Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

mardi 15 juillet 2014

« Les Bastilles de Vichy. Répression politique et internement administratif 1940-1944 » par Vincent Giraudier


Le gouvernement de Vichy, qui initie sa politique d’exclusion politique (communistes), xénophobe, antijuive et hostile aux francs-maçons, augmente leur nombre.

Par la loi du 3 septembre 1940, il fonde des « établissements d'internement administratifs ». L’internement administratif « concerne 600 000 personnes en France entre 1939 et 1946 ».

Historien responsable de l'Historial Charles-de-Gaulle au musée de l’Armée, Vincent Giraudier s’intéresse à ce système répressif méconnu, et plus particulièrement à 156 « embastillés » résistants, pétainistes (Wladimir Sokolovsky) « victimes de ‘révolutions de palais’ », attentistes...

Citons le château de Chazeron (Puy-de-Dôme) où sont internés notamment Léon Blum et Georges Mandel, l’établissement de Vals-les-Bains où sont détenus l’avionneur Marcel Bloch (futur Marcel Dassault), le philosophe Emmanuel Mounier, Berty Albrecht  (1893-1943).

Cet internement complète les juridictions ordinaires et d’exception, dont la Cour suprême de justice à Riom devant laquelle le gouvernement de Vichy fait comparaitre « les responsables de la défaite de la France » en juin 1940.

Mais « les contraintes liées à la guerre et à l’occupation » induisent le « délitement de ce système devenu complexe et imbriqué à d’autres sphères, que sont les systèmes français et allemand de répression et de travail forcé ».

Un index utile complète cet essai intéressant.

LCP diffusa les 18, 19, 25 et 31 juillet 2014 Où, Quand, Comment ? L’Histoire : Léon Blum, documentaire réalisé par Jean Bodon et écrit par Antoine Malamoud (2008). "Le 15 septembre 1940, la police du Maréchal Pétain arrête Léon Blum. Le gouvernement de Vichy veut juger ceux qu’il qualifie de « responsables de la guerre et de la défaite ». Au premier rang d’entre eux, Léon Blum, socialiste, chef du gouvernement du Front Populaire, juif, représente l’antithèse de Vichy. Depuis ses premiers engagements politiques durant l’Affaire Dreyfus jusqu’à la reconstruction du Parti Socialiste après la Première Guerre mondiale, depuis les victoires du Front Populaire jusqu’à la prison et la déportation, ce film retrace la vie et la carrière de Léon Blum".

Vincent Giraudier, Les Bastilles de Vichy, Répression politique et internement administratif 1940-1944. Editions Tallandier, 2009. 269 pages, 25 euros. ISBN-13: 978-2847344141

A lire sur ce blog :

Cet article a été commandé, mais non publié par L'Arche. Il a été publié sur ce blog le 22 août 2013.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire