mardi 27 octobre 2015

Abraham Hadad, peintre



Né en Irak, ayant fait son aliyah, Abraham Hadad est un peintre figuratif  et professeur retraité de l'Ecole des Beaux-arts de ParisAncienne coopérative viticole de Montolieu, la Coopérative-Collection Cérès Franco - Cérès  Franco était une « historienne de l’art, commissaire d’expositions", directrice fondatrice de la galerie L’œil de Bœuf-Paris, "femme érudite, dotée d'une forte personnalité » - présente une exposition inaugurale collective « En Grand Format », avec notamment des tableaux d'Abraham Hadad.


« Je travaille lentement. Il me faut du temps pour terminer une toile », nous confie cet artiste. Comme pour s'excuser.

La découverte du sujet
Abraham Hadad est né en 1937 dans une famille bourgeoise Juive de Bagdad (Irak).

Les persécutions antisémites – attentats, dénaturalisations, spoliations, etc. - contraignent la communauté juive irakienne, éprouvée par le farhud (pogrom en 1941) à l’exil rapide et massif .

En 1951, comme tant d’autres, la famille d’Abraham Hadad s’installe en Israël où elle doit surmonter les conditions de vie difficiles.

Abraham Hadad étudie à l’école israélienne des Beaux-arts à Tel-Aviv où ses professeurs, notamment Shtraichman et Stematsky, lui transmettent leur goût pour l’abstraction lyrique.

Ce dessinateur industriel découvre en 1965, dans les musée européens et avec ravissement « le sujet », les miniatures à Bagdad au XIIe siècle, les icônes orthodoxes, des arts « dont il ne soupçonnait pas l’existence ». Prévu pour durer un an, son séjour à Paris a perduré.

De 1977 à 2004, Abraham Hadad enseigne la lithographie, puis la peinture à l’Ecole des Beaux-arts de Paris.

« Longtemps après, je me suis rendu compte que mon art était nourri de l’abstrait pratiqué dans ma jeunesse », nous confie Abraham Hadad qui souligne « la douceur, l’humanité » de ses peintures.

Il pense que, ne maîtrisant aucune langue – il a presque oublié sa langue maternelle, l’arabe, et a appris l’hébreu, puis le français -, il s’est « rabattu sur la peinture » où il peut le mieux s’exprimer. Une « langue internationale ».

La simplicité
« Je me compare à un conteur qui raconte toujours la même histoire, d'une façon à chaque fois différente. C'est la  même histoire et ce n'est pas la même chose », résume Abraham Hadad.

Ses thèmes ? « Des hommes, des femmes, des enfants, un animal domestique, un intérieur, le paysage environnant. La fenêtre donne sur l’extérieur, nous précise Abraham Hadad qui prise la simplicité. « Moins le sujet est compliqué », et plus il peut « aller loin dans le travail… L’essentiel, c’est comment on fait les choses. On me dit, pas au sens littéral : « Tu fais ton autoportrait ». Nous faisons ce que nous connaissons le mieux, ce qui nous concerne ».

Ses œuvres représentent souvent des couples, des familles sages et heureuses (La jeune famille), des femmes nues (Fillette sur la coiffeuse). Dans l’embrasure d’une fenêtre, un visage au regard mélancolique observe, en oblique, en souriant des femmes et enfants posant face au peintre (Entre elles II).

Tout est en rondeurs, en courbes, parfois coupées par des plans horizontaux. Les chairs sont très travaillées, colorées, animées.

Ces tableaux ne sont pas exempts d’une certaine incongruité, d’une bizarrerie - cette dame souriant peut-être de sa coiffure étrange (La grande coiffe) -, ou de contrastes : chevelure sombre sur fond jaune, regard heureux des humains différant de celui triste de leur chien.

En 2010, la galerie Le Garage (Orléans) a montré 35 huiles sur toiles figuratives, de grands et petits formats, qu’Abraham Hadad a peints au cours des trois dernières années. Un retour dans cette ville où il a exposé régulièrement. Une exposition qui a rencontré un succès public.

  En 2011, la galerie Marie Vitoux a présenté des œuvres récentes figuratives du peintre Abraham Hadad.

 Les Hivernales de Paris-Est/Montreuil (12-16 décembre 2012), une "manifestation internationale qui, en partenariat avec la Maison des artistes", a dressé "le panorama des expressions plastiques contemporaines", a présenté notamment des œuvres récentes figuratives du peintre Abraham Hadad.

 Du 19 octobre au 24 novembre 2013, la galerie Le Garage a présenté l'exposition « Point Rouge. 10 ans - 30 artistes » avec notamment des œuvres de cet artiste.  

En 2014, la galerie Marie Vitoux a présente des œuvres récentes figuratives du peintre Abraham Hadad

« Historienne de l'art, commissaire d'expositions, galeriste, femme érudite, dotée d'une forte personnalité, Cérès Franco  a consacré près de 25 ans dans sa galerie L’œil de Bœuf-Paris, à découvrir et à promouvoir des artistes dont les œuvres allaient à l'encontre des tendances de son époque » : Pouget, Rustin Nitkowski, Michel Macréau, Grinberg, Chaïbia, Corneille, Hadad, Kabakov, Komet, Lucebert, Paella Chimicos, Christine Sefolosha, etc. Elle a aussi constitué « une collection audacieuse d'environ 1500 œuvres », présentée pendant plus de vingt ans dans le village de Lagrasse (Aude), et désormais au musée des Beaux-arts de Carcassonne. La dernière section de l'exposition réunit des photos d'ambiance de la collection et quelques portraits de Cérès Franco réalisés par ses amis artistes : Roland Cabot, Danubio, Joanna Flatau, Mao, Roman Cieslewicz, Jean-Louis Bilweis, Jaber, G. G. Netto... Des « portraits qui attestent des liens d'amitié forts et des échanges complices et fructueux de ces passionnés de l'art ». 

Le 25 juin 2014, le conseil municipal de Carcassonne récemment élu a informé Dominique Polad-Hardouin, galeriste et fille de Cérès Franco, qu'elle annulait "le Parcours d'art contemporain 2014 consacré aux œuvres du fonds Franco et refusait la donation de 1 500 œuvres d'art brut, naïf et populaire patiemment rassemblées pendant des décennies par la collectionneuse et galeriste brésilienne. Un cadeau évalué à 4 millions d'euros". « Le premier argument a été économique : les finances sont exsangues. Le second est que ces œuvres ne les intéressent pas. Leur projet culturel consiste à mettre en valeur les réserves du musée des Beaux-Arts », a expliqué Dominique Polad-Hardouin.
  
Réhabilitée en 2008 en centre d’art, l’ancienne coopérative viticole de Montolieu accueille et présente la Collection Cérès Franco. Son but : "présenter de manière permanente le fonds de la collection et organiser des expositions temporaires en résonance avec ce fonds et d’engager un dialogue avec d’autres artistes de la scène internationale. L’ensemble de ses activités s’inscrira aussi dans la dynamique culturelle de Montolieu Village du Livre et en liaison avec la Fabrique des Arts de Carcassonne Agglo. La création de « La Coopérative-Collection Cérès Franco » est le fruit d’une amitié entre Henri Foch, le nouveau propriétaire du lieu, Cérès Franco et sa fille Dominique Polad-Hardouin. Ils se sont regroupés au sein de l’Association pour la Valorisation de la Collection Cérès Franco (AVCCF) qui s’est rapprochée de Carcassonne Agglo pour constituer un partenariat public-privé dans la durée et qui devrait conduire - à terme - à la donation du bâtiment et d’une partie significative de la collection".

L'exposition inaugurale  « En Grand Format » permet de découvrir sur près de 1000 m², près de 500 œuvres de 80 artistes, pièces emblématiques de la Collection Cérès Franco. Dans leur grande diversité l’œuvre de tous ces artistes forme un tout. Ils dialoguent et sont témoins d’une époque".

Jusqu'au 31 octobre 2015
Route d’Alzonne 
11170 Montolieu
Tél :  + 33 (0)4 68 76 12 54
Du mardi au dimanche de 14 h à 19 h

Du 27 mars au 26 avril 2014
Du 17 mars au 23 avril 2011
Marais - 3, rue d'Ormesson, place du marché Sainte Catherine, 75004 Paris
Tél. : 01 48 04 81 00
Tous les jours, sauf dimanche et lundi, et sur rendez-vous de 14 h à 19 h. Vernissages le 17 mars 2011 et le 27 mars 2014 dès 18 h

Du 28 septembre 2013 au 28 septembre 2014
Au musée des Beaux-arts de Carcassonne
1, rue de Verdun, 11000 Carcassonne
Tél. : 04 68 77 73 70
Du 15 septembre au 15 juin, du mardi au samedi, de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h et le premier dimanche du mois de 14 h 30 à 17 h 30. Fermé les dimanches, lundi et jours fériés.
Du 15 juin au 15 septembre, tous les jours de 10 h à 18 h. Fermé les jours fériés. Vernissage le 27 septembre 2013

Du 19 octobre au 24 novembre 2013
« Point Rouge. 10 ans - 30 artistes »
Vernissage le 18 octobre 2013 de 18 h à 20 h.

Du 12 au 16 décembre 2012
Au Palais des Congrès Paris-Est-Montreuil
128, rue de Paris. 93100 Montreuil-sous-bois
Tél. : 01 49 20 69 00

Jusqu'au 28 mars 2010, « Retour à Orléans » d'Abraham Hadad
A la galerie Le Garage
9, rue de Bourgogne, 45000 Orléans
Les samedis et dimanches de 15 h à 19 h. Du lundi au vendredi sur rendez-vous

Visuels de haut en bas :
Dans la Fontaine 2 (mai 2011)
Huile sur toile- 130x195cm - Photo Gérard Dufrêne

Avec mes hommes II, 2007, huile sur toile, 100 x 81 cm
La visite II, juin 2009, huile sur toile, 92 x 60 cm

L’homme de Prague, huile sur toile,

Jeune famille I, huile sur toile,

Entre elles deux, huile sur toile,

Articles sur ce blog concernant :

Article publié pour la première fois le 20 mars 2010, puis les 16 mars 2011, 12 décembre 2012, 25 septembre 2013 et 17 octobre 2013, 23 avril 2014. Il a été modifié le 27 octobre 2015.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire