mercredi 25 janvier 2017

Pablo Picasso (1881-1973)


Le musée Picasso présente l'exposition « Picasso-Giacometti »Front populaire, guerre d’Espagne, « camp de la paix » proche du Parti communiste lors de la Guerre froide, intervention de l’Union soviétique en Hongrie… Le peintre, dessinateur, sculpteur et céramiste Pablo Picasso (1881-1973), qui est demeuré à Paris sous l’Occupation, est intervenu, principalement par l'art, dans la vie politique d’un XXe siècle tragique. Cet artiste prolifique a créé plus de 50 000 œuvres dont 8 000 tableaux, dont Guernica


Pablo Picasso naît en 1881 à Malaga (Espagne) dans une famille dont le père est professeur de dessin.

Admis à l'académie royale de San Fernando, il s’en éloigne pour vivre à Barcelone, puis dans le village de Horta de Sant Joan.

En 1900, il rejoint Paris où il s’installe dans le quartier de la butte Montmartre : son tableau Les Derniers Moments représente l’Espagne à l’Exposition universelle. Il y rencontre le marchand Pedro Mañach et Berthe Weill qui acquiert trois scènes de tauromachie. Il s’y fixe progressivement, notamment au Bateau-Lavoir.

Il y débute son œuvre artistique marquée par la période bleue (1901-1904) au cours de laquelle il se lie avec Max Jacob, la période rose (1904-1906) pendant laquelle il fait la connaissance de Guillaume Apollinaire et André Salmon, ainsi que de Gertrude et Léo Stein, mécènes Juifs américains, les années d'influence de l'art africain (1907-1909), la période cubiste (1907-1914) marquée par Les Demoiselles d'Avignon.

En 1914, quand survient la Première Guerre mondiale, Picasso n’est pas mobilisé en raison de sa nationalité - l'Espagne n’est alliée d’aucun belligérant -. Il crée les décors du ballet Parade de Léonide Massine et des Ballets russes de Serge de Diaghilev, sur une musique d’Erik Satie. Il rencontre Stravinski et la danseuse Olga Khokhlova qu'il épouse en 1918. Son ami Apollinaire décède au terme du conflit.

Essayiste, collectionneur et marchand d'art, Juif allemand naturalisé français en 1937, Daniel-Henry Kahnweiler (1884-1979) a joué un rôle essentiel dans la reconnaissance artistique du mouvement cubiste - Pablo Picasso, Georges Braque, Juan Gris et André Derain - dans les années 1910 et 1920.

Guernica
A la fin des années 1920 - période d'influence du surréalisme -, avec l'avènement des fascistes en Italie, puis la montée du péril nazi en Allemagne, Picasso « s'engage véritablement en politique. Il fête le Front populaire espagnol, puis français, en 1936, avant de se mobiliser contre la rébellion franquiste. Une dimension qu'il traduit en peinture, notamment avec Le charnier, La guerre de Corée ou Guernica (1937), l'un des tableaux les plus fameux au monde ». Une commande du gouvernement républicain espagnol « après le bombardement féroce de la cité basque par les alliés fascistes et nazis de Franco, en 1937 », dont la Légion Condor allemande. Ce qui cause 1 600 morts et des centaines de blessés. Le poète Aragon relate en France ce bombardement de civils. Picasso, qui travaille dans son atelier de la rue des Grands Augustins, est alors lié intimement à la photographe Dora Maar qui saisit les moments majeurs de la création, en quelques semaines, de ce tableau de grande dimension (4 m sur 8). Picasso peint des corps décapités, le taureau, le cheval éventré, figures incarnant le mal et le bien. Il joue sur les contrastes des couleurs noir/blanc, des formes brisées ou sensuelles dans leur rondeur. Le commanditaire est étonné par Guernica, "peinture d'histoire tragique" (Philippe Dagen) qui circule dans le monde afin de collecter des fonds destinés aux réfugiés espagnols et est interdite par le régime de Franco en Espagne. Ce tableau demeure des décennies durant aux Etats-Unis, puis rejoint l'Espagne démocratique, après la mort de Franco. Picasso ne reviendra plus en Espagne.

Pour les Nazis, Picasso est lié à "l'art dégénéré". A Paris, cet artiste crée, récupère le cuir de selles et le métal, bien qu'il soit interdit d'exposition. Il demeure malgré les invitations à fuir la France. L'Aubade est interprété comme une oeuvre politique montrant deux corps martyrisés, et suscite l'ire de visiteurs lors de son exposition au Salon d'automne quelques années plus tard. Picasso est spectateur lors de l’Occupation nazie, en lien avec Paul Eluard, en s’engageant tardivement en faveur du poète Max Jacob qui décède au camp de Drancy, près de Paris. Il soutient aussi l'hôpital de Varsovie, à Toulouse, qui soigne les réfugiés espagnols anti-franquistes.

En 1944, Picasso « adhère au Parti communiste français, "parti des fusillés", pour lequel il dessine sa célèbre colombe, symbole du « camp de la paix » dans l'après-guerre. Une colombe parodiée...

Mais sa liberté créatrice n'est guère en phase avec la rigide orthodoxie dictée par Moscou ».

En 1945, Picasso peint Le Charnier, en noir et blanc, sur les camps d'extermination. Une oeuvre achetée par le Musée d'art moderne de New York.

Dès 1951, il envoie ses œuvres pour publication par Le Patriote, journal régional publié à Nice. Ornant la Une du journal, le premier dessin célèbre la fête, loin du réalisme artistique prôné par le Parti communiste.

Il peint aussi Massacre en Corée, dans un style expressionniste et cubiste, et dans l'inspiration du Tres de Mayo de Goya.

En 1952, dans son atelier du  Fournas à Vallauris, Picasso, vice-président du Comité mondial de la Paix et artistique, peint La Guerre et la Paix. Une oeuvre intemporelle, expressive, composée de 18 panneaux d’isorel, vissés sur un berceau-armature en bois courbe et résultant de 300 dessins préparatoires. "Dans un premier temps, le visiteur voit la Guerre, personnifiée par une figure anonyme qui est la première image qui s’est imposée à Picasso, celle de « la course dégingandée et cahotante d’un de ces corbillards de province ». Le Guerrier de la Paix, portant les attributs de la Justice, stoppe cette avancée. Sur son bouclier, est peinte la colombe, dont Picasso avait fait sur les affiches des mouvements pour la paix le symbole communiste de la Paix, avant qu’elle n’en devienne le symbole universel. Sous la colombe, se devine en transparence, le Visage de la Paix, celui de Françoise Gilot qui a été recouvert d’un glacis semi-transparent. Ce personnage marque la transition entre les deux panneaux. Dans le second panneau, la Paix, est dans un premier temps, représentée comme la reprise de la vie : la mère allaitant son enfant, le feu qui nourrit, la création / l’écriture, en opposition dans les thèmes et dans le traitement pictural avec les figures du panneau de la Guerre. Picasso, avec la Paix, craint de tomber dans la banalité. C’est pourquoi dans la seconde partie du panneau, la Paix est représentée comme une utopie mais une utopie qui repose sur une fragile balance".

A la mort de Staline en 1953, Picasso peint pour Les Lettres françaises, revue dirigée par Aragon, un portrait du dictateur, jeune, mais qui déplaît car l'artiste n'a pas exprimé "la bonté du grand homme". En fait, la polémique cache un règlement de comptes au sein du Parti communiste français.

En 1956, l'intervention soviétique en Hongrie induit la rupture de Picasso avec ce parti.

En 1967, Picasso refuse la Légion d'honneur proposée par la France.

Picasso « sera ainsi de tous les combats mais sans compromissions ».

De ses convictions, de ses mutations politiques, de ses engagements pour la paix, restent des œuvres majeures et des clés essentielles pour la compréhension de l'artiste dans son siècle.

Picasso mania
Un documentaire éclairant aussi l'exposition « Picasso.mania » qui souligne, au Grand Palais, à Paris (7 octobre 2015-29 février 2016), la "confrontation féconde" depuis les années 1960 entre les artistes contemporains et Picasso. "Cent chefs d’œuvre de Picasso, dont certains jamais montrés, confrontés aux plus grands maîtres de l’art contemporain, David  Hockney, Jasper Johns, Roy Lichtenstein, Andy Warhol, Jean-Michel Basquiat… À la fois chronologique et thématique, le propos retrace les différents moments de la réception critique et artistique de l’œuvre de Picasso, les étapes de la formation du mythe associé à son nom. Aux grandes phases stylistiques, à certaines œuvres emblématiques de Pablo Picasso, telles que Les Demoiselles d’Avignon et Guernica, répondent les œuvres contemporaines de Hockney, Johns, Lichtenstein, Kippenberger, Warhol, Basquiat ou encore Jeff Koons".

Arte dédie à l'artiste le site Internet Picasso au cube.

Picasso et Giacometti
Du 4 octobre 2016 au 5 février 2017, le musée Picasso présente « Picasso-Giacometti », la toute première exposition consacrée à l’œuvre de deux des plus grands artistes du XXe siècle : Pablo Picasso (1881-1973) et Alberto Giacometti (1901-1966).

"Grâce à un prêt exceptionnel de la Fondation Giacometti, cette exposition inédite, qui occupera le rez-de-chaussée et le premier étage de l’hôtel Salé, réunit plus de 200 œuvres des deux maîtres provenant des riches collections du Musée Picasso et de la Fondation Giacometti, ainsi que des prêts de collections françaises et étrangères".

"Un important travail de recherche, mené en commun dans les fonds d’archives du Musée Picasso et de la Fondation Giacometti, a permis de révéler des documents inédits, esquisses, carnets et annotations significatives. Ceux-ci éclairent les relations méconnues entre les deux artistes, relations à la fois amicales et formelles, et l’intérêt mutuel qu’ils se sont porté à des moments clefs de leurs carrières, en dépit de vingt ans de différence d’âge".

"Dotés de tempéraments différents, mais caractérisés tous deux par une grande liberté d’esprit et d’invention, Picasso et Giacometti partagent une fascination pour le lien entre Éros et Thanatos, comme pour le déplacement des limites de la représentation. De leur rencontre au début des années 1930 à leurs dialogues nourris dans l’après-guerre autour des querelles du retour au réalisme, les deux artistes n’ont cessé d’échanger sur leur création. Comme l’exposition le révèle, de nombreuses similitudes formelles et thématiques rapprochent leurs œuvres de la période surréaliste. À partir de la fin des années 1930, tous deux vont transformer leur pratique et partager des questionnements sur l’art et sa relation au réel, auxquels le peintre-sculpteur et le sculpteur-peintre répondent par des solutions formelles différentes".

Articulée autour de huit sections, l’exposition "propose un parcours à la fois chronologique et thématique présentant les différents aspects de leur production artistique dans tous les médiums : peinture, sculpture, dessin. Après avoir évoqué le cheminement des deux artistes de leurs œuvres de jeunesse jusqu’aux créations modernistes, elle montre les correspondances entre leurs œuvres, de l’influence des arts extra-occidentaux ou de celle du mouvement surréaliste au renouveau du réalisme dans la période d’après-guerre".

"À côté d’œuvres emblématiques de chacun des artistes comme Paul en Arlequin (1924), Femme assise au fauteuil rouge (1932) et La Chèvre (1950) de Picasso ou Femme qui marche (1932), Cube (1933-1934) et Homme qui marche (1960) de Giacometti, sont présentés des plâtres rares et fragiles, des dessins dont certains inédits, et de nombreuses archives dévoilées pour la première fois".

Picasso photographié
Arte diffusa le 31 juillet 2016 Picasso et les photographes (Picasso Im Blick Der Fotografen), documentaire de Mathilde Deschamps-Lotthé (2012, 28 minutes).

"Toute sa vie, devant et derrière l'objectif, Picasso a joué avec la photographie. D'abord utilisé pour immortaliser des moments, des lieux et des personnes importantes à ses yeux, ce visionnaire pressent rapidement les possibilités infinies de cet art nouveau : magnifier, mais aussi déformer la réalité et en offrir une représentation abstraite. Il utilise alors la photo comme média complémentaire, qu'il détourne, découpe ou colle dans des compositions que seule la technique photographique permet".

"Au cours de sa longue vie, Picasso a rencontré de nombreux photographes avec qui il a tissé des liens solides et à qui il a offert de splendides images. Surtout, devant ou derrière l'objectif, le peintre a vite utilisé la photographie comme un prolongement de son art".

"Avec, entre autres, le témoignage des photographes Lucien Clergue, ami et portraitiste de Picasso, David Douglas Duncan et André Villers".

Inventaire et dation
Le "8 avril 1973, lorsque Pablo Picasso s'éteint à 91 ans, dans sa maison de Mougins, en Provence, il ne laisse aucun testament. Peu après, dans les différentes demeures du peintre, la famille plusieurs fois recomposée qui est la sienne découvre un héritage fabuleux et insoupçonné : des dizaines de milliers d'œuvres de toute nature que le plus grand peintre du XXe siècle a conservées toute sa vie, de ses premières esquisses d'enfant surdoué, à Malaga, jusqu'à ses ultimes toiles. Un inventaire colossal qui révèle une part des secrets de l'homme. Le commissaire-priseur que les héritiers chargent de l'inventaire, Maurice Rheims, pense avoir plusieurs mois de travail. Il mettra en réalité plus de trois années à répertorier un total de cent vingt mille pièces - croquis, esquisses, lithographies, gravures, sculptures, céramiques et peintures de tous formats, mais aussi correspondances, collections personnelles, etc. Cette succession "inestimable" va donner lieu à une extraordinaire dation à l'État français - aux termes d'une loi conçue sur mesure par le ministre de la Culture André Malraux -, à l'origine du musée Picasso, à Paris".


Ce documentaire « Picasso, l'inventaire d'une vie », "coécrit par l'un des petits-fils de Picasso, déroule l'incroyable roman artistique et sentimental que fut la vie du peintre avec une fluidité et une élégance à sa mesure. Il dispose d'une matière première d'une richesse exceptionnelle : de passionnantes archives, souvent inédites, dont nombre de photos et films de famille, des entretiens exclusifs et rares avec ses proches et d'autres témoins privilégiés de la succession (Bernard Ruiz-Picasso, Claude Ruiz-Picasso et sa mère, Françoise Gilot, Maya Widmaier Picasso, Pierre Daix, Roland Dumas...), et l'oeuvre inépuisable du maître. Sous l'œil de la caméra, au fil d'un commentaire aussi dense que limpide, chaque trait de pinceau ou de crayon, chaque composition, chaque thématique s'éclaire d'un sens à la fois intime et universel. Le documentaire ouvre ainsi un émouvant chemin vers Picasso à travers sa création".

Picasso et les photographes (Picasso Im Blick Der Fotografen), documentaire de Mathilde Deschamps-Lotthé
2012, 28 minutes
Sur Arte le 31 juillet 2016 

« Picasso, l'inventaire d'une vie », par Hugues Nancy
Arte, 2013, 58 min
Sur Arte le 22 mai 2016 à 22 h 45

France, 2013, 52 min
Sur Arte le 11 octobre 2015 à 17 h 35

Visuels :
La chapelle à Vallauris illustré par Picasso avec des motifs de guerre et de paix.
La fameuse peinture "Guernica" de Pablo Picassos, 1937

© RMN/Succession Picasso/Jacques Faujour
Jeune Picasso à Montmartre, Place Ravignan.

© RMN/Succession Picasso/Franck Raux
Pablo Picasso avant la toile "Homme accoudé sur une table", 1915-16.

© RMN/Succession Picasso/René-Gabriel Ojeda
"Nu couché", 1932, portrait de Marie-Thérèse Walter, amante de Picasso

Alberto Giacometti (1901-1966)
Autoportrait
1921
Huile sur toile, 82,5 x 72 cm
Kunsthaus Zürich, Alberto Giacometti Stiftung
Inv. GS 62
© Succession Giacometti (Fondation Giacometti + ADAGP) Paris, 2016

Pablo Picasso (1881-1973)
Autoportrait
Paris, fin 1901
Huile sur toile, 81 x 60 cm
Musée national Picasso-Paris
Dation Pablo Picasso, 1979. MP4
© Succession Picasso 2016

Pablo Picasso (1881-1973)
La Chèvre
Vallauris, 1950
Original en plâtre, panier dosier, pots en céramique, feuille de palmier, métal, bois, carton, 120,5 x 72 x 144 cm
Musée national Picasso-Paris
Dation Pablo Picasso, 1979. MP339
© Succession Picasso 2016

Pablo Picasso (1881-1973)
Paul en Arlequin
Paris, 1924
Huile sur toile, 130 x 97,5 cm
Musée national Picasso-Paris
Dation Pablo Picasso, 1979. MP83
© Succession Picasso 2016

Alberto Giacometti (1901-1966)
Le Chien
1951
Bronze
Fondation Marguerite et Aimé Maeght, Saint-Paul, France
Inv. 319
© Succession Giacometti (Fondation Giacometti + ADAGP) Paris, 2016

© Time Life Pictures/Gjon Mili/Getty Images/Succession Picasso
L'artiste Picasso utilise une lampe de poche pour dessiner dans l'air.

A lire sur ce blog :
Articles in English
Les citations viennent d'Arte. Cet article a été publié le 11 octobre 2015, puis les 22 mai et 31 juillet 2016.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire