mardi 2 décembre 2014

Unité, dynamisme, convivialité et antisémitisme à Créteil


La communauté Juive de Créteil (Val-de-Marne) s’est développée depuis 1962. Essentiellement séfarade, forte de 22 000 âmes, elle offre une large gamme de services à ses composantes, consistoriale ou Loubavitch, du plus jeune âge aux seniors. Implication dans la vie locale, fin maillage par une quinzaine d’oratoires de proximité, aliyah de jeunes et sites Internet la caractérisent. Article rédigé au printemps 2007. Le 1er décembre 2014, à Créteil trois jeunes cagoulés et armés ont braqué un couple Juif français dans un appartement en criant des insultes antisémites et violant la jeune femme. Deux individus ont été mis en examen par un juge d'instruction de Créteil pour « vol avec arme, extorsion accompagnée de violences et à raison de l’appartenance religieuse de la victime, séquestration et viol en réunion », et « association de malfaiteurs », un troisième "a été poursuivi pour sa participation au repérage des lieux" et sa complicité.
Tout débute vers 1962-1963 avec l’arrivée de juifs Français d’Algérie attirés par les logements prévus par leur administration.

Nombreuses synagogues
Ces Juifs se réunissent pendant quatre ans dans une cave de 20 m², puis dans une salle municipale.

Devant l’essor de la communauté, une synagogue consistoriale est inaugurée en 1971, sur un terrain de 2 700 m². Au premier niveau du bâtiment : la synagogue d’une contenance de 500 personnes et une salle de prières pour 200 fidèles, et, au sous-sol, un mikvé (bain rituel juif) dont les travaux de rénovation se sont achevés en mai 2007. Jouxtant la synagogue, le centre communautaire a été inauguré le 28 février 1994. Ce lieu communautaire organise des cours d’hébreu et des conférences.

« Nous accueillons 700 à 800 fidèles pour Kippour. Chaque année, nous célébrons une centaine de bars/bats mitzva (cérémonie marquant la majorité religieuse à 13 ans pour le jeune Juif) et une vingtaine de mariages », estime Michaël Dahan, premier ministre officiant à la synagogue du 8 mai 1945, principal lieu cultuel. Il dirige le Talmud Torah dont les sept classes comptent 80 à 100 élèves.

« Il y a une quinzaine de synagogues à Créteil dont la moitié sont d’obédience consistoriale . Nous sommes à la troisième génération de Juifs venus d’Afrique du Nord. La communauté Juive est socio-économiquement bigarrée : professions libérales, commerçants, artisans, ouvriers… », observe le Rabbin Alain Salomon Senior.

En 1968, « de jeunes Loubavitch  se sont réunis dans cette synagogue. En 1994, nous avons fondé notre synagogue de 950 m², dotée d’un mikvé. Nous comptons une cinquantaine de familles plus des sympathisants. Pour shabbat, nous recevons 250 à 300 fidèles, et environ 1 500 pour Simha Torah. Nous proposons des cours de pensée juive et de Talmud et, aux enfants, diverses activités : une grande fête pour Pourim, le centre aéré en juillet », indique le rav Haïm Mellul, du Beth Habad Loubavtch de Créteil.

Quant au rav Charbit, il réunit sa communauté dans un oratoire au nord de Créteil.

Unité, source d’efficience
« Nous avons noué des partenariats avec des institutions - Ozar HaTorah, Beth Hamidrach de Bonneuil-Kehilat, Collel Avrehim - pour coordonner nos efforts et parler d’une voix unie aux autorités publiques », explique Me André Benayoun, alors président de l’Association culturelle israélite de Créteil  (ACIC) dont dépendent neuf oratoires qui attirent chacun 90 à 100 fidèles.

L’ACIP dialogue avec les représentants du culte catholique et a participé à la pose de la première pierre de la mosquée en octobre 2006.

« La communauté représente 22 % de la population cristolienne. C’est la première en Ile-de-France. De nombreux Juifs de Sarcelles la quittent pour s’installer à Créteil. Nous inscrivons nos relations avec les autorités municipales dans la citoyenneté », résume Me Benayoun qui liste les atouts de Créteil  : tissu dense de PME-PMI, hôpitaux, grand choix universitaire, qualité de vie, logements accessibles à la propriété, siège de la préfecture du Val-de-Marne, réseau dense de transports en commun, etc.

Ajoutons le groupe Ozar HaTorah qui, installé depuis 1971, forme près de 1 200 élèves, de la maternelle au lycée, et des mouvements Juifs de jeunesse actifs (EEIF, UEJF).

Un sionisme marqué
Près de la station de métro, protégé par un système de vidéo surveillance, le centre communautaire met à la disposition de l’Agence juive (AJPI) une permanence hebdomadaire répondant à une forte demande. « En 2006, plus d’une centaine de cristoliens ont fait leur aliyah. La motivation est la volonté de vivre son identité en Israël. Et beaucoup de jeunes préfèrent étudier en Israël », constate Me Benayoun.

« L’aliyah s’explique par l’idéalisme, la dimension éducative, le souci pour l’avenir des enfants et le désir d’un épanouissement personnel », précise le rabbin de Créteil, Alain Salomon Senior.

« Une communauté bigarrée »
« Le bonheur se construit », observe-t-il. Aussi, il veille à l’accompagnement spirituel et psychologique des (futurs) mariés.

« Environ 10 % de la communauté est pauvre. Il y a beaucoup de familles (re)composées avec des drames. Nous usons de mesures partielles pour les aider, mais nous avons besoin de professionnels pour les accompagner », confie le président de l’ACIC.

A l’initiative de celle-ci, gérée par la Fondation CASIP-COJASOR, la maison de retraite médicalisée Avot « Claude Kelman »  a ouvert ses portes en 2002 aux aînés du Val-de-Marne.

En direction des plus jeunes, l’ACIC créera en 2007 une aumônerie pour les collèges laïcs car « certains élèves sont en manque de repères » et une crèche aux 60 berceaux.
   
Le 25 octobre 2010, s’est ouvert le procès en appel de 17 des 25 condamnés dans l’affaire du gang des Barbares devant la Cour d’assises des mineurs de Créteil (banlieue au Sud-Est de Paris).

Agressions antisémites
Le 24 mai 2014 au soir, deux jeunes Français Juifs portant kippa ont été tabassés par deux Maghrébins près d’une synagogue de cette ville de la banlieue sud-est de Paris. Un rassemblement a eu lieu le 26 mai 2014 devant la principale synagogue de Créteil. La justice a prononcé un non lieu.

Le 1er décembre 2014, vers midi, à Créteil trois individus cagoulés, gantés, armés d'un pistolet automatique et d'un fusil à pompe canon scié ont braqué un jeune couple, Jonathan et son amie, âgés respectivement de 21 ans et 19 ans, dans l'appartement d'une famille Juive française en criant des insultes antisémites : "Ils sont où les vieux Juifs ?", "Dis-nous où tu caches l'argent ? ", "Vous, les Juifs, vous avez toujours de l'argent". Ils ont fouillé l'appartement, ont dérobé des bijoux, ordinateurs, téléphones portables et carte bancaire, ont affirmé avoir surveillé la famille, dont le père porte la kippa. La jeune fille a été violée. Il semblerait que ces trois individus ont pris Samuel, frère cadet de l'homme frappé pour le patron d'un magasin de vêtements d'un centre commercial.

Vers 16 heures, la brigade anticriminalité de Créteil a repéré trois suspects âgés de 18 à 20 ans dans une voiture stationnée à Bonneuil-sur-Marne. Elle a interpellé deux d'entre eux avec les bijoux volés quelques heures auparavant et placés en garde à vue. Le troisième, âgé de 18 ans d’origine africaine, a pris la fuite, puis s'est rendu le 2 décembre au commissariat de police. L’un des prévenus vit dans une rue adjacente à celle où le couple a été ligoté, menacé, volé, et la jeune fille violée.

Le 3 décembre 2014, le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) a déclaré être choqué « par l’agression antisémite sauvage, avec braquage et agression sexuelle, d’un couple de jeunes Juifs, mardi 2 décembre 2014, à Créteil. Il demande que les agresseurs soient présentés immédiatement devant la justice. L’antisémitisme ne cesse de faire des ravages dans notre pays : les préjugés antisémites sont de plus en plus forts et de plus en plus préoccupants comme l’a révélé l’étude récente Fondapol/Ifop sur l’antisémitisme en France. Un plan spécifique d’urgence doit être mis en place avec des moyens judiciaires et policiers sans précédent pour inverser cette tendance. Le CRIF adresse son soutien aux victimes et à leurs familles ».  

"Si la lutte contre l'antisémitisme est réellement une cause nationale, il devient urgent de s'en donner les moyens", a estimé Joël Mergui, président des Consistoire israélites de France et de Paris Ile-de-France.

Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a exprimé « son indignation » et rappelé « sa détermination et celle du gouvernement à lutter sans relâche contre toute forme de racisme et d’antisémitisme ».

Placés en garde à vue, les trois agresseurs, ont été déférés au parquet le 3 décembre 2014.

Le 12/13, journal télévisé de France 3, a utilisé le conditionnel pour évoquer le viol de la jeune fille ("aurait été violée") et diffusé un reportage s'attardant sur des indices - façade de l'immeuble,  numéro de l'appartement identifiable par sa mezouza, etc. - permettant de trouver aisément, par Google, l'adresse du domicile de cette famille. Ce qui accroît le danger pesant sur les membres de cette famille qui a porté plainte pour agression antisémite. On n'a pas le souvenir d'un reportage similaire sur des agresseurs, violeurs. Le caractère antisémite a été affirmé par le ministre de l'Intérieur. "Je ne qualifie pas ça proprement de caractère antisémite... Parce qu'en écoutant des médias et des propos dans tous les réseaux sociaux, cela n'a plus de sens. Aujourd'hui, peut-être c'est fashion d'avoir toujours un caractère antisémite. C'et un fait divers. Certes, c'est une famille Juive qui a été touchée", a déclaré Albert  Elharrar, président de la communauté Juive de Créteil, à France 3. Bref, ce serait un "crime crapuleux" résume la journaliste. On est stupéfait devant la conduite de ce dirigeant communautaire qui a eu le temps de d'entendre des médias et de lire les "propos dans tous les réseaux sociaux", et sur ce double fondement hautement faible, se permet de nier la parole des victimes, et d'asséner de manière injustifiée qu'il s'agirait d'un simple "fait divers". Volonté de ne pas déplaire à des édiles locaux ?

Deux individus ont été mis en examen par un juge d'instruction de Créteil pour « vol avec arme, extorsion accompagnée de violences et à raison de l’appartenance religieuse de la victime, séquestration et viol en réunion », et « association de malfaiteurs », un troisième "a été poursuivi pour sa participation au repérage des lieux" et sa complicité. Selon un enquêteur cité par Libération, il s'agirait de « deux Blacks et un Nord-Africain connus pour vols, violences et trafic de stups ». Mais dont les noms sont précieusement maintenus cachés.

Le mode opératoire de cette agression est similaire à celui dont a été victime Simon, septuagénaire Juif de Créteil, le 10 novembre 2014, dans un appartement du même quartier tranquille de la Pointe du Lac. "J'ai entendu sonner. J'ai ouvert la porte et il y avait un Black. Il m'a demandé un peu de sucre. Donc je lui en ai donné. Dix minutes après, ils sont revenus à trois. Ils ont sonné et puis ils ont poussé la porte vers moi d'un seul coup. Je suis tombé et ils se sont mis à me tabasser : coups de pied, coups de poing", a confié Simon, sur Europe 1. Le 10 novembre 2014, un des suspects avait demandé du sucre à la famille agressée le 3 décembre 2014. Une demande parue suspecte à Samuel qui avait déposé une main courante au commissariat de police. Les trois prévenus sont aussi poursuivis pour « violences en réunion sur une personne vulnérable et à raison de l’appartenance religieuse de la victime ». Un quatrième suspect est toujours recherché par la police pour sa participation à l'agression contre Simon.

Avocate du couple victime, Me Séverine Benayoun a déclaré que « cette agression crapuleuse à mobile antisémite fait penser à l’affaire Ilan Halimi, il y a huit ans ».

Le 4 décembre 2014, le Premier ministre Manuel Valls a tweeté : « L'horreur de Créteil est la démonstration immonde que la lutte contre l'antisémitisme est un combat de tous les jours. Soutien à la famille ». Son message a été retweeté 243 fois.

Puis, à l'Elysée, le Président de la République François Hollande a fustigé « la violence insupportable » de cette agression antisémite : « Quand il se passe de tels drames, de telles tragédies, ce n'est pas la famille simplement qui est blessée, agressée, c'est ce que la France porte de plus grand, de meilleur qui se trouve blessé, abîmé ».

Les trois suspects emprisonnés "s'appellent Ladji, Yacine et Omar et habitent tous dans le même périmètre à Créteil, à moins de 200 m de leurs victimes, ou dans la ville voisine de Bonneuil-sur-Marne. Ils sont âgés de 18 à 20 ans et sont tous plus ou moins connus de la police pour de petits délits et une affaire de drogue. Ils contestent les faits. C'est le plus jeune qui a effectué les repérages, le 10 novembre dernier. C'est lui qui sonne à la porte des victimes en demandant du sucre. Le jeune homme a été formellement reconnu".

Leur avocate, Me Marie Dosé, s'indigne que la qualification antisémite ait été retenue, et dénonce la communication du ministre de l'Intérieur dès le 3 décembre au matin : "Parler d'acte antisémite, que les victimes le fasse dans les médias, c'est très bien. Mais que le ministère de l'Intérieur en parle trop vite, alors même que la justice n'en est pas saisie, c'est choquant. Dans une démocratie, dans une république, la séparation des pouvoirs existe. Ce ne sont pas les médias ou l'exploitation des faits divers qui doivent faire l'institution judiciaire. Je considère que la justice n'a pas été rendue sereinement. On est ici dans l'exploitation d'un faits divers que je ne m'explique pas. La pression qui est exercée à ce moment-là sur le magistrat instructeur ne peut pas garantir son indépendance".

Grand rabbin de France, Haïm Korsia a déclaré au Figaro (4 décembre 2014) : "Le côté horrible de cette agression est sa préméditation. Ce n'est pas un crime d'opportunité. Il a été pensé et réfléchi. Cet acte a été mûri à travers une haine profondément ancrée dans la longueur du temps. C'est donc un acte très lourd qui pose la question de la cohabitation dans un même espace de personnes différentes. C'est une insulte à ce qu'est la France! Il y a deux victimes mais c'est notre rêve collectif dans son ensemble qui est agressé et comme percuté. Somme-nous si mauvais pour ne pas être capable d'enseigner le respect de l'autre! Il nous faut prendre collectivement conscience de notre échec. Mais ce n'est pas parce que nous voyons de tels actes antisémites que la société est antisémite. Le corps social est encore révulsé par ce qui se passe. Il y a donc une note d'espoir. Il faut que nous allions ensemble les uns vers les autres et que l'on encourage le dialogue entre les religions. Il nous faut surtout réinvestir la question de la communauté nationale. J'observe des comportements. Jamais je ne désignerai une communauté ou une autre! Enfermer quelqu'un dans une partie de son identité revient à le nier. Cela conduit aussi à la destruction de l'idée que nous formons une communauté nationale. Dès que vous massifiez l'humanité, vous uniformisez et vous entrez dans une forme de racisme. Or le rêve de la France est de former une communauté nationale dans le respect des diversités et des appartenances religieuses de chacun. Le cap a été franchi avec Ilan Halimi. C'est le même scénario, la même insupportable thèse. Franchir le cap commence quand quelqu'un se fait insulter de sale Juif, de sale Noir, de sale Arabe ou de sale autre. Quand on dénie à quelqu'un le fait d'être un citoyen en pleine égalité. Ce qui est gravissime c'est la haine. Ce n'est pas le nombre des victimes qui fait l'horreur du crime mais c'est la haine. L'alerte est donc permanente. Il faut sans cesse travailler pour faire de la France un lieu d'intelligence, de partage, de respect, et combattre contre ceux qui ne veulent pas de cela". Le grand rabbin de France "politiquement correct" n'indique pas la teneur de ce dialogue entre les religions, omet les insultes contre les Français ou les chrétiens et semble ignorer le refus par la France de ses racines judéo-chrétiennes. Ces réticences à désigner l'origine et la nature de l'antisémitisme choque.

Le 4 décembre 2014, Me Alain Jakubowicz, président de la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme), a déclaré sur Europe 1 (vers 55 minutes) : « Il y a un lien, […] entre les propos de Zemmour, ceux de Soral, ceux de Dieudonné. Ils arment, d’une certaine façon, bien sûr, les mains de gens qui sont faibles, qui sont dans la difficulté... Les Juifs sont présumés avoir plus de l'argent... Ils sont potentiellement plus victimes. L'étude publiée par Fondapol montre que ces poncifs sont particulièrement présents dans les banlieues, au sein de la communauté musulmane. Il ne faut pas jeter l'anathème ». Il a préconisé d'agir par l'éducation, exhorté à un "plan Marshall", un combat au niveau de l'Etat. Il a souligné que la chancelière Angela Merkel a "mis trente millions d'euros pour régler ces problèmes de racisme et d'antisémitisme... Ces criminels sont nos enfants, les enfants de la République".

La  communauté Juive cristolienne organise un « rassemblement républicain et communautaire de toute confession, pour dire non à l’antisémitisme, cancer de notre société », le 7 décembre 2014, à 11 h, dans le quartier du port de Créteil. Un quartier longtemps « symbole de la coexistence pacifique de toutes les composantes de la Cité ».

A Créteil vivent environ 25 000 Français Juifs, la plus importante communauté Juive francilienne, et une des plus importantes communautés musulmanes de la région parisienne.

Le 7 décembre 2014, à l'appel notamment du CRIF, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées à Créteil, en présence notamment de Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur et chargé des Cultes, et de dirigeants communautaires. Roger Cukierman, président du CRIF, a prévenu : "Si l'État ne fait pas de cette cause nationale une ardente obligation, les Juifs partiront en masse et la France tombera entre les mains soit de la charia, soit du Front national". Il a alerté :  "Les Juifs se sentent en danger, certains quittent déjà la France". Malgré les exhortations du CRIF, les gouvernements socialistes refusent de faire de la lutte contre l'antisémitisme une cause nationale. Le 28 novembre 2014, Manuel Valls, Premier ministre, a déclaré la lutte contre le dérèglement climatique grande cause nationale pour 2015. En 2014, l'engagement associatif est la grande cause nationale. La lutte contre l'illettrisme a été la grande cause nationale en 2013.

Bernard Cazeneuve a souligné l'impératif d'ériger la lutte contre le racisme et l'antisémitisme en "cause nationale". Il a affirmé "connaître le sentiment d'inquiétude qui traverse la communauté juive de France" face à l'antisémitisme, "véritable pathologie sociale... Ce crime (...) n'est pas un simple fait divers. Derrière ce crime, il n'y a pas seulement un acte lâche, crapuleux et antisémite. Derrière ce crime, il y a un mal qui ronge la République et que nous devons combattre à tout prix. Nous devons faire de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme une cause nationale en y associant toutes les administrations intéressées (...), les préfectures, les élus, les associations, les représentants des différents cultes. La République vous défendra de toutes ses forces parce que, sans vous, elle ne serait plus la République. La République vous protégera toujours contre des actes et des paroles qui portent atteinte au socle même des valeurs qui la fondent". Et de rappeler que les actes et menaces antisémites ont augmenté "de plus de 100 % au cours des dix premiers mois de l'année. Plus de 930 affaires ont fait l'objet de poursuites" au premier semestre 2014, et de stigmatiser des "prêcheurs de haine" sur Internet qui induit "un sentiment d'impunité qui résulte de l'anonymat sur la Toile." Le ministre a "donné instruction aux préfets de signaler aux procureurs de la République tous les actes et toutes les paroles racistes et antisémites afin qu'aucun ne demeure impuni". Il a également pointé la nécessaire vigilance face aux "prêcheurs de haine" qui prospèrent sur internet.

Les "500 000 à 600 000 juifs de France forment la première communauté juive d'Europe et la troisième au monde, derrière Israël et les États-Unis. Mais, pour la première fois, la France est devenue en 2013 le premier pays d'émigration vers Israël avec 4 566 migrants, un phénomène dû à une économie française en berne et un climat d'"antisémitisme décomplexé", selon des responsables juifs". L'AFP a relativisé la gravité de l'antisémitisme en France : "La Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH, autorité indépendante créée par le gouvernement) a relevé "une baisse de la tolérance" en 2013 concernant les juifs, "pour la première fois" depuis 1990. Elle souligne la persistance d'"un certain nombre de clichés", en particulier par rapport à l'argent. La France connaît un climat de crispation identitaire plus général : les actes visant les musulmans sont eux aussi en hausse de 12 % de janvier à septembre 2014, selon l'Observatoire national contre l'islamophobie".

Le Premier ministre Manuel Valls a déploré la faible indignation nationale suscitée par cette agression antisémite.

    
Articles sur ce blog concernant :
Affaire al-Dura/Israël
Aviation/Mode/Sports
Culture
France
Il ou elle a dit...
Judaïsme/Juifs
Monde arabe/Islam

Cet article a été publié en une version plus concise dans Osmose au printemps 2007. Il a été publié sur ce blog le 26 mai 2014 et actualisé au 10 décembre 2014.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire