d'Atiq Rahimi

Arte diffusa les 29 novembre  à 18 h 35 et 1er décembre 2014 "Burj El Barajneh, Atiq Rahimi en toutes lettres". Cet écrivain afghan raconte de manière biaisée le camp palestinien de Burj El Barajneh au Liban

"L’exil et le quotidien d’un réfugié, Atiq Rahimi sait ce que c'est. A 20 ans, il a quitté l’Afghanistan, fuyant la guerre civile et l’occupation soviétique. C’est dans la langue de son pays d’accueil, la France, qu’il écrit "Syngué Sabour. Pierre de patience", prix Goncourt 2008. Ce récit d’un huis-clos entre une femme afghane et son mari dans le coma - alors que dehors se joue une guerre - est un roman sur une parole qui se libère. Il est adapté au cinéma en 2013, réalisé par Atiq Rahimi lui-même et magistralement interprété par Golshifteh Farahani. Romancier, réalisateur, observateur, le Franco-Afghan déambule dans les rues de Burj el-Barajneh, où il est difficile de voir le ciel. De ses promenades et de ses rencontres, il en a ramené" cinq lettres biaisées de son séjour bref dans le camp de Burj El Barajneh.

Dans sa deuxième lettre, Atiq Rahimi réécrit l'Histoire, car la quasi-totalité des "réfugiés" ont quitté leurs foyers en suivant les injonctions de leurs dirigeants et par peur : "Construit entre 1947 et 1948 pour héberger provisoirement ceux qui étaient chassés de leurs foyers et de leurs terres, ce camp reste identique, me disent ceux qui l’ont connu à sa création, même si trois générations sont nées après. Trois générations en exil, ici, à la Tour des tours, où le temps est éternellement suspendu ; l’espace, infiniment clos.
Je te laisse, ma chère levantine, méditer sur ce dont rêvent ces trente mille exilés, avant que tu ne me demandes, comme cette poétesse afghane :
"Que choisir 
Une tombe familiale en terre natale 
Ou une geôle étrangère en terre d’asile ?"

La troisième lettre s'achève sur le constat du refus de la réalité : "À quoi aspire Zobaïda Elnatour, qui, depuis l’âge de 28 ans, vit dans l’errance. Elle a aujourd’hui 94 ans !
Elle dit qu’elle est vieille, vieille comme sa terre, dont elle ne rêve plus. Elle la chante, elle la lamente. Elle l’a chantée pour ses enfants, ses petits-enfants, ses arrière-petits-enfants, tous nés ici, dans la Tour des tours ! Elle ne rêve plus, Zobaïda. Elle attend. "J’attends la mort", dit-elle. Elle se demande si on peut l’enterrer dans son village, en Palestine, et avec ses chagrins. Elle ne veut pas les laisser ici, à ses enfants".

Atiq Rahimi évoque la responsabilité des dirigeants libanais dans sa quatrième lettre : "Séquestrés, sans avenir, sans passé… Suspendus dans le temps, gisants dans l’espace".

« Puis, d’une voix intérieure tremblante, se dit désespérément que si les Palestiniens s’abîment dans cette errance, c’est pour qu’ils éprouvent la souffrance des enfants errants d’Abraham ! Son exil à la Tour des tours, ou ailleurs, est donc une fatalité, et non pas un enjeu géopolitique. Ce destin, il faut le définir comme châtiment. Il faut que le monde musulman et arabe se remette en question, ainsi que les Israéliens », a écrit Atiq Rahimi dans sa cinquième et dernière lettre. Un parallèle aberrant entre les Juifs et les Palestiniens. Mais une injonction rare aux mondes arabe et musulman de "se remettre en question".

Et de conclure : "Cette sagesse ne l’empêche de reprendre son oud, et de chanter une ode pour son peuple. Que le vent emporte sa voix au-delà des frontières : 
"Palestinien, Palestinien, Palestinien 
Que veux dire être Palestinien ? 
Ça veut dire que je suis la bannière de notre nation 
Je suis le cœur qui bat de notre arabité
 Je suis l'eau et l'âme de notre cause 
Un fedayin* de toute patrie arabe 
Et tout Arabe dans cet univers vit dans mes veines.
 Je suis terre et lieu Peuple et entité 
Je suis patrie de toutes les patries 
Une patrie au présent, dans l'actuel 
Et aucune autre patrie ne m'intéresse.
 Je suis le soleil des jours 
La lune des rêves La mer des mélodies 
Je suis colombe et paix 
Les oiseaux du Paradis sifflent chantent mes éloges 
Palestinien, Palestinien, Palestinien.
Note de la rédaction : les fedayin sont de petits groupes de commandos palestiniens qui ne reconnaissent pas Israël et s'y opposent par les armes. Nés dans les années 70, ils sont à l'origine de mouvements comme le Hamas ou le Jihad islamique palestinien". Et aussi de l 'OLP, du Fatah,..
Finalement, Atiq Rahimi enracine la "Cause palestinienne" dans l'arabité, la centralise dans ce chaos arabe en la connotant de violence militaire.

« Moukhaïam - La petite Palestine  » de Didier Kassaï
"Alors qu’il venait de survivre aux heures noires de la Centrafrique, Didier Kassaï a embarqué pour le Liban. Impossible pour lui de ne pas comparer le camp de Burj el-Barajneh avec celui qu’il a fréquenté à Bangui - et pourtant, rien n’est pareil. Illustrateur, caricaturiste, cet autodidacte a sorti son premier album personnel L’Odyssée de Mongou en 2008, qui sera suivi cette année de Tempête sur Bangui, publié chez La Boîte à Bulles, et de Pousse-pousse, chez L’Harmattan BD. Pour ARTE Reportage, Didier Kassaï s’est perdu dans les dédales du camp de Burj el-Barajneh, avec l’objectif de raconter le quotidien des réfugiés palestiniens, bouleversé par l’arrivée des réfugiés syriens".


Le racisme anti-noir des Arabes, notamment des Arabes originaires de la Palestine mandataire ? Silence.

« Moukhaïam - La petite Palestine  », BD-reportage de Didier Kassaï, est choquante par son discours anti-israélien.

Une adolescente est présentée comme artiste. Que peint-elle ? Une colombe de la paix près d'une Palestine quadrillant l'Etat d'Israël. Ou plutôt la carte de l'Etat Juif revêtue du quadrillage ornant les keffiehs palestiniens.

Le dessin final de cette BD signifie que la victoire de ces réfugiés aboutit à la "Palestine" englobant l'Etat d'Israël. La colombe blanche symbole de paix regarde vers "INTIFADA".

"Le pétrole de la discorde"
Le 29 novembre 2014 est la Journée internationale de solidarité avec la Palestine célébrée à l'ONU, et marquée par des manifestations, telle celle à Paris.

Participation à cette Journée ? Arte a diffusé le 29 novembre 2014 le reportage partial Le pétrole de la discorde, sur les gisements de pétrole explorés légalement par l'industrie israélienne.

"En Israël, l’industrie pétrolière est l’une des plus secrètes du pays. Les caméras de télévision sont interdites sur les sites d’extraction. Peut-être parce que les cuves de pétrole brut et les tours de forage ne sont qu’à une centaine de mètres des territoires palestiniens ? Selon les géologues palestiniens 85 % des gisements exploités par Israël se trouveraient en dehors de ses frontières. Les Palestiniens voient d’un mauvais œil les forages israéliens. L’or noir, synonyme d’essor économique, se trouve sur leurs terres. Leur gouvernement tente de faire reconnaître l’illégalité des forages israéliens qui jouxtent la frontière : la valeur de ce gisement de pétrole est estimée à 255 milliards de dollars. L’exploitation des ressources palestiniennes constitue aujourd’hui un élément à part entière de l’économie mondiale. Après l’eau, la terre et les minéraux, les Palestiniens redoutent d’être mis devant le fait accompli sans percevoir des revenus dont ils estiment pouvoir bénéficier en toute légitimité".

Un gisement pétrolifère dont la valeur est estimée à 255 milliards de dollars. "On s'est déjà fait voler l'eau, la terre, les minéraux. On ne va pas se faire voler le pétrole", disent les Palestiniens cités par le présentateur William Irigoyen, qui déplore la mauvaise volonté des autorités israéliennes. "Ce qui intéresse les colons, c'est l'argent. Nous pillons les ressources palestiniennes", déclare Dror Etkes, membre de La Paix Maintenant. Les "Juifs voleurs", un cliché antisémite. A ce gisement pétrolifère, Abdallah Abdallah, géologue palestinien, ajoute un demi-milliard de dollars d'un gisement de gaz. Exemple de mensonges : un Palestinien allègue que les Palestiniens payent l'électricité consommée aux Israéliens. Or, la Compagnie israélienne d'électricité a lancé en mai 2014 des poursuites judiciaires contre une entreprise palestinienne à qui elle réclame le remboursement de sa dette d'environ 315 millions d'eurosLe reportage est essentiellement consacré à l'eau, mais au lieu de présenter la gabegie d'eau par l'Autorité palestinienne, il préfère accabler à tort les Israéliens, Ahava, etc. à propos des "territoires occupés".

  « Nous, réfugiés palestiniens... » d’Agnès Merlet
France, 2014, 52 minutes 
Diffusions sur Arte les 15 novembre 2014 à 18 h 35 et 17 novembre 2014 à 6 h 50,  les 18 juillet à 18 h 50 et 22 juillet 2015 à 1 h 10
"Œil pour œil", avec Christina Malkoun, le 22 novembre 2014
"Burj El Barajneh, Atiq Rahimi en toutes lettres", "Mot pour mot" avec Atiq Rahimi, les 29 novembre  à 18 h 35 et 1er décembre 2014 

Visuels : © Arte/Christina Malkoun, © Atiq Rahimi, © Didier Kassaï
Il pointe du doigt un derrick israélien
 © Arte


Les citations proviennent du site Internet d'Arte.
Cet article a été publié les 14 et 21 novembre 2014.

1 commentaire:

  1. Et tout cela est avalé benoîtement par un public au cerveau lavé depuis si longtemps qu'il croit dur comme fer à ces fables et s'indigne par réflexe conditionné.
    Arte raffole des Juifs morts et vomit ses mensonges sur les vivants.

    RépondreSupprimer