Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

dimanche 16 septembre 2018

« The Schneider Trophy Story » d’Edward Eves


La prestigieuse Coupe d’Aviation Maritime Jacques Schneider ou Schneider Trophy a été créée en 1911 pour « encourager les constructeurs d’hydravions à établir le modèle le plus parfait et le plus rationnel d’aéroplane marin ». Arte diffuse "Claude Dornier, pionnier de l'aviation(Claude Dornier - Pionier der Luftfahrt), un documentaire réalisé par Thomas Wartmann.


Son fondateur Jacques Schneider, un industriel français, ancien pilote d'avions et de ballons, était persuadé de l’avenir des hydravions pour les longues distances.

Dotée d’une œuvre d’art de 25 000 francs, cette course d’hydravions interclubs imposait de parcourir, dans une course d’hydravions interclubs, au moins 150 milles marins (environ 270 km), puis, à partir de 1921, 212 milles marins.

De 1913 à 1931, 11 éditions se sont succédées. Depuis 1981, cette compétition bisannuelle a été relancée par l'Aéroclub royal britannique

Cette prestigieuse épreuve de vitesse a attiré des pilotes de France, d’Italie, de Grande-Bretagne et des Etats-Unis. Elle a permis des avancées technologiques, par des perfectionnements aérodynamiques, à l’origine des designs d’avions de chasse de la Seconde Guerre mondiale : Reginald J. Mitchell a conçu le Supermarine S.6B et le Spitfire (avion de chasse).

Après les trois victoires britanniques consécutives par les Supermarine S.5, S.6 et S.6B (1927, 1929, 1931), la Grande-Bretagne a conservé définitivement ce Trophée, "une oeuvre d'art d'une valeur de 25 000 francs (valeur 1912, environ 67.000 euros 2001)".

Ce livre britannique présente chacune des onze éditions (1913-1931) - le concours en 1919 a été annulé - de cette compétition de vitesse : le record est passé de 72 km/h à 547 km/h.

Il donne les détails des projets, de la course, des hydravions et des moteurs, livre des anecdotes et évalue les performances.

De magnifiques photographies, parfois inédites, l’illustrent.

Des cartes, un index, des équivalences entre grades britanniques, français et italiens, une bibliographie et le règlement complètent ce beau livre.

Planète + diffusa le 26 juillet 2014 le numéro Un jet à ski nautique de Histoires oubliées de l'aviation consacré à l'hydravion.

Claude Dornier
"Claude Dornier, pionnier de l'aviation(Claude Dornier - Pionier der Luftfahrt) est un documentaire réalisé par Thomas Wartmann. "Retour sur l’époustouflante carrière de l’ingénieur bavarois Claude Dornier dont les inventions ont révolutionné le monde de l’aviation. Un portrait éclairant d'une des grandes figures de l'aéronautique."

"Ingénieur diplômé de l'université technique de Munich en 1907, Claude Dornier a mis au point pas moins de soixante-huit modèles d’avions, dont bon nombre étaient révolutionnaires. Né d'un père français et d'une mère bavaroise en 1884 – à une époque où l’avion n’existait pas encore –,  ce pionnier de l'aviation considérait l'acte de voler comme la réalisation d’un grand rêve de l’humanité."

"Constructeur de génie pour les uns, électron libre anticonformiste pour les autres, Dornier a écrit une importante page de l’histoire de l’aviation franco-allemande du début du XXe siècle. Dans les années 1920, les plans d’un hydravion que Dornier baptisera le "Wal" ("baleine" en français) le feront connaître à l’international, et l’explorateur Roald Amundsen utilisera sa création pour l’une de ses expéditions". 

"Peu de temps après, il construit le "Do X", le plus grand avion du monde avant la Seconde Guerre mondiale, qui, avec ses douze moteurs à hélice, a suscité la défiance des scientifiques. Pourtant, en 1931, son engin traverse sans encombre l’Atlantique et atterrit à New York sous les applaudissements de la foule". Mais ce n'est pas un succès commercial en raison de la crise économique. Il était trop lourd, il "ne convenait pas à l'exploitation d'une ligne long courrier". Son concepteur est déçu. Les Nazis et Goering veulent doter l'Allemagne d'une flotte aérienne. En 1934, l'usine Dornier enregistre ses premiers bénéfices. Le "secteur aéronautique devient dépendant du régime". 1938 : l'usine Dornier emploie 14 000 personnes ; Dornier s'intéresse au logement de ses salariés. Il n'adhère au parti nazi qu'en 1940 et ne portera jamais l'insigne nazi. Il raréfiait ses apparitions publiques. Il a conçu un hydravion transatlantique plus grand que le Do X, mais les nazis ne veulent que des avions militaires. 1938 : refusant d'être exproprié de son entreprise, Dornier décida de collaborer à l'effort de guerre du IIIe Reich. Il produisit des avions sous licences, employa des employés en travail forcé mais sans les horreurs d'autres industriels. "Les guerres et les revirements politiques ont compliqué ses projets dont plusieurs ne purent aboutir". Après la guerre, l'usine Dornier bombardée est fermée par un commissaire français. Dornier est classé parmi les "suiveurs' du régime et n'est pas poursuivi en justice. Il puise en lui la force de tout recommencer à zéro. Il crée une usine de tissage, une automobile de petite dimension, envoie son fils ouvrir une usine aéronautique en Espagne. Après 1955, ce visionnaire rapatrie la production en Allemagne et devient le principal avionneur allemand. Il reçoit une importante commande pour un avion maniable, civil. Il développe l'Alpha-Jet dans le cadre de la coopération franco-allemande, un instrument utilisé en médecine, etc. Cet industriel confie son entreprise à ses fils, et craint qu'ils ne soient pas à sa hauteur. Au décès du fondateur, "la famille se déchire. Ce qui nuit à l'entreprise". Les héritiers finissent par céder la majorité des actions de la firme. "Composé d’images d’archives, d’animations et d’interviews, notamment avec des membres de sa famille, ce documentaire éclairant replonge en pleine lumière un constructeur entré dans la légende de l'aéronautique."


"Claude Dornier, pionnier de l'aviation" par Thomas Wartmann
Allemagne, 2018
Sur Arte le 15 septembre 2018 à 20 h 50

Edward Eves, The Schneider Trophy Story. Airlife Publishing Ltd, 2002. 30 €. ISBN 1-84037-257-5

Conférence de Jean-Louis Aguer le 19 décembre 2011 à 19 h 30
A l'Aéro-Club de France
6, rue Galilée, 75016 Paris
Tél. : 01.47.23.72.72

Articles sur ce blog concernant :
Cet article a été publié en une version plus concise par Aviasport et pour la première fois sur ce blog le 1er juillet 2011, puis republié les :
- 17 décembre 2011 à l'occasion de la conférence de Jean-Louis Aguer intitulée De la Coupe Schneider au Spitfire, le 19 décembre 2011 à l'Aéro-Club de France, 23 juillet 2014 et 16 septembre 2018.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire