Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

vendredi 7 avril 2017

"Brosses" de Yuri Kuper, sculpteur


La galerie Vallois Sculptures présente l'exposition "Brosses" de Yuri Kuper, artiste Juif d’origine russe à l’itinéraire complexe et aux talents multiples : peintre, romancier, sculpteur, céramiste, illustrateur, créateur de costumes et de décors d'opéras... Pour évoquer le temps qui passe, cet artiste s'inspire d'objets de la vie quotidienne, usagés, abîmés. Comme des vestiges d'ères oubliées... Inspirées par Pompéi, ces tasses sont parfois associées à une symbolique juive. Vernissage le 6 avril 2017 de 18 h à 21 h.

Né à Moscou (URSS) en 1940, Yuri Kuper étudie de 1957 à 1963 à l’Académie d’art de Moscou. Il devient membre de l’Union des artistes en URSS en 1967. Il expose dès 1970 au Salon graphique de Moscou.

En 1972, il fait son aliyah, puis s’installe en Angleterre. Il reçoit la Bourse de la Colonie artistique Yaddo à Saratoga Springs (Etats-Unis) en 1973.

Il publie un an plus tard à New York un roman « Fous sacrés à Moscou ».

C’est en 1975 qu’il décide de vivre à Paris.

Huit ans plus tard, il devient citoyen de Grande-Bretagne.

Il expose à Paris, New York, Berlin, Tel-Aviv, Moscou, Oslo, Bruxelles, Tokyo. Dans les années 1990, le musée Pouchkine à Moscou lui consacre une exposition individuelle.

Le MoMa (Museum of Modern Art) de New York ou le musée Pouchkine de Moscou lui ont consacré un one man show.

Yuri Kuper assure aussi la création de costumes et de décors d’opéras, dont le décor de « Boris Godounov » de Moussorgski pour la réouverture de l’opéra du Bolchoï en 2007.

Ce membre du groupe Mémoires s’intéresse à des objets de la vie quotidienne personnelle et professionnelle – pinceaux, entonnoir, vaisselle – qu’il présente comme des vestiges isolés d’un monde ancien. La patine grise accentue cet aspect ancien, un peu froid, légèrement flou. Des touches de peinture vives – rouge, bleu, jaune – renforcent l’authenticité de ces objets d’une vie banale.

En 2006, la galerie Vallois Sculptures a présenté des œuvres où « Les couteaux » semblaient dotés d’ailes. « Les deux brosses » paraissaient s’épanouir en fleurs qui atténuaient la tristesse émanant de cette œuvre.

C’est comme si l’artiste créait les vestiges de la société contemporaine pour le monde de demain, comme s’il les conservait pour l’avenir. Au spectateur d’imaginer la vie suggérée par ces objets si usités.

Dans le cadre de l’année croisée France-Russie, et parallèlement à l’hommage à Chana Orloff, la galerie Vallois Sculptures a présenté une série de 20 pièces uniques (technique mixte) - des pelles monodimensionnelles (50 cm – partie métallique), patinées en bleu, vert et jaune, réalisées en ce début 2010 – et des céramiques blanches de 2009 de Yuri Kuper.

Pelles
En 2010, ce sont donc les pelles empruntées à une vie russe qui ont inspiré l’artiste.

Des pelles érodées, usagées sur lesquelles Yuri Kuper a peint un paquet de cigarettes populaires sans filtre, des Belomorkanal, une boîte de sel, un rivage, un champ de blé, une boîte d’allumettes…

Des pelles puisant dans des fonds mémoriels russes et au-delà. Des objets d’une vie révolue.

En creux, ces pelles racontent l’humain, sa vie quotidienne, ses goûts, ses souvenirs, ses rêves…

Tasses
La galerie Vallois Sculptures présenta 15 tasses réalisées en 2013 à la Tuilerie de Treigny par Yuri Kuper, qui résume le propos de l'exposition Tasses par  ce mot : « Pompéi ».

"En effet, il s’agit d’oeuvres sans âge, objets de fouilles brisés et brûlés par les flammes du séisme. Enfouis sous les décombres, le temps a rongé leur matière à toutes. Parfois, il imprime sur certaines d’entre elles la symbolique judaïque comme l’évoquent « La Tasse au chandelier » ou « La Tasse à l’étoile ».

"La totalité des formes a été façonnée au tour d’après ses croquis. Ses mains les ont ultérieurement modelées, arrachées, torturées. La seconde cuisson n’a su le satisfaire. Il les a reprises une à une, modifiant leur surface. S’en sont suivis ajouts, ponçages et grattages assortis d’un nouveau travail aux oxydes et d’une application chargée de glaçure et d’émail. La troisième cuisson comprenait un grand risque de casse et la réaction de la tenue des émaux semblait très aléatoire".

Yuri Kuper "a mis tout son art, son cœur et sa force dans cette création quasi impossible. Ce travail pompéien, pour reprendre son qualificatif, s’inscrit dans sa création d’objets usuels, courants, oubliés par le temps…"

Brosses
La galerie Vallois Sculptures présente l'exposition "Brosses" de Yuri Kuper.

Des brosses de peintres ou d'artisans ébénistes. Usagées. Chargées de vernis ou d'un autre produit.


Du 6 au 29 avril 2017. Brosses. Vernissage le 6 avril 2017 de 18 h à 21 h.
Du 6 juin au 30 juillet 2013
"Tasses"
"Pelles" de Yuri Kuper. Jusqu’au 30 avril 2010
A la galerie Vallois Sculptures
35, rue de Seine, 75006 Paris
Tél. : 01 43 25 17 34
Du mardi au samedi de 10 h à 13 h et de 14 h à 19 h
Entrée libre. Vernissage le 6 juin 2013 à partir de 18 h.

Visuels de haut en bas : © DR
Affiche
Tasse bleue, détail

Tasse au chandelier, 2013, céramique, PU, H 41 x L 76 cm

Tasse bleue, 2013, céramique, PU, H 39 x L 72 cm


Article publié dans une version plus concise par L’Arche, et dans ce blog le 19 avril 2010, puis les 31 mai et 24 juillet 2013. Il a été actualité le 6 avril 2017. La citation provient du dossier de presse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire