Citations

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du Soleil » (René Char).
« Il faut commencer par le commencement et le commencement de tout est le courage » (Vladimir Jankélévitch).
« Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort. Il est de porter la plume dans la plaie. » (Albert Londres)
« Le plus difficile n'est pas de dire ce que l'on voit, mais d'accepter de voir ce que l'on voit » (Charles Péguy).

dimanche 18 septembre 2011

Le sculpteur Edmond Uzan


A Paris, Evi Gougenheim/Artplace présente l’exposition collective Murmure dans le cadre des Journées européennes de la Culture et du patrimoine Juifs. Eminent physicien et mathématicien, Edmond Uzan y présente ses sculptures, dont l’une « illustre la suite mathématique de Fibonacci. La rigueur de sa démarche s’adoucit aux confins d’un silence habité ».

« Papa pique et maman coud », chantait Charles Trénet. Dans la famille Uzan, le père a été physicien, et la mère professeur de mathématiques. Les velléités artistiques d'Edmond Uzan se sont exprimées vraiment lors de la retraite et par la sculpture. Par contre, c’est par hasard, après avoir appris la dorure, le vitrail et la laque que Liliane Enriquez Uzan, douée pour la technique, trouve dans la sculpture son moyen d’expression idéal.

Nulle rivalité dans ce couple. Au terme de leurs travaux, chacun porte un regard légèrement critique et très bienveillant sur la création de l’autre. Une connivence : la « Tendresse » est illustrée, en petits formats aux formes adoucies, par Edmond Uzan en un être protégeant l’autre et, par Liliane Uzan, en un couple mobile immense.

Depuis plusieurs années, ce couple participe aux mêmes expositions. Edmond Uzan a gagné le Premier prix du Lions Club en novembre 2001 et son épouse a remporté en 2002 celui de la Fédération de la Mutualité.

L’ancien chercheur au CNRS est habitué à travailler directement la matière. Aussi, il maîtrise tout le processus de création d’une sculpture. Il est parfois aidé par son épouse qui, mue par un « souci minutieux des finitions », applique les feuilles d’or (« Odalisques ») ou cisèle. Tous deux proposent des pièces à deux, voire trois faces (« Le pêcheur et sa proie »).

Sensible au temps, doté d’un style « figuratif poétique », Edmond Uzan crée un bestiaire - une magnifique « Tortue », un « Scargot mutin » et des « Oiseaux de Paradis », i.e. « des coqs sans plumes comme dans le Jardin d’Eden » -, un univers animalier parfois étrange et fantastique – Hommage à Jérôme Bosch -, des « Chandeliers » mariant symbolique spirituelle et mathématiques ou soulignant l’interdépendance (« Arbre de vie » aux branches entremêlées), et un « Tsadik ». Dans la « Confusion des matières », l’Humain constitue le lien entre les mondes minéral et végétal... Ce sculpteur évolue aussi dans l’abstraction.

« Révoltée par l’injustice », Liliane Enriquez Uzan s’attache au personnage de Cervantès. Qu’elle décline Sur un cheval efflanqué, un Don Quichotte veut continuer à se battre, protégé par un sombrero ! Les premières sculptures révèlent l’influence de Giacometti. « La balançoire » fait songer à un tableau impressionniste. Aux extrêmes de la pièce à la Mairie du Ve arrondissement de Paris en 2002 : une « Vache rousse » et un merveilleux « Papillon » noir.

Jusqu’au 27 septembre 2011
14, rue Coëtlogon (angle 5, rue d’Assas), 75006 Paris
Tél. : 01 45 48 66 91
Du lundi au vendredi de 14 h à 19 h et sur rendez-vous



Visuels d’Edmond Uzan : © DR
Affiche
Oiseaux de Paradis
Hauteur : 76 cm, largeur : 45 cm, profondeur : 25cm
Tendresse
Statue en bronze patiné
Hauteur : 49,5 cm, largeur : 24 cm et profondeur : 23 cm
La vie ou rupture dans la continuité
Arbre de vie 02
Hauteur : 50 cm, largeur : 40 cm et profondeur : 25cm

Articles sur ce blog concernant :
- Culture 
France

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire