vendredi 3 novembre 2017

Léonard Cohen (1934-2016)


Né dans une famille juive bourgeoise à Montréal (Canada), Leonard Cohen (1934-2016) est un chanteur, compositeur, romancier, parolier, guitariste folk, poète et peintre. Arte diffusera le 3 novembre 2017 à 23 h 10 « Leonard Cohen - Bird on a Wire », documentaire de Tony Palmer.


Leonard Cohen est né dans une famille juive orthodoxe, bourgeoise, vivant dans une banlieue anglophone de Montréal dans la « belle province » du Québec (Canada) en 1934. Sa mère Marsha Klonitsku est la fille de Rabbi Solomon Klonitsky-Kline, écrivain talmudique d’origine lituanienne. Immigré de Pologne, son grand-père paternel Luon Cohen a fondé le Canadian Jewish Congress qu’il a présidé.

Âgé de neuf ans, Leonard Cohen devient orphelin de père.

Il bénéficie d’une éducation juive, et s’intéresse à la musique, à la poésie, à la photographie.

Il apprend à jouer de la guitare acoustique et constitue un groupe de musique country-folk, les Buckskin Boys.

Dans les années 1950 et 1960, il acquiert la célébrité comme poète et romancier.

En 1960, Leonard Cohen rencontre la norvégienne Marianne Ihlen, sa muse à qui il dédie So Long, Marianne (1968), et Bird on the Wire (1969).

Puis vers 1967, ce trentenaire se lance dans une carrière musicale.

En 1984, sort son album Various Positions, qui contient deux chansons devenues très célèbres : Danse me to the end of love et Hallelujah. L'album est bien accueilli, par le public et par la critique,  en Europe, mais la firme Columbia ne le sort pas aux États-Unis, où le succès de Leonard Cohen y est moins important.

En 1994, Leonard Cohen se retire dans un monastère bouddhiste, près de Los Angeles. Deux ans plus tard, il est ordonné prêtre bouddhiste.

En 2004, Leonard Cohen prend conscience que Kelley Lynch. Son ancienne manager l'avait escroqué en détournant à son profit 50 millions de dollars. Kelley Lynch est condamnée, mais, insolvable, ne restituera pas cette fortune à Leonard Cohen.

Bird on a Wire
« Il y a un an disparaissait l'immense songwriter Leonard Cohen. ARTE lui rend à nouveau hommage avec ce documentaire du réalisateur Tony Palmer, qui l'avait suivi durant toute sa tournée européenne de 1972 ».

« À l'origine, il s'agissait d'un documentaire promotionnel, commandé pour dynamiser les ventes de Leonard Cohen. Alors jeune réalisateur, Tony Palmer – un passionné de musique – avait suivi l'artiste canadien durant toute sa tournée européenne de 1972, immortalisant les concerts comme les coulisses de l'événement ». 

« Mécontent du film, l'entourage de Leonard Cohen l'avait fait remonter, pour un résultat très vite oublié ».

« En 2009, les rushes originels sont retrouvés dans un entrepôt hollywoodien et réexpédiés au réalisateur, qui décide de monter une nouvelle version de son documentaire. » 

« Les pellicules de 16 mm montrent l'artiste sans artifice, dans les moments les plus enflammés (des versions live de « Famous Blue Raincoat », « So Long, Marianne » ou « The Partisan ») comme les plus routiniers de sa tournée de 1972 ». 

« Véritable ode à la vie sur la route dans les seventies, le remontage final tient du poème visuel, avec une approche intimiste de l'homme et de l'artiste que fut Leonard Cohen. Un inestimable témoignage sur le chanteur poète disparu le 7 novembre 2016 ».

Leonard Cohen a été distingué par le Canadian Music Hall of Fame, le  Canadian Songwriters Hall of Fame, et le Rock and Roll Hall of Fame.

Il a été Compagnon de l’Order of Canada, la plus haute distinction civile canadienne.

En  2011, Cohen a reçu un des Prince of Asturias Awards pour la Littérature et le neuvième Glenn Gould Prize.

Hineni
Fin octobre 2016, est sorti l'album mystique, quasi-testament de Leonard Cohen, octogénaire : "You want It Darker". Ce 14e album de l'artiste contient en particulier cette chanson : "Hineni, hineni / Je suis prêt mon Dieu". Hineni signifie en hébreu :"Me voici".

Âgé de 82 ans, Leonard Cohen décède dans la nuit du 7 au 8 novembre 2016, trois mois après Marianne Ihlen, sa muse norvégienne rencontrée en 1960.

Le 10 novembre 2016, il est inhumé à Montréal, dans le cimetière juif de la congrégation Shaar Hashomayim où reposent des membres de sa famille.

Le 26 octobre 2017, lors du premier gala de l'Association québécoise de l'industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ), un hommage a été rendu à Leonard Cohen. Peter Gabriel a loué ce "grand poète". Dans un des rares moments touchants de la soirée, on a rendu un hommage posthume à Leonard Cohen par un montage de bouts d’entrevues, collés à ses chansons, Toute la salle s'est levée pour interpréter a capella le refrain Hallelujah. Adam Cohen, fils de l'artiste, a reçu le Félix d'honneur.

Très ému, il a déclaré : "Mon père aurait été très touché par cette expression de reconnaissance. Il y a une trentaine d'années, on a essayé de lui donner un Prix, le Governor General Award qu'il a refusé car il trouvait qu'il correspondait un peu plus à l'ouest du pays. Mais celui-là, il l’accepterait volontiers. Il aurait aimé que je vous dise bien sûr merci, et deux choses : un de ses grands regrets à la fin de sa vie a été de ne pas avoir pu revenir passer ses derniers jours à Montréal et se prononcer sur un débat un peu chaud au Québec : le smoked meat du Schwartz's ou celui du Main ? Il préférait celui du Main".

Pour ce premier anniversaire du décès de Leonard Cohen, de nombreux événements ont eu lieu ou sont prévus sur les rives du Saint-Laurent, à Montréal.

"Elvis Costello, Feist, Sting, Courtney Love... De nombreuses personnalités du monde de la musique ont célébré, le 6 novembre 2017, le chanteur canadien disparu à travers un concert réunissant 15.000 personnes. Le premier ministre Justin Trudeau est même monté sur scène pour réciter I'm Your man. Sting a ouvert le bal en jouant Dance me to the End of Love devant une assistance émue. Même le premier ministre canadien Justin Trudeau, malgré les récentes révélations des Paradise Papers, avait fait le déplacement et, accompagné de son épouse Sophie Grégoire, a récité la chanson I'm Your man sur scène. Il faut dire que son père, Pierre Elliott Trudeau, premier ministre du Canada de 1968 à 1979 puis de 1980 à 1984, était un ami proche de Leonard Cohen. Le chanteur fit d'ailleurs partie des hommes qui portèrent son cercueil le jour de ses funérailles nationales, le 3 octobre 2000".

"Maître d'œuvre de l'organisation de cette soirée spéciale, Adam Cohen, fils du chanteur disparu et lui-même musicien, a interprété le chef-d'œuvre de son père : So long Marianne. Lors de la présentation du concert hommage, il avait révélé les dernières instructions de l'artiste: « Mets-moi dans une boîte en pin près de ma mère et mon père [...] Si tu veux faire un événement public, fais-le à Montréal. » Soulignant la modestie de son père, Adam Cohen a expliqué à l'AFP : «Je pense qu'il aurait préféré être tenu à l'écart d'un tel événement ou aurait essayé de nous décourager d'en faire quelque chose d'aussi marquant. »

"Rappelant l'attachement de sa famille à la ville de Montréal, Adam Cohen s'est également lui-même décrit comme appartenant à la « diaspora montréalaise ». «Montréal a quelque chose de mythique pour nous et nous sommes des ambassadeurs de Montréal quel que soit l'endroit où nous allons», a-t-il ajouté".

"Mais les hommages à l'enfant du pays ne s'arrêteront pas en si bon chemin. Cinq autres concerts sont prévus sur cinq mois et d'autres artistes y interpréteront des titres de cinq des quatorze albums du Montréalais. De plus, la semaine d'hommages lancée ce 6 novembre 2017 est aussi marquée par l'inauguration de deux énormes fresques murales à l'effigie de l'artiste installées dans la ville (voir ci-dessous) ou encore par la tenue de soirées poétiques".

"Une exposition au Musée des arts contemporains (MAC) de Montréal ouvre le 8 novembre 2017 avant de s'exporter, plus tard, ailleurs dans le monde. Intitulée « Une brèche en toute chose », elle présente les dessins et enregistrements revenant sur plus de 50 ans de carrière ainsi que des œuvres dédiées à la mémoire du chanteur et poète canadien. Une exposition dotée, annonce-t-on au MAC, « d'environnements multimédias novateurs ». Des artistes comme le producteur new-yorkais Moby, le pianiste canadien Chilly Gonzales ou encore la chanteuse française Lou Doillon participent à ce projet".

"Pour Adam Cohen, qui fut aussi le producteur de You Want it Darker, le dernier album de son père, occasion est ici donnée de montrer au monde « l'étendue de l'influence » de Leonard Cohen et de permettre à la ville de Montréal de célébrer comme il se doit sa légende".

  
« Leonard Cohen - Bird on a Wire » de Tony Palmer
Etats-Unis, 2010, 106 min
Sur Arte le 3 novembre 2017 à 23 h 10

Visuels
Portrait du chanteur Léonard Cohen
Léonard Cohen en concert
© ZDF

A lire sur ce blog :
Articles in English
Les citations sur le documentaire sont d'Arte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire