Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

vendredi 25 août 2017

« Stitching History from the Holocaust »


L’exposition itinérante et virturelle « Stitching History from the Holocaust », actuellement à l'Holocaust Memorial Center,  et la pièce de théâtre « A Stitch in Time » de Susan Westfall évoquent la couturière pragoise Hedwig Strnad qui a tenté vainement de fuir la Tchécoslovaquie occupée par les Nazis, et a été assassinée lors de la Shoah.
C’est une exposition itinérante inédite, au musée et sur Internet, et bouleversante. Un hommage à une couturière juive pragoise assassinée lors de la Shoah

En 1997, alors qu’il vidait la cave de la maison de sa mère à Milwaukee dans le Wisconsin, Burton Strnad, avocat, a découvert une enveloppe portant le sceau nazi « Inspecté par le IIIe Reich ». A l’intérieur, se trouvait une lettre datant du 11 décembre 1939 écrite par Paul Strnad, Juif pragois. Celui-ci demandait à son cousin Alvin, père de Burton, de l’aider à se procurer un affidavit (« déclaration sous serment ») pour son épouse Hedwig, ou Hedy, et lui afin de fuir la Tchécoslovaquie occupée par les Nazis. Paul expliquait qu’Hedy était couturière – une photographie envoyée montre le couple - et a joint dans un paquet ses dessins en couleurs d’habits en preuve de son talent et de leur indépendance financière. Ces dessins représentaient une robe du soir, deux manteaux, deux costumes et plusieurs robes. Paul et Hedy Strnad espéraient que quelqu’un à Milwaukee offrirait un travail à cette styliste. Ils avaient perdu leur travail en Tchécoslovaquie.

Malgré les efforts d’Alvin pour aider son cousin et son épouse et obtenir des visas, le couple Strnad a été assassiné lors de la Shoah.

Burton Strnad a donné ces documents à Kathie Bernstein, archiviste de photographies et d’artefacts de la communauté juive de Milwaukee, et à l’association d’histoire juive de Milwaukee. Kathie Bernstein l’a assuré de les utiliser un jour. Mais beaucoup de questions demeuraient sans réponse sur le parcours de ce couple pragois juif.

En 2008, lors de l’ouverture du musée juif de Milwaukee dirigé par Kathie Bernstein, cette lettre a intégré sa collection permanente. Un visiteur a souhaité que le JMM créé les robes dessinées par Hedy.

En 2014, le musée a travaillé avec l’atelier de costumes du théâtre de répertoire de Milwaukee, notamment Jessica Hartman Jaeger, pour donner vie aux dessins de Hedy Strnad, tout en effectuant des recherches sur la famille Strnad.

Six universitaires ont fourni des explications sur les documents selon des perspectives différentes, dont l’histoire de la mode, celle de l’immigration et de la Shoah.

En est résultée l’exposition itinérante Stitching History from the Holocaust, inaugurée par ce musée, avant d’être accueillie à la Ruth Davis Design Gallery à Madison et au Museum of Jewish Heritage à New York en 2016, au Jewish Museum of Florida - FIU et à l’Holocaust Memorial Center Zekelman Family Campus à Farmington Hills en 2017. Huit robes et accessoires ont été fabriqués selon les dessins d’Hedwig Strnad, les techniques et styles de l’époque : boutons recouverts, fermetures Eclair vintage… En outre, l’exposition présente des vêtements dessinés par des étudiants en stylisme de l’Université du Wisconsin inspirés par les vêtements de Strnad et le style des années 1930.

De plus, une exposition digitale informe sur la vie d’Hedy.

Elle provient d’un partenariat fructueux université/communauté, auquel ont collaboré les UW-Milwaukee Libraries, le UW-Milwaukee Digital Humanities Lab, et le Jewish Museum Milwaukee. La structure du site permet de décrire chaque objet et d’ajouter de nouvelles informations. Chacun peut explorer le site et l’abonder en données.

Parmi ces objets : une lettre du mari d’Hedwig Strnad remerciant Alvin Strnad d’avoir initié la procédure afin d’obtenir l’affidavit de nécessité pour Hewig Strnad, et demandant des magazines de mode de Paris.

Autre document émouvant : la fiche biographique remplie dans les années 1990 par Brigitte Neumann Rohaczek sur sa tante Hedviga Strnad et destinée à Yad Vashem. Cette nièce est citée, en note de bas de page, dans un livre sur les Kindertransport, convois ayant sauvé des enfants juifs d’Europe continentale en les amenant en Grande-Bretagne. Grâce à un étudiant américain, Tyler Grasee, Ellie Gettinger, directrice de l’Education au musée juif de Milwaukee, a contacté en 2013 Brigitte Neumann Rohaczek. Cette octogénaire vivait à Nuremberg et lui a donné des informations sur Hedvika Strnad. Elle l’a décrite comme une « Lady tailor », une femme de caractère, indépendante, rousse, pleinte de joie de vivre, qui aimait fumer. Hedvika Strnad était propriétaire d’un magasin et d’un atelier de vêtements où travaillait une équipe importante de couturiers de haute couture très qualifiés. Ses clients fidèles admiraient son goût fin et son écriture élégante.

Hedy et Paul formaient un couple qui semblait toujours heureux. Ils dirigeaient un théâtre de marionnettes, et quand l’atelier de fabrication n’était pas occupé, les couturières cousaient des robes à la mode pour les marionnettes et pour les poupées de sa nièce Brigitte.

Brigitte Neumann Rohaczek savait aussi que Hedwig était toujours vivante en 1944 : « A la fin de 1944, elle était encore à Theresienstadt et Auschwitz a été libéré en 1945. Aussi, c’était juste une question de quelques mois. Et cela a été… trop tard ».

Après Theresienstadt, le couple Strnad semble avoir été amené dans le ghetto de Varsovie. Il y est mort ou est décédé à Treblinka.

Elle a donné au musée une lettre de Paul à son père, avec une note manuscrite d’Hedviga.

Karen Strnad, fille de Burton, a donné au musée une lettre trouvée chez sa grand-mère. C’est une lettre de Paul à son cousin Avin, datée d’octobre 1938, juste après les accords de Munich. Paul y écrivait : « Quelle catastrophe s’est abattue sur notre pays ! Une catastrophe qui a bouleversé toute notre vie… Tu peux imaginer notre grand intérêt à quitter l’Europe aussi vite que possible parce qu’il n’y a pas de possibilité d’obtenir un poste dans ce pays. Par une autre lettre, je t’ai envoyé des dessins de robes conçus par ma femme. J’espère que les fabricants de robes que tu as mentionnés dans ta lettre les apprécieront ».

Karen Strnad et Brigitte Neumann Rohaczek ont visité le village où naquit Paul Strnad.

« Il y a ce mot hébreu « Hineni » qui signifie « Je suis ici », et j’y pense beaucoup. Maintenant, je peux dire « Hineni » et regarder un membre de la famille que je n’ai jamais connu. Je peux dire « Hineni » à propos des créations d’Hedy. Ces robes sont des artefacts de l’histoire de ma famille. Ils les gardent spirituellement vivants », a déclaré  Karen Strnad.

L’histoire tragique du couple Strnad a inspiré la dramaturge Susan Westfall qui a écrit la pièce de théâtre « A Stitch in Time », dont la première représentation publique, dans une mise en scène de Michael Yawney, professeur associé de théâtre à la Florida International University, a été donnée le 29 janvier 2017 au musée juif de Floride. Fruit d’une commande du musée, cette pièce de théâtre en un acte est interprétée par Ricky J. Martinez et Irene Adjan.
                           
          
Du 22 juin au 29 décembre 2017
Zekelman Family Campus 
28123 Orchard Lake Road
Farmington Hills, Michigan 48334
Tel.: 248.553.2400
Lundi de 9 h 30 à 20 h 30, du mardi au jeudi et le dimanche de 9 h 30 à 17 h, et le vendredi de 9 h 30 à 15 h
Fermé le samedi, les jours fériés et les fêtes juives.

Visuels
A letter from Hedwig Strnad's husband to Alvin Strnad, thanking him for starting the process to obtain an Affidavit of Necessity for Hedwig Strnad, and requesting Fashion magazines from Paris
Paul Strnad, “Correspondence from Paul Strnad to Alvin Strnad II,” Stitching History from the Holocaust, accessed August 1, 2017, http://liblamp.uwm.edu/omeka/stitchinghistory/items/show/43.

Photograph of Hedy and Paul Strnad outside
“Hedy and Paul Strnad,” Stitching History from the Holocaust, accessed August 1, 2017, http://liblamp.uwm.edu/omeka/stitchinghistory/items/show/25.

Biographical details of Hedwig Strnad, Holocaust victim, submitted to Yad Vashem by her niece, Brigitte Rohaczek
Brigitte Rohsczek, “Page of Testimony for Hedvika (Hedwig) Strnad,” Stitching History from the Holocaust, accessed August 1, 2017, http://liblamp.uwm.edu/omeka/stitchinghistory/items/show/15.

Flower Dress, Drawn and Designed by Hedwig Strnad
Hedwig Strnad, “Flower Dress, Drawn and Designed by Hedwig Strnad,” Stitching History from the Holocaust, accessed August 1, 2017, http://liblamp.uwm.edu/omeka/stitchinghistory/items/show/20.

Three maps illustrating Central Europe between 1815 and 1835
“Maps of Central Europe, 1815-1935,” Stitching History from the Holocaust, accessed August 1, 2017, http://liblamp.uwm.edu/omeka/stitchinghistory/items/show/24.

“Correspondence from Paul Strnad to Alvin Strnad I,” Stitching History from the Holocaust, accessed August 1, 2017, http://liblamp.uwm.edu/omeka/stitchinghistory/items/show/44.

Grey Dress, Drawn and Designed by Hedwig Strnad
Hedwig Strnad, “Grey Dress, Drawn and Designed by Hedwig Strnad,” Stitching History from the Holocaust, accessed August 1, 2017, http://liblamp.uwm.edu/omeka/stitchinghistory/items/show/19.

Black and White Dress, Drawn and Designed by Hedwig Strnad
Hedwig Strnad, “Black and White Dress, Drawn and Designed by Hedwig Strnad,” Stitching History from the Holocaust, accessed August 1, 2017, http://liblamp.uwm.edu/omeka/stitchinghistory/items/show/21

Les citations proviennent du site de l'exposition.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire