Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

lundi 4 mai 2015

« Sur le chemin de la nature enfouie » de Jean-Claude Snyders


Jean-Claude Snyders est le fils d’un déporté, Juif et résistant, d’un survivant du camp d’Auschwitz qui a gardé le silence sur sa déportation. Il livre le récit sur l'effet de la Shoah sur les déportés, et la deuxième génération. Le 5 mai 2015, Toute l'Histoire diffusera le documentaire Ils ne savaient pas ? Les Français et la Shoah sous l'Occupation : " Durant l'Occupation, de 1941 à 1944, 76000 Juifs ont été déportés de France. Des hommes valides, mais aussi des femmes, des enfants, des bébés, des vieillards sont ainsi partis "vers l'est" comme on disait alors pudiquement. Comme si l'on se doutait bien que quelque chose de néfaste se déroulait, "à l'est".  S'il est difficile, à distance et armé aujourd'hui de notre savoir de restituer l'exacte connaissance qu'avaient les Français de la Shoah qui était en marche sous leurs yeux, il n'est pas vain de se demander ce que savaient, ce que pouvaient savoir les Français du destin de ces Juifs que l'on emmenait vers la mort.  C'est la question à laquelle ce documentaire tente de répondre aujourd'hui".

Enfant, Jean-Claude Snyders s’est cru responsable de la douleur de son père, il s’est mépris sur ses colères violentes (hurlements) en réaction à des faits anodins.

Il a été marqué par ces silences destinés en fait à le protéger et révélant aussi l’impossibilité de dire l’indicible ainsi que le rejet de l’homme traité en « sous-humain » par les Nazis.

L’auteur a longtemps respecté ce non-dit paternel par craintes, notamment l’appréhension de faire souffrir son père.

Alors que son père commençait à parler sur ce qu’il avait enduré au camp d’Auschwitz, Jean-Claude Snyders a entrepris d’écrire, avec tact et détermination, ce livre transgressif d’un interdit et introspectif comme un périple pour savoir, comprendre, aider son père, communiquer avec lui sur ce sujet éprouvant - la Shoah (Holocaust) -, et en être aimé. Bien que son père lui ait témoigné des preuves de son amour…

Lauréat de l'Académie française en 1994, Jean-Claude Snyders analyse aussi ses relations avec son épouse et ses enfants, le besoin, la profondeur et les difficultés de l’amour. Il s’interroge aussi sur l’éducation qu’il a donnée à ses enfants.

Les postfaces sont signées d’Eliette Abécassis et de Georges Snyders, père de l’auteur.


Jean-Claude Snyders, Sur le chemin de la nature enfouie. Editions Cheminement, coll. Ma part de vérité, 2009. 417 pages. 22 euros. ISBN : 978-2-84478-895-5
Cet article a été publié dans le numéro 630-631 de novembre-décembre 2010 de L'Arche, et sur ce blog le 11 décembre 2010.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire