Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

lundi 27 février 2017

« Last Folio » de Yuri Dojc


La Galerie Karsten Greve présente l’exposition « Last Folio: A Photographic Journey with Yuri Dojc » (« La Dernière Page. Voyage photographique avec Yuri Dojc ») de Yuri Dojc. Une exposition photographique inédite en France sur des rescapés de la Shoah et les vestiges témoignant de la présence des Juifs en Slovaquie avant la Deuxième Guerre mondiale.


Yuri Dojc est né en 1946 en Tchécoslovaquie dans une famille juive d’enseignants slovaques qui s’étaient cachés pour fuir les persécutions nazies lors de la Deuxième Guerre mondiale. 

Il poursuit à l’université Comenius à Bratislava des études d’ingénieur.

Après l’entrée à Prague des troupes du Pacte de Varsovie en 1968, il se trouve à Londres dans le cadre d’un programme d’échanges universitaires. Sur les conseils de son père, il y demeure, et un an plus tard, se réfugie à Toronto, au Canada. 

Il y étudie la photographie à l’université Ryerson.

Il travaille aussi pour les campagnes publicitaires de FedEx, Apple, Porsche, Canon, Club Med, Panasonic…

En 1997, lors de l’enterrement de son père, il fait la connaissance d’un rescapé de la Shoah.

Une rencontre déterminante qui le conduit à photographier des survivants slovaques.

À la recherche de l’héritage des Juifs de Slovaquie décrit dans le livre de son père, il initie le projet, Last Folio.

Élaboré comme une installation itinérante, Last Folio réunit une sélection de photographies, un film documentaire produit par Katya Krausova, et un livre. En 1968, Katya Krausova a quitté la Tchécoslovaquie et s’est réfugiée en Grande-Bretagne. Cette réalisatrice et productrice dirige Portobello Media et Portobello Pictures, dont l’un des films produits, Kolya de Jan Svěrák, a reçu en 1997 l’Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Histoires
Yuri Dojc a parcouru la Slovaquie et a réalisé plus de cent cinquante portraits, captant des histoires, des émotions. 

« Nous aspirons tous à laisser quelque chose derrière nous ; une empreinte de notre passage. Mais il ne reste presque rien de ces personnes dont les vies ont été interrompues pendant la Shoah. La photographie me permet d’ériger un monument intime à leur mémoire. À travers ces clichés, je leur rends hommage et je conserve leur trace. Je ne peux qu’espérer que mes images parleront aux visiteurs de cette exposition », a expliqué Yuyri Dojc.

Lors de son périple, Yuri Dojc a immortalisé également des objets, des cimetières juifs et des bâtiments, dont des synagogues et des mikvés (bains rituels), impressionnants mais souvent vétustes, de la communauté juive slovaque.

Yuri Dojc « envisage chaque livre abandonné, abîmé par le temps, comme un survivant, dont il fait un portrait, préservé dans sa beauté finale : des images qui en disent plus long que les mots ». 

Katya Krausova a précisé : « Yuri et moi-même avons parcouru tout le pays, des petites villes et de minuscules hameaux, rencontré des gens, trouvé des restes de vie et des fragments de souvenirs. Retracer les expériences de nos familles et l’univers dans lequel elles ont vécu et sont mortes s’est avéré un voyage absolument renversant, à la fois émouvant, spirituel et très personnel. » 

De manière fortuite, Yuri Dojc, Katya Krausova, et leur équipe technique ont découvert à Bardejov, ville située à l’est de la Slovaquie, une école juive comme figée par le temps, abandonnée depuis qu’en 1942 ceux qui y priaient et y étudiaient avaient été déportés dans des camps de concentration nazis.

Là, ils ont trouvé « des manuels scolaires, les cahiers d’écoliers annotés, les bulletins, les actes de naissance, les livres de comptes, et même du sucre dans les placards de la cuisine. Le tout en état de décomposition sur des étagères poussiéreuses, derniers témoins d’une culture autrefois florissante ». 

Les « photographies des livres que Yuri Dojc a trouvés dans une école juive à Bardejov constituent l’élément central de Last Folio, comme autant de vestiges d’une culture autrefois florissante ». 

Les « images de l’exposition révèlent les ruines terrifiantes d’écoles, de synagogues et de cimetières. Last Folio inscrit un voyage personnel dans la mémoire culturelle et offre une réflexion sur la perte universelle en tant qu'elle fait partie du souvenir européen ».

La recherche de Yuri Dojc s’est muée en un remarquable récit photographique où l’Histoire se mêle à des histoires personnelles tragiques.

« Parmi les centaines de livres et de fragments que Yuri Dojc photographie, l’un d’entre eux sort particulièrement du lot. Perdu au milieu d’une pile couverte de poussière, un livre ayant appartenu à son grand-père Jakab se retrouve comme par miracle entre les mains de son héritier légitime ».

Les photographies de ce photographe célèbre ont été acquises par le musée des Beaux-arts du Canada, le Musée national slovaque et la Library of Congress de Washington.

Last Folio a été montré en Amérique du Nord et du Sud, ainsi qu’en Europe. Douze de ces clichés font désormais partie de la collection permanente de la Bibliothèque du Congrès à Washington. 

En 2001, l’ambassadeur de Slovaquie aux États-Unis a remis à Yuri Dojc la Médaille d’honneur pour We Endured, une série de portraits de survivants slovaques de la Shoah. 

Yuri Dojc a inspiré des « dizaines d’articles dans la presse internationale, notamment Communication Arts et Applied Arts and Creativity, et de reportages sur les sites de Apple et Microsoft ».

Son reportage photographique au Rwanda « lui ont valu une double page dans le journal Libération ».

En 2010, Yuri Dojc a publié « son sixième ouvrage, Honour, qui rend hommage aux vétérans canadiens de la Seconde Guerre mondiale, et son travail fait l’objet d’une rétrospective au palais Mirbach à Bratislava ».

Inaugurée au Museum of Jewish Heritage à New York en mars 2011, l’exposition Last Folio est depuis lors montrée dans un grand nombre d’autres lieux, dont les locaux de la Commission de l’Union européenne (UE) à Bruxelles.

En 2015, Last Folio a été inclus dans le programme des commémorations internationales du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Dans ce cadre, l’exposition a été accueillie au siège des Nations unies à New York, à la Bibliothèque nationale d’Allemagne à Berlin, au musée Mark Rothko en Lettonie, au Musée juif et Centre pour la tolérance de Moscou et dans la galerie d’art de l’université Tufts aux États-Unis.


Jusqu’au 28 février 2017
5, rue Debelleyme. 75003 Paris
Tél.   +33 (0)1 42 77 19 37
Du mardi au samedi de 10 h à 19 h

Visuels
Left: Yuri Dojc, “Letter Shin” Cemetery Kosice, 2007, Pigmenting ink on fine art archival rag paper, 120 x 80 cm, Ed. 1/8, © Yuri Dojc, Courtesy Galerie Karsten Greve Cologne/St. Moritz/Paris and Last Folio Project by Yuri Dojc & Katya Krausova

Yuri Dojc, Library shelf, 2007 (Bardejov), Pigmenting ink on fine art archival rag paper, 80 x 120 cm, Ed. 3/8, © Yuri Dojc, Courtesy Galerie Karsten Greve Cologne/St. Moritz/Paris and Last Folio Project by Yuri Dojc & Katya Krausova

Yuri Dojc, Synagogue Sastin, 2007, Pigmenting ink on fine art archival rag paper, 80 x 120 cm, Ed. 2/8, © Yuri Dojc, Courtesy Galerie Karsten Greve Cologne/St. Moritz/Paris and Last Folio Project by Yuri Dojc & Katya Krausova

Yuri Dojc, Fragment of a Torah scroll, 2015, Pigmenting ink on fine art archival rag paper, 50 x 70 cm, Ed. 1/12, © Yuri Dojc, Courtesy Galerie Karsten Greve Cologne/St. Moritz/Paris and Last Folio Project by Yuri Dojc & Katya Krausova

A lire sur ce blog :
Articles in English
Les citations proviennent du dossier de presse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire