Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mardi 6 novembre 2018

Beauté animale



Le Grand Palais a présenté l’exposition éponyme, émaillée d’erreurs historiques, et peu didactique. Le 7 novembre 2018 à 20 h, la Maison de la culture juive à Bruxelles (Belgique) organise à la Ferme Rose la conférence "La protection de la nature et des animaux dans le Pentateuque à la lumière des lois et des commentaires de la tradition juive" par la Pr. L. Vana, spécialiste en droit hébraïque, Talmudiste et philologue. "Dans ce cycle de cours, des passages du Pentateuque seront étudiés à la lumière des lois, du Midrash et des commentaires traditionnels anciens et nouveaux. Toujours actualisés et réactualisés, ces textes qui portent sur une multitude de sujets dont celui de la protection de la nature et des animaux nous interpellent encore aujourd’hui".


L’animal non comme « second rôle » visant à mettre en valeur le personnage historique peint, mais comme sujet entier et unique de peintres, dessinateurs, sculpteurs ou photographes, représenté pour lui-même.

Une beauté animale dont les critères ont varié en fonction des époques - découverte du Nouveau monde et de son bestiaire (perroquets, dindons), rôles essentiels de Buffon (Histoire naturelle) et Darwin (L'origne des espèces) - et des milieux.

L'exposition « explore les rapports que les artistes entretiennent avec les animaux, de Brueghel à Jeff Koons, en passant par Léonard de Vinci, Rembrandt, Degas, Giacometti, Matisse, ou Andy Warhol » : fascination, curiosité, etc.

Environ « 160 chefs d'œuvre de l'art occidental », dont des croquis naturalistes, de la Renaissance à nos jours sont réunis.


Pourtant, cette exposition déçoit. Elle donne une impression de superficialité. Elle s’achève par une œuvre de faible intérêt artistique.

Le panneau « Une nouvelle sensibilité » allègue : « Au XVIIe siècle, le philosophe Descartes formule la théorie de l’« animal-machine », qui nie la souffrance animale. Dans le livre d’or, un visiteur interroge : « Ne serait-ce pas plutôt Malibranche, puis Bayle ? »  

Il aurait peut-être été intéressant de mentionner le souci du judaïsme veillant au respect de l’animal, notamment à minimiser la souffrance animale lors de l’abattage rituel, effectué par un personnel formé pour des actes réduisant cette souffrance.

A Besançon, la Citadelle a présenté, dans le cadre de l'exposition Bêtes d'expo ! des félins peints par Charles Lapicque.

Du 2 au 6 octobre 2017, à 19 h, Arte diffusa la série documentaire en cinq volets L'âge d'or des animauxd'Ari A. Cohen. "Cinq épisodes sur la thématique du vieillissement dans le règne animal. Chaque épisode met en vedette diverses espèces dans le but d’étudier des thèmes variés : les secrets de la longévité, la sagesse essentielle des aînés, la défense en situation de rivalité, les secrets de reproduction et les rituels entourant la mort".

Le 7 novembre 2018 à 20 h, la Maison de la culture juive à Bruxelles (Belgique) organise à la Ferme Rose la conférence "La protection de la nature et des animaux dans le Pentateuque à la lumière des lois et des commentaires de la tradition juive" par la Pr. L. Vana, spécialiste en droit hébraïque, Talmudiste et philologue. "Dans ce cycle de cours, des passages du Pentateuque seront étudiés à la lumière des lois, du Midrash et des commentaires traditionnels anciens et nouveaux. Toujours actualisés et réactualisés, ces textes qui portent sur une multitude de sujets dont celui de la protection de la nature et des animaux nous interpellent encore aujourd’hui.


Jusqu’au 16 juillet 2012
Entrée Clemenceau
Place Clemenceau 75008 Paris
Tél. : 01 44 13 17 17
Tous les jours, sauf le mardi, de 10 h à 20 h

Visuels :
Affiche
Théodore Géricault (1791-1824)
Tête de lionne
Vers 1819
Paris, musée du Louvre, département des peintures
© Service presse Réunion des musées nationaux-Grand Palais/ Christian Jean

Edgar Degas (1834-1917)
Cheval caracolant
1881-1890
Bronze
Paris, musée d’Orsay
© Service presse Réunion des musées nationaux-Grand Palais/Hervé Lewandowski
Cet article a été publié le 13 juillet 2012, puis les 1er juillet 2015, 2 octobre 2017 et 5 novembre 2018.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire