dimanche 4 mai 2014

Le mémorial de Caen a récompensé la diffamation d’Israël (1/2)

 Le 2 février 2014, Yasmine Attia, avocate du barreau de Tunis (Tunisie), a reçu le Prix du jury du 25e concours de plaidoiries du Mémorial de Caen  remis par Christiane Taubira, ministre de la Justice, pour sa plaidoirie  sur Le jihad au féminin  : c’est une « forme de prostitution d’un genre nouveau, c’est un don de soi exercé au nom du sacré, au nom d’une religion, ma religion, l’islam  ». Elle a relaté la « terrible histoire d’Inès, une élève de 15 ans qui a commis le péché d’avoir des relations sexuelles hors mariage. Suite à des échecs amoureux, la jeune fille a perdu le goût de la vie et a trouvé refuge dans les mosquées où elle rencontra un salafiste qui a réussi à l’endoctriner et convaincre de partir pour le jihad en Syrie dont l’objectif était de « se repentir de ses péchés devant Dieu ». Avant de partir, Inès accepta de l’épouser et aussitôt arrivée en Syrie , son mari lui imposa le port du niqab, puis la répudie. Le mariage qu’a célébré Inès est un mariage dit coutumier, une sorte de mariage CDD qui peut ne durer que quelques minutes ou quelques heures, prenant fin en général aussitôt consommé. La femme se donne après à un autre ou à d’autres partenaires suivant un rituel religieux. « 152 partenaires » murmure Inès c’est le nombre de conjoints qu’elle a connus en six mois  ». Selon Sara Daniel, journaliste au Nouvel Observateur, ayant allégué en novembre 2001 « le viol systématique des jeunes filles palestiniennes par les soldats de Tsahal, dans le but de les faire exécuter par leurs familles » dans le cadre de « crimes d’honneur », l’histoire d’Inès serait une rumeur inventée. Le 7 février 2014, Franck Moulin, directeur de la communication du Mémorial, a réclamé la preuve que le cas d’Inès soit « un cas avéré et réel pour qu’il ait du sens ». Sans preuve, il a affirmé que ce Prix serait retiré à l’avocate . « Quinze jours plus tard, le Mémorial clos l'affaire après avoir reçu différentes pièces justificatives et entendu Frida Dahmani, journaliste, à l'origine du reportage sur Inès  ». Le 27 février 2014, Me Robert Apéry, le bâtonnier de l'ordre des avocats du barreau de Caen, a dit « Rien ne permet de douter de l’authenticité du cas qui a été défendu par Yasmine Attia… Tout repose sur des éléments objectifs. Ce que Yasmine Attia a dénoncé déplait chez certains car c’est une remise en cause de certains combats qui nous dépassent  ». Le directeur du Mémorial de Caen, Stéphane Grimaldi a déclaré  que le concours de plaidoirie est fondé sur la confiance : « C’est tout sauf un concours d’éloquence. Il s’agit de révéler des atteintes aux droits de l’homme dans le monde entier  ».  En 2011, le Mémorial de Caen n'a pas exigé que son lauréat présente les preuves de ses allégations.    
Le 30 janvier 2011, la 22e édition du Concours international de plaidoiries du Mémorial de Caen-Normandie a remis son 1er prix à Maître Mahmoud Arqan, « avocat de Hébron en Palestine, pour sa plaidoirie intitulée « L’exécution du fœtus dans les entrailles de sa mère ». Une variante de blood libel (allégation diffamatoire et infondée visant les Juifs accusés d’avoir tué un enfant non-Juif). Article mis à jour avec les dessins partiaux de Chaunu reprenant la théologie chrétienne de la libération de la Palestine, remarquees d'un responsable israélien, des interrogations argumentées sur les faits allégués, la composition édifiante du jury, la plaidoirie et les liens étroits entre Caen, son Mémorial, Hébron, l’université al-Qods et la diplomatie française. Le 13 février 2011, l'ambassade d'Israël a réagi avec fermeté au Mémorial de Caen à cette diffamation.
Le dimanche 30 janvier 2011, dix avocats ont concouru à la finale de ce concours du Mémorial de Caen- Normandie. Ils ont défendu « des cas réels d’atteinte aux Droits de l’Homme » devant un public de plus de 1 500 spectateurs. Ils ont « abordé avec ferveur les injustices qui les ont sensibilisés ».

Le jury était présidé par Jorge Semprun, ancien ministre espagnol de la Culture, scénariste et écrivain. En 2010, il était présidé par Stéphane Hessel.

Trois prix ont été décernés, dont un prix spécial du public.

D’une valeur de 8 000 €, le 1er Prix du Mémorial et de la Ville de Caen a été remis à Me Mahmoud Arqan, de « Hébron (Palestine) » pour sa plaidoirie « L’exécution du fœtus dans les entrailles de sa mère ». En prime, l’Association Internationale des Jeunes Avocats (AIJA) offre à ce lauréat une participation gratuite à un de ses séminaire en 2011.

Le 2e Prix (4 000 euros) a été décerné à Me Garry Sakata Moke Tawab (Kinshasa, République Démocratique du Congo) pour sa plaidoirie « Viols massifs des femmes ou nouvelle arme de guerre ». Le Prix du public (4000 Euros) a distingué Me Christelle Fournier (La Rochelle, France) pour sa plaidoirie « Zandalé : la raison d’Etat dressée contre l’enfance ».

La cause de Me Mahmoud Arqan
Me Mahmoud Arqan se présente comme licencié en droit et avocat au barreau de Hébron.

Résumé de sa plaidoirie au Mémorial de Caen : « Le 22 octobre 2001, Fatima Issa était sur le point d’accoucher. Les soldats du poste de contrôle israélien du village de Walja – Bethléem – dans les territoires palestiniens occupés lui ont refusé de traverser la barrière militaire israélienne, elle n’a pu aller à l’hôpital à temps. Elle a perdu son bébé si désiré ». Cet avocat a dépeint les soldats israéliens comme impitoyables, et allégué de multiples violations du droit international ainsi qu’un « crime contre l’humanité ».

Le but de cet avocat palestinien ? « Ma plaidoirie raconte la vie quotidienne des citoyens palestiniens sous l’occupation. Elle dénonce les difficultés rencontrées par les malades palestiniens pour obtenir l’accord des soldats Israéliens de passer d’une zone à l’autre, leur attente dans la souffrance pour accéder aux centres de soins, pour se procurer des médicaments, pour être opérés… »

Pourquoi avoir participé à ce concours ? « En ma qualité d’avocat, je me dois de défendre la cause des personnes victimes des injustices, des droits bafoués, être la voix de ce qui ne peuvent se faire entendre. A travers l’histoire de Fatima, je lève un voile sur ce qui se passe au quotidien dans mon pays. J’espère que cette cause sera largement entendue ».

Que de stéréotypes de la propagande palestinienne usant de la diffamation sur le registre affectif et antisémite ! Comme dans l'affaire al-Dura, cet avocat palestinien a présenté à un public européen une énième version de l’accusation diffamatoire de crime rituel née dans l’Europe chrétienne : il a évoqué « l’exécution du fœtus dans les entrailles de sa mère ». Et par qui, à votre avis ? « Fœtus », « entrailles »… Ces termes-mêmes visent à susciter l'horreur et l'épouvante à l'égard d'un assassinat barbare, cruel.

On peut s’interroger légitimement sur l’authenticité des faits allégués par Me Mahmoud Arqan.

En effet, comment expliquer que neuf ans se soient écoulés entre ces allégations (22 octobre 2001) et la plaidoirie de ce militant (30 janvier 2011) ? Fatima Issa et son mari ont-ils porté plainte en 2001 ? Si oui, quelle a été l'issue de cette plainte ? Si non, pourquoi ?

« Je n’ai pas trouvé mention des faits décrits par cet avocat palestinien dans le site de Tsahal. Gideon Lévy dans Haaretz a évoqué brièvement une femme qui, après avoir été retenue au check point, a accouché d'un enfant prématuré, et lorsqu'elle est arrivée à l'hôpital, son bébé était mort. Betzelem parle d’un bébé, fils de Fatma Mohamed Abed Rabbo, qui avait besoin de soins d'urgence, et est mort le 22 octobre 2001, quelques heures après que sa mère ait été retenue à un point de contrôle… S’il n'y a pas eu de plainte, aucune enquête n'aurait pu être menée, et on reste avec des accusations qui ne peuvent pas être vérifiées, ni confirmées, ni infirmées », m’a confié un responsable israélien le 1er février 2011.

Selon Me Mahmoud Arqan, la mère s'appellerait Fatima Issa. Et selon Betzelem, elle se serait appelée « Abed Rabbo », nom patronymique de son mari. Comment Me Mahmoud Arqan et le jury de ce concours célèbre expliquent-ils cette contradiction ?

Force est de constater que Human Rights Watch, une ONG peu suspecte de partialité en faveur d'Israël, ne mentionne pas Fatima Issa dans son site Internet, en anglais ou en français. Elle n'est pas la seule ONG à ignorer ces faits allégués par Me Mahmoud Arqan.

En mai 2010, cet avocat palestinien a « participé au IIe Concours international de plaidoiries organisé par l’Université d’Abu Dis, à Jérusalem Est, en Palestine ». Pourquoi n'a-t-il pas alors évoqué ces prétendus faits dans sa plaidoirie ? Par crainte que les autorités et des journalistes israéliens n'enquêtent et ne mettent en doute la réalité des faits allégués ? Pour obtenir une récompense célèbre et richement dotée à Caen, toucher un public français local lors de la plaidoirie et national grâce aux retombées médiatiques ?

Citons quelques exemples de la réalité quotidienne des Palestiniens. Le 31 janvier 2008, un médecin officier de Tsahal a accouché une femme palestinienne de Hébron qui n'a pu se rendre à l'hôpital à cause de la tempête de neige (Source : Guysen International News).

Le 7 février 2011, un nouveau-né palestinien, qui souffrait de problèmes respiratoires, a été sauvé grâce à des soldats israéliens. « J’aimerais remercier les soldats qui m’ont grandement aide et leur souhaiter la santé », a déclaré Shirin Muhammad Salamin, la mère du bébé, une Palestinienne de 27 ans qui vit près de Jéricho.

Rappelons l’action de l’association Un cœur pour la paix. Dans les territoires de l’Autorité palestinienne, « presque la moitié des mariages sont consanguins. Les bébés souffrent trois fois plus de malformations cardiaques que la population générale ». Un cœur pour la paix assure, avec les autorités militaires israéliennes et l’hôpital Hadassah de Jérusalem, des opérations délicates du cœur des enfants palestiniens d’un coût de 12 000 euros pris en charge pour moitié par cet hôpital : une opération du cœur est effectuée par semaine, un patient sur deux est un nouveau né, 60% des enfants sont des Gazaouis, etc. Cette association assure la présence auprès de l'enfant hospitalisé de sa mère, ou de la grand-mère du bébé si la mère vient d’accoucher. Elle forme des médecins palestiniens à l’échocardiographie pour dépister les enfants porteurs de malformations cardiaques, pour les suivre à leur retour dans leur foyer familial. Elle leur fournit gracieusement les appareils portables d’échocardiographie, etc.

De même, l'association israélienne Save a Child's Heart (SACH) coopère avec le Wolfson Medical Center à Holon (Israël) afin d'effectuer des opérations chirurgicales du coeur d'enfants de toutes origines, notamment palestiniens, et forment les médecins de l'Autorité palestinienne, de Roumanie, du Congo, du Kenya, de Zanzibar, de Chine, du Vietnam, etc. Depuis 1995, SACH a opéré plus de 2 400 enfants, dont 49% sont de l'Autorité palestinienne, de Jordanie, d'Iraq et du Maroc. Le nombre d'enfants traités chaque année par SACH est passé de 48 en 1996 à plus de 200 en 2009.

Que Mahmoud Arqan ait occulté les persécutions des chrétiens, les crimes dits « d'honneur », l'enseignement de la haine des Juifs dans les manuels scolaires palestiniens ou la corruption au sein de l'Autorité palestinienne, est révélateur. Etrange sensibilité aux droits de l'homme.

Mahmoud Arqan a usé de la liberté de parole d'un avocat lors de sa plaidoirie pour calomnier Israël et en demander la condamnation. Et le Mémorial de Caen et ses partenaires l'ont généreusement récompensé... avec de l'argent public.

Chronique d’un Prix annoncé ?
En 2009, ce concours international de plaidoiries pour les droits de l’homme a décidé de se tenir hors de France. Devinez où ? A « l’université palestinienne Al-Quds, en Cisjordanie, à quelques kilomètres de Jérusalem ».

« Le Mémorial de Caen, grâce à sa longue pratique », souhaitait « apporter son expérience en ce domaine au peuple palestinien, par le biais de l'Université Al-Quds ». Aux seuls Palestiniens ?

Organisé par « la Faculté de droit d’Al-Quds avec le Mémorial de Caen et l’Institut international des droits de l’homme, ce concours a réuni le 31 mai 2009 neuf avocats européens et palestiniens ».

Le jury était présidé par Frédéric Desagneau, consul général de France.

Les plaidoiries ? Plutôt des diatribes anti-israéliennes en présence notamment « du Président de l’Université, Sari Nusseibeh, du Consul Général de France à Jérusalem, Alain Rémy, et d’une délégation française » composée de 60 personnalités, dont des ministres, des parlementaires, des bâtonniers, des doyens de facultés de droit, de professeurs de droit et des journalistes français. Anwar Abu Eisheh, qui le co-organisé pour l’université al-Qods, a souhaité qu’ils « témoignent à leur retour des violations des droits de l’homme en Palestine ».

Le « Consul général de France à Jérusalem a déclaré : « C’est la première fois que la France coopère avec le Concours international de plaidoiries pour les droits de l’Homme en Palestine et dans le monde. Nous continuerons à soutenir de telles activités ». Le directeur du Mémorial pour la Paix de Caen, Stéphane Grimaldi, a déclaré qu’il souhaitait voir un jour en Palestine un tel mémorial pour la paix ».

« Le Maire d’Hébron, Khaled Ossaily, a rencontré le Député-Maire de Caen Philippe Duron, qui conduisait une délégation française. M. Duron a souhaité s’informer de la situation dans la ville d’Hébron et manifester sa solidarité avec ses habitants. La délégation était composée entre autres de Corine Ferret, Première adjointe de la ville de Caen, de journalistes français, d’Anwar Abu Eisheh, Professeur de droit à l’Université Al-Quds et Président de l’Association France-Hébron, et des participants au Concours international de plaidoiries pour les droits de l’homme... Le maire d’Hébron a salué la délégation et l’a remerciée de sa visite. Il a ensuite évoqué la situation politique à Hébron, notamment dans la vieille ville, et les souffrances de la population exposée à la violence des colons et de l’occupation ».

M. Duron a déploré « la situation et condamné le processus de colonisation, conduisant à l’expulsion des Palestiniens de leurs terres et de leurs maisons ».

Il a « rappelé que la ville de Caen avait beaucoup souffert pendant la deuxième guerre mondiale ; 70% des maisons avaient été détruites et beaucoup de ses habitants avaient trouvé la mort ». Et d'ajouter : « Nous avons vécu sous l’occupation pendant quatre ans, nous avons conscience d’une telle situation et de la souffrance de ceux qui vivent sous le joug de l’occupant ». Bref, cet édile a dressé un parallèle infondé et diffamatoire entre l'Occupation de la France par les Nazis et la présence des Israéliens en Judée et en Samarie !

Le député-maire socialiste de Caen « a manifesté sa solidarité avec la ville d’Hébron et a accepté l’invitation de participer à un groupe de pression et de travail pour que la ville d’Hébron soit classée au patrimoine mondiale de l’humanité de l’UNESCO. A la fin de la rencontre, les deux parties ont convenu de rechercher des mécanismes de coopération ».

Et la 2e édition hors de France s’est déroulée aussi à l'université al-Qods, le 23 mai 2010. Dans la même veine stigmatisant Israël.

Dans aucune de ces deux éditions locales, ni en 2009, ni en 2010, aucun avocat palestinien n’a évoqué ce « 22 octobre 2001 où Fatima Issa était sur le point d’accoucher, etc. » Pourquoi ?
Présidé ce 30 janvier 2011 par Jorge Semprun, le jury du concours à Caen était composé de 14 membres :
- Anwar Abu Eisheh, professeur de droit, université Al-Quds, Jérusalem. Lors de la guerre d’Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza, il avait allégué qu’« Israël tente de diviser Gaza en « bantoustans » et que « rien ne justifie le massacre perpétré à Gaza » ;
- Kléber Arhoul, directeur régional des Affaires culturelles, Basse-Normandie ;
- Matthieu Aron, rédacteur en chef à France Info ;
- Guillaume Ballard, directeur départemental d’Ouest France ;
- François Cantier, président d’Avocats sans Frontières ;
- Dominique Delhoume, directeur régional de France 3 Basse-Normandie ;
- Philippe Duron, député-maire de Caen, président du Mémorial ;
- Isabelle Fougère, journaliste ;
- Stéphane Grimaldi, directeur du Mémorial de Caen ;
- Régis Koetschet, chef de la Mission des relations avec la société civile de la Direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats du ministère des Affaires étrangères et européennesancien consul de France à Jérusalem (2002-2005) et un des trois promoteurs, avec Stéphane Grimaldi et Anwar Abu Eisheh, du concours de plaidoirie à l'université al-Qods ;
- Pascal Maurer, Président de l’Union internationale des avocats ;
- Françoise Tulkens, juge à la Cour européenne des Droits de l'Homme, présidente de la Deuxième section à la Cour européenne des Droits de l'Homme ;
- Ariane Weben, Bâtonnier de l’Ordre des avocats à la Cour d’appel de Caen.

Pourquoi aucun journaliste de ce jury ne s'est-il posé les questions listées dans mon article ?

Certains membres du jury ont noué des liens étroits avec les Palestiniens, notamment ceux de Hebron, et ont des opinions partiales à l’égard d’Israël. On peut s’interroger sur leur éventuel conflit d’intérêts : on ne peut pas être juge et partie. Quelles auraient été les chances d’un avocat plaidant pour les victimes françaises ou israéliennes des attentats islamistes palestiniens en Israël, ne serait-ce que pour être sélectionné ?

Que des personnes dotées d’un bagage intellectuel solide, dont un membre de l’Académie Goncourt et des représentants de l'élite judiciaire française et européenne, aient gobé ces mensonges horribles et n’aient pas su déceler une fiction partiale et une accusation antisémite est inquiétant.

Il est d'autant plus surprenant que Jorge Semprun, ancien communiste, n'a pas découvert cette propagande palestinienne éhontée alors que celle-ci a été élaborée en particulier par des spécialistes soviétiques du temps de l'URSS. Une propagande palestinienne qui écume tous les concours, dans tous les genres (avocats, photographes, etc.), dans tous les pays, dans de nombreuses villes, et notamment à Caen.

Cela signifie que le terrain a été soigneusement préparé par des décennies de propagande palestinienne mise en scène par Pallywood, cette industrie audiovisuelle palestinienne ainsi dénommée par l'historien Richard Landes, et relayée par maints médias et livres.

Cela prouve aussi une certaine inefficacité de la diplomatie israélienne et de certaines instances communautaires juives françaises pour faire connaître la réalité sur l'Etat d'Israël et faire comprendre aux autorités publiques que la diffamation de l'Etat juif alimente l'antisémitisme. En 2010, le Service de Protection de la Communauté Juive (SPCJ) a recensé 466 actes antisémites en France.

Ce concours est organisé par le Mémorial de Caen-Normandie, cité de l’histoire pour la paix, l’ordre des avocats à la Cour d’appel de Caen, et la ville de Caen, dont le député-maire est le socialiste Philippe Duron, que nous allons interroger sur leur acte grave.

Car c'est la coquette somme de 8 000 € provenant de l’argent des contribuables français qui a été versée à cet avocat palestinien par des instances renommées. Et ce, alors que la crise économique touche sévèrement la France, notamment le Nord de la France où se trouve Caen.

On ne peur qu’inviter les avocats de la Cour d’appel de Caen à visiter Israël et constater la vie quotidienne des Palestiniens : marchés regorgeant de victuailles, villas somptueuses des notables palestiniens, croissance économique soutenue, cartes dans les classes palestiniennes sans indication de l’Etat d’Israël, etc.

Ce Prix bénéficie déjà d'articles dans des médias qui prennent pour réalité les allégations diffamatoires de Mahmoud Arqan.

Stéphane Grimaldi a annoncé que le 3e concours de plaidoirie hors Caen se déroulera à l'université al-Qods le 17 avril 2011 et sera retransmis en direct dans un des amphis du Mémorial de Caen. Il a indiqué aussi que 50 journalistes-dessinateurs du monde entier seront réunis au Mémorial de Caen les 22 et 23 avril 2011 dans le cadre de Cartooning for Peace, organisation initiée par Plantu. Deux jours de débats, avec notamment Emmanuel Chaunu. Les dessins de celui-ci sur la plaidoirie de Me Mahmoud Arqan, partiaux et inspirés par la théologie chrétienne de la libération de la Palestine, ont été mis sur le site Internet du Mémorial de Caen. La vidéo de ce 3e concours a été mise en ligne.

Le quatrième concours international de plaidoiries pour les droits de l’Homme s'est déroulé le 6 octobre 2012, "à l’université al-Quds (Abu Dis), près de Jérusalem. Organisé par cette université et l’Institut international des droits de l’Homme de Caen, avec le soutien de ce Consulat général, du Consulat général d’Italie et des régions Basse-Normandie et Bretagne, le concours, qui mettait aux prises huit jeunes avocats palestiniens et français, a été remporté par maître Omar Bradiya (Hébron) pour une plaidoirie sur un crime d’honneur survenu à Hébron. Le deuxième prix a été attribué à maître Hadrien Gillier qui avait choisi pour sujet un cas d’avortement forcé en Chine, le troisième prix allant à maître Zaid Toubassi (Ramallah) pour une plaidoirie portant sur l’expulsion d’une famille de Jérusalem Est et l’occupation de sa maison par des colons".

Un Mémorial de Caen partial
Dirigé par Stéphane Grimaldi, le Mémorial de Caen a été inauguré en 1988 par le président François Mitterrand, sur l’esplanade Dwight Eisenhower, et dédié aux libérateurs de la France.

Constitué sous la forme d'une société d'économie mixte - capital de 1 216 350 € - dont la ville de Caen est l'actionnaire majoritaire (51,5%), il se targue d'avoir attiré 372 000 visiteurs en 2009 et d'avoir réalisé un chiffre d'affaires, cette année-là, de sept millions d'euros.

Il a accueilli « en 2002 environ 130 000 scolaires » et « formé gratuitement 1 500 professeurs à sa visite », me précisait en 2003 Isabelle Bournier, responsable de son service éducatif présent au Salon de l’Education (20-24 novembre 2002).

Sur la Guerre Froide, dont le conflit de Suez (1956), ce musée a élaboré des « ateliers de l’historien » - les élèves manipulent des objets et analysent des documents - et des « cahiers d’histoire » certifiés ISO 9002. Qu’écrit celui intitulé « La Seconde Guerre mondiale et le monde contemporain » (1999) sur Arafat ? Né à « Jérusalem » (sic) alors qu’il est né au Caire (Egypte), Arafat « passe de la lutte armée et terroriste à une action plus politique et diplomatique auprès de l’ONU et des pays occidentaux ». L’Intifadah ? « Une opération... lancée par des Palestiniens (enfants surtout) entre octobre 1987 et 1993 ».

Autre cahier, « La fin de la Guerre froide » (2002) cite la « violence directe », mais sans illustration d’attentats islamistes, et « l’esclavage, la traite des Noirs (XVe-XIXe siècle) » (sic).

Sur la Paix, sont prévus des ateliers (théâtre-forum) et évoqués notamment la « tradition hébraïque ». « L’Observatoire de la Planète » présente un film d’interviews d'Elie Barnavi, historien et ancien ambassadeur d'Israël en France, et Leïla Shahid, alors représentante en France de l’Autorité palestinienne. Extrait : « Les Nations unies n’avaient pas le droit de créer l’Etat d’Israël… Les réfugiés palestiniens ont souffert de génocide… L’OLP a utilisé légitimement tous les moyens possibles pour sa résistance armée ». Au « Théâtre de l’Actualité », deux acteurs « jouent une scène de la vie quotidienne, lors de conflits », dont celui au « Moyen-Orient ».

Ajoutons pour compléter cette présentation de ce Mémorial : la Galerie des Prix Nobel de la Paix, le concours Lycéen sur les Droits de l’Homme, les Rencontres pour la Paix et les Hercules de l’Histoire - un des lauréats (2002) a été le comédien Jules Sitruk-.

Le 5e concours de plaidoirie des lycéens sur les droits de l’homme avait déclenché une polémique. En effet, alors que l’Intifada II ensanglantait Israël par les islamikazes visant les civils, la plaidoirie de François Berthod, élève de Première au lycée Diderot (Langres, 52) s’intitulait « La Palestine : pays des enfants cibles ». Extraits :
« Certains jours, les dangers et l’humiliation de cette occupation [israélienne] se font plus précis, plus forts, plus inhumains encore.
Car si tous les jeunes Palestiniens subissent les mêmes contrôles, les mêmes gifles, les mêmes insultes, certains ont, en plus, déjà été touchés par balle et leur maison atteinte par un tir d’obus.
Tous ces enfants grandissent dans des ruines et courent chaque jour le risque d’être abattus, rien qu’en faisant un geste de travers…
Ces enfants [palestiniens] ont été assassinés alors qu’ils participaient seulement à des protestations contre l’occupation israélienne, certains ont été touchés par des balles réelles alors qu’ils jouaient dans leurs jardins ou se trouvaient sur le chemin de l’école, et d’autres sont morts car on leur a refusé un accès rapide à des soins médicaux.
Ils ne sont pas seulement pris dans le feu des armes, le nombre de victimes montre qu’ils sont eux-mêmes visés.
Rien n’est épargné, tenu pour sacré ou protégé…
S’attaquer aux enfants palestiniens est un des nombreux crimes d’Israël ».
Le reste est à l’avenant, présentes les policiers israéliens comme tortionnaires d'enfants palestiniens et occulte les attentats terroristes palestiniens contre les habitants d’Israël, enfants et adultes, l’enseignement de la haine et l’incitation à la violence dans les manuels scolaires palestiniens, etc.

En co-édition avec la FNAC, le Mémorial de Caen avait publié en 2002 14 plaidoiries de ce concours dont le jury était placé en 2001 sous l’autorité de Denys Robiliard, président d’Amnesty International-France. Un concours soutenu notamment par Phosphore, cofondateur du concours, et Reporters sans frontières (RSF).
 
Le 8 avril 2003, Shimon Samuels, directeur du Centre Simon Wiesenthal-Europe, alertait l’American Battle Monuments Commission et le ministre français du Tourisme sur les présentations biaisées et choquantes du Mémorial de Caen. Il listait des exemples de révisionnisme historique et s’indignait que ce Mémorial présentât le terrorisme comme « un moyen légitime de la résistance armée » et les terroristes comme des exemples de « mouvement de non-violence ».


Le quatrième concours international de plaidoiries pour les droits de l’Homme a eu lieu le 6 octobre 2012, à "l’université al-Quds (Abu Dis), près de Jérusalem".


Mémorial de Caen
Esplanade Général Eisenhower
BP 55026
14050 Caen Cedex 4
Tél. : 02 31 06 06 47
avocats@memorial-plaidoiries.fr


Articles sur ce blog concernant :
 
Article publié les 30 janvier 2011 et 2 décembre 2012. Il a été modifié la dernière fois le 2 décembre 2012.
 

9 commentaires:

  1. Chère Madame,

    Je me permets de vous indiquer que l'Ordre des Avocats de Caen se déplace chaque année en Terre Sainte et qu'il visite les Territoires Palestiniens. Je ne suis pas convaincu par votre argumentaire et reste persuadé que le fait d'honorer une plaidoirie telle que celle de Maître Mahmoud ARQUAN ne constitue en rien la poursuite de l'antisémiste. Bien au contraire. Le message de ce confrère est un message de paix, ce à quoi le Barreau de Caen s'associe, de même sans nul doute le Mémorial. Je suis d'ailleurs fier comme avocat et contribuable caennais qu'un prix lui soit remis. Je suis aussi très favorable à la venue de confrères d'Israël au Concours de plaidoirie de Caen, ce qui a déjà été le cas dans le passé. Plus les droits de l'homme seront évoqués, de l'ensemble des partenaires dans cette région du monde, plus la paix aura des chances de prospérer.

    Olivier LEHOUX

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour M Lehoux

    En effet, si vous avez visité cette contré de la même façon que des Besancenot et consors, et qu'on ne vous a montré que le misérabilisme, fait grâce au Hamas, et qu'on ne vous a pas fait visiter le soldat franco-Israélien, détenu depuis quatre ans sans visite de la croix rouge, alors qu'en Israel, les prisonniers ont de beaux locaux et font des études, il n'est pas nécessaire de donner des leçons à ceux qui connaissent vraiment le problème. D'ailleurs, vous ne répondez qu'à ce que vous avez voulu, mais trop de "crimes" imputés à Israel ont été élucidés, mais malheureusement, ou heureusement pour ceux qui ne veulent pas savoir, les médias français ne désinforment pas (un conseil DESINFO.COM)
    Tamara

    RépondreSupprimer
  3. L'Ordre des Avocats se déplace en "Terre Sainte" ?
    Vous voulez dire en Israël ou le mot est-il trop difficile à écrire ?
    J'aimerais savoir en quoi le "message" de cet avocat est un "message de paix" ?
    Il est peut être temps d'arrêter de prendre les gens pour des imbéciles !
    Votre argumentaire n'est nullement convainquant, tout comme cette plaidoirie fictive faite pour attendrir les faux-naifs.
    Il semble bien s'agir d'un nième cas de diffamation s'inspirant de poncifs antisémites bien connus. De quoi alimenter une fois de plus, et comme s'il n'y en avait pas assez, l'importation du conflit israélo-palestinien en France et son corrélat : la quantité scandaleuse des actes antisémites en France.

    En tant que contribuable française, je demande à ce qu'une enquête soit diligentée sur le contenu de cette plaidoirie et les critères fantaisistes de remise de prix de ce mémorial.

    RépondreSupprimer
  4. La notion de témoignage ou de vérité n'a pas le même sens dans certains pays que dans ce qu'on appelle les pays développés.
    Si les membres de ce jury avaient eu tant soit peu la possibilité de percevoir chez ce confrère étranger le niveau d'importance accordé par lui à la probité du raisonnement et au bien fondé des références au regard de l'effet à produire, ils ne l'auraient, je pense, pas ainsi couronné.
    Mais comment lui prêter ce qui leur aurait paru être une mauvaise foi inqualifiable alors qu'ils percevaient sans doute chez l'intéressé une conviction particulièrement forte et sereine dans ses propos. Comment imaginer en effet, lorsqu'on est un français à Caen au 21ème siècle, que le normal et le juste pour un avocat francophone, apparemment très proche par les mots et le raisonnement, serait de mener par absolument n'importe quel moyen, en tant que palestinien, une guerre sainte contre l'ennemi juif?
    Il n'en reste pas moins que l'absence de prudence et de discernement du jury me paraissent coupables et constituent à mon avis un acte de complicité caractérisé dans la diffamation par la diffusion qu'il lui a donné.

    RépondreSupprimer
  5. Le centre Simon Wiesenthal avait raison d'alerter le gouvernement Francais du révisionisme acharné pratiqué par le mémorial de caen.

    Le palestinisme" maître du mensonge" à infecté aussi ce mémorial !

    honte et déshonneur pour les responsables

    RépondreSupprimer
  6. c'est très courageux d'être anonyme !!!

    RépondreSupprimer
  7. Ceux qui sont morts pour la France et qui se sont sacrifiés doivent se retourner dans leur tombe.

    RépondreSupprimer
  8. A Sim
    Désolée mais ma réponse à M. Lehoux est signée. De toutes les façons, ce n'est jamais anonyme puisqu'on indique une adresse. Mais vous, qu'en pensez-vous de tout cela ? Tamara

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour,

    L'intitulé de la plaidoirie « l’Exécution du fœtus dans les entrailles de sa mère » donne déjà la couleur du truc : rouge sang.

    Le mot "sang" est systématiquement scandé lors de toutes les manifestations palestiniennes : Il s'agit alors de "donner son sang", "offrir ses enfants (chair de sa chair)", "jusqu'à la dernière goutte de son sang" etc. pour la cause - ou pour n'importe quoi. C'est un dada qu'ils adorent.

    Pour des Français non-avertis comme nous (?), cela a pour but appitoyaliste de toucher immédiatement notre corde sensible. C'est la vierge Marie dont on assassine l'enfant Jésus !
    Eh ben non, ce n'est pas ça du tout et ce n'est peut-être qu'un énième mensonge parmi les milliers d'autres dénoncés mais qu'on refuse obstinément de voir.

    On aurait mieux fait de donner un prix à la plaidoierie d'un avocat vantant les mérites tus ou ignorés des milliers de médecins et d'infirmiers juifs qui sauvent les vies palestiniennes dans les hôpitaux israéliens et ailleurs, conformément au serment d'Hippocrate.

    Cela dit, cela ne changera rien.

    M. de J.

    RépondreSupprimer