vendredi 2 septembre 2016

« Les colères de la Terre », par Sam Stourdzé


En 2003, la galerie 14-16 Verneuil  devenue galerie Léo Scheer a présenté l’exposition éponyme accompagnée d’un catalogue signé par Sam Stourdzé. « Sortie de son actualité, isolée de ses pages », la photographie de presse témoigne d’un regard engagé et esthétique. Article republié après le séisme en Italie.


Consacré aux « colères de la terre », le livre « couvre - à partir des collections des agences Gamma, Keystone et Rapho du Groupe Hachette Filipacchi Photos - près d’un siècle d’histoire, un siècle d’innovations techniques qui ont marqué la photographie ».

Les 77 clichés, en noir et blanc ou en couleurs, de l’exposition étaient extraits des archives de trois agences de presse françaises, Gamma, Keystone et Rapho. 

Ils couvraient un siècle d’événements et constituent un hommage au photojournalisme qui a marqué les mémoires de nombre d’entre nous.

Quand la Nature se déchaîne
L’espace de la galerie a été consacré aux quatre éléments : l’eau, l’air, la terre et le feu. 

Ce qui apparaissait en filigrane, c’était bien sûr la force violente, implacable et destructrice, parfois inattendue, de la Nature.

Mais c’était aussi les dimensions humaines de ces colères d’un environnement. La solidarité débonnaire pendant une crue en Angleterre (1936) ou celle vitale pour sauver une ville du Tennessee (1937), la tristesse d’un clown entouré des restes du chapiteau du cirque Pinder détruit par une tornade (1999), les icônes d’un salon épargnés par les fissures d’un séisme au Mexique (Oliver Rebbot, 1973), la fascination pour l’éruption du volcan Irazu, en Amérique centrale (Michael Friedel, 1964), la lutte contre l’incendie (Jacques Windenberger, 1974) et les sacs destinés à circonscrire l’étendue d’une crue (Fritz Hofman, 1993).


Sam Stourdzé, « Les Colères de la Terre  ». Ed. Léo Scheer, 2003. 112 pages. 15 €. ISBN : 914172-95-8

A lire sur ce blog :
Articles in English

Cet article a été publié dans Actualité juive. Il a été publié sur ce blog le 16 mars 2015.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire