lundi 28 juillet 2014

Un séjour politique de la délégation de l'American Jewish Congress à Paris en 2002

Alarmée par la vague d’antisémitisme en Europe, une délégation de l’American Jewish Congress (AJC) a rencontré des responsables publics, communautaires et associatifs ainsi que des intellectuels à Paris et à Bruxelles, du 8 au 12 juillet 2002. Ses buts : évaluer la situation et demander un équilibrage de la politique proche-orientale de la France et de l’Union Européenne (UE). Son bilan est en demi-teintes... L'AJC a écrit le 23 juillet 2014 au Premier ministre turc islamiste Erdogan que celui-ci est devenu le "leader anti-israélien le plus virulent" au monde car il "crache une rhétorique dangereuse en vue de gain politique et incite la population turque à la  violence contre le peuple Juif". L'AJC lui a demandé de lui rendre le Prix Profile of Courage qu'il lui avait remis en 2004 en partie en raison de son rôle dans les négociations entre les Israéliens et l'Autorité palestinienne. Tout le danger du rapprochement avec le monde musulman mené par des organisations Juives occidentales naïves, voire peu ou mal informées. Le Centre Simon Wiesenthal (CSW) alerte sur les risques de l'incitation à la haine anti-juive d'Erdogan et de ses soutiens non seulement pour les Juifs turcs, mais aussi pour ceux vivant en Allemagne et aux Pays-Bas où des imams diffusent cette haine. Quatre ans après la tentative du Marmara de percer le blocus maritime de la bande de Gaza, le mouvement islamiste ITT a annoncé qu'il prépare, avec l'accord du gouvernement turc, une nouvelle flottille pour rejoindre la bande de Gaza.


Les Juifs américains sont inquiets pour leurs frères français, le font savoir et agissent.

Depuis mai 2002, ils multiplient déclarations, encarts dans les journaux et rencontres avec le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France), porte-parole politique de la communauté.

En un mois, ce sont deux hautes figures du judaïsme américain qui sont venues en France : à la mi-juin, c’était Richard Heideman, président du B'nai B'rith International et membre du Comité national de l'Anti-Defamation League (ADL) et à la mi-juillet, Jack Rosen, président de l’AJC, à la tête d’un groupe de huit responsables, nationaux et locaux (Los Angeles et Dallas), de cette association. Rappelons qu’avec l’American Jewish Committe et l'ADL, l’AJC est l’une des principales organisations juives aux Etats-Unis.

« L’antisémitisme en France n’est pas un problème local. Ces agressions ne sont pas contre les Juifs français, mais contre les Juifs. C’est la raison pour laquelle les Juifs aux Etats-Unis se sentent concernés. On ne doit pas les tolérer, car ce serait donner un signal : « OK, vous pouvez attaquer les Juifs ». Et cela risquerait de déborder du cadre français », a déclaré d’emblée Jack Rosen. Avant de s’étonner que la France le tolère par un long silence politique et des sanctions judiciaires rares et assorties de sursis. « Aux Etats-Unis, il y a aussi une communauté musulmane importante dont certains membres manifestent avec colère leur hostilité au soutien américain à Israël. Mais aucune synagogue ne brûle et aucun écolier juif n’est agressé ». Alors pourquoi cette flambée d’agressions antisémites de ce seul côté de l’Atlantique ? « Cela tient à l’importance des Arabes originaires d’Afrique du Nord, largement touchés par le chômage, au laxisme politique et à une société intolérante. On peut se réjouir que 80% des votants se sont prononcés pour Jacques Chirac lors de l’élection présidentielle. Mais Jean-Marie Le Pen a recueilli près de 20% des votes ! Et ceci n’est pas rassurant », observe-t-il.

Reçu par Patrick Devedjian, alors ministre délégué aux libertés locales auprès du Ministre de l’Intérieur, et Renaud Muselier, alors secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères, Jack  Rosen a noté une volonté de réagir à ces actes antisémites, mais aucun changement dans la politique pro-palestinienne de la France.

Il a stigmatisé la diplomatie française qui considère Arafat comme un interlocuteur crédible, alors qu’il a financé le terrorisme, et n’a pas sanctionné son ambassadeur à Londres pour avoir qualifié Israël de « petit Etat merdique » et annoncé que le monde n’allait pas déclarer « une Troisième Guerre mondiale pour ces gens-là ». Et grande est sa surprise devant l’absence de condamnation publique de ces propos.

Mais Jack Rosen se réjouit d’avoir rencontré Elie Barnavi, alors ambassadeur d’Israël, Patrick Gaubert, alors président de la Licra (Ligue Internationale contre le Racisme et l’Antisémitisme), Me Gilles-William Goldnadel, responsable d’Avocats Sans Frontières, et Michel Gurfinkiel, rédacteur en chef de Valeurs actuelles.

Jack Rosen a constaté que les organisations juives françaises appréciaient diversement les actions de l'AJC. Roger Cukierman, président du CRIF, et David de Rothschild, président du FSJU (Fonds Social Juif Unifié) sont rassurés par les déclarations du nouveau gouvernement français et hostiles au boycott de la France. Par contre, l’UPJF (Union des Patrons Juifs de France) soutient les messages clairs de l’AJC aux dirigeants français.

C’est la réduction du nombre d’actes antisémites et la volonté de faire crédit aux ministres qui expliquent la position de l’AJC : ferme dans sa condamnation de l’antisémitisme, vigilante quant à la réponse des Pouvoirs publics et attentiste dans la prise de mesures.

Rappelons que l'AJC avait annulé ses voyages touristiques en France pour 2002. Un boycott ? « Non, nous n’interdisons pas d’aller en France. Mais au vu des circonstances, il nous a semblé que promouvoir ces séjours n’était pas alors approprié », précise Jack Rosen. Quid de l’action de la section de Los Angeles de l’AJC à l’approche de l’édition 2002 du festival de Cannes (1) ? « Nous avions écrit dans la presse professionnelle pour dire aux gens du cinéma : "Agissez selon votre conscience. Vous pouvez choisir de ne pas vous rendre au Festival de Cannes, mais si vous y allez, parlez de l’antisémitisme en France et montrez ainsi votre solidarité aux Juifs français" », a explicité David Suissa, l’un de ses responsables. Mais « Woody Allen n’a pas dit vraiment les phrases qu’on espérait », a ajouté ironiquement M. Rosen.

C’est à Bruxelles et sur le conflit israélo-palestinien que les échanges ont été plus difficiles. Si le dialogue avec Javier Solana, alors secrétaire général du Conseil de l’UE, a montré un accord sur le nécessaire contrôle de l’usage de la manne européenne destinée à l’Autorité palestinienne, en revanche, celui avec le cabinet de Chris Patten, alors membre de la Commission, s’est avéré tendu. « La politique de l’Unin européenne s’inscrit dans une stratégie à long terme visant à la création d’un Etat palestinien, et n’entend pas qu’une action contre l’Autorité palestinienne interfère dans son objectif. Quand nous avons dit que l’Union Européenne finance des manuels scolaires palestiniens haineux à l’égard des Juifs et des Israéliens, on nous a répliqué qu’elle rémunère les seuls professeurs. Mais ceux-ci enseignent en utilisant ces livres ! », s’exlame M. Rosen, consterné.

(1) Après s’être concertés avec Jean-Jacques Aillagon, ministre de la Culture, Claude Lanzmann, cinéaste et écrivain, Claude Lelouch, cinéaste, Ady Steg, président de l’Alliance israélite universelle (AIU) et Éric de Rothschild, président du Mémorial du martyr juif inconnu et du Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) ont signé le texte Réponse à l’American Jewish Congress présenté dans un communiqué dudit ministre du 14 mai 2002 :
"Mercredi 8 mai, à une semaine de l’inauguration du Festival de Cannes, le magazine Américain "Variety", revue des professionnels du cinéma, a publié un placard signé par l’American Jewish Congress.
Cette organisation y dissuade les voyageurs juifs de se rendre à Cannes et compare la situation dans notre pays en 2002 à celle qui régnait en 1942.
Pour que les choses soient bien claires, le placard renvoie le lecteur, pour plus d’informations, à un site Internet intitulé "boycottfrance".
Si notre pays a effectivement et malheureusement connu un certain nombre d’actes antisémites, rien ne rapproche la situation de 1942 et celle de 2002. Tout les oppose. L’antisémitisme de 1942 était un antisémitisme d’État, machine meurtrière mise en œuvre par un gouvernement qui avait renversé la République à la faveur de l’Occupation. Les actes commis aujourd’hui sont des actes isolés, combattus sans complaisance par les pouvoirs publics, condamnés solennellement par tous les responsables politiques, par toutes les autorités morales et religieuses du pays et par l’ensemble de nos concitoyens. Par son vote du 5 mai, le peuple français a massivement exprimé sa fidélité aux valeurs d’égalité et de fraternité, et son refus de l’extrémisme, du racisme et de l’antisémitisme.
La comparaison à laquelle se livre l’American Jewish Congress est offensante pour chacun de nous, français. Pour chacun de nous, juif. Plus gravement, elle est offensante pour la mémoire des innombrables victimes de la Shoa
h".

Articles sur ce blog concernant :
Articles in English

Cet article a été publié par Actualité juive.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire