lundi 26 mars 2012

Al-Qaeda’s French-Algerian “mujahidin” Mohamed Merah killed 7 persons in South-Western France


Cet article est la version actualisée de celui publié par Ami Magazine.

On March 19, 2012, at about 8:00, a man who drove a Yamaha scooter shot at Jews in front of the Ozar Hatorah highschool, in Toulouse, a south-western French city.

He killed Rabbi Jonathan Sandler, 30, and his two sons, Arye, 5, and Gabriel, 4.

He then entered into the school. As he had a problem with his gun, he used a second more efficient gun. He caught by her hair Miriam Monsonego, school principal Yaacov Monsonego’s daughter, aged 7, and shot her dead. He seriously shot Bryan Aaron Bijaoui, 15, who was trying to protect and save Miriam. The Jewish teen has been hospitalized.

The killer left driving his Yamaha scooter. He behaved in a calm and determined way and filmed the killings with a camera attached to a chest harness.

More than 200 Jewish pupils go to the Toulouse Ozar Hatorah high school, which is located in a calm area of Toulouse, and has two security cameras. CRIF-Toulouse President Nicole Yardeni saw the videos of the attack ; “It was like a horror film”, she said.

“The situation has changed in France. There is a growing anti-Semitism in France”, Ozar Hatorah-France President Jean-Paul Amoyelle deplored. About 4,500 pupils go to Ozar Hatorah nurseries, schools and high schools.

A Jewish pupil’s mother criticized recent easing of security measures concerning that Jewish school.

France-born Rabbi Jonathan Sandler is the son of the President of the Versailles Jewish community, Samuel M. Sandler. An Ozar Hatorah alumni, he left Jerusalem last September for a 2-year mission as a teacher of Hebrew and Judaism (kodech) in that Jewish high school. Rabbi Sandler is survived by his wife Eva and his daughter, Liora, 18 months.

President Nicolas Sarkozy, Minister of Interior and Claude Guéant, French Jewish officials, socialist François Hollande, Centrist François Bayrou and other politicians went to the Ozar Hatorah high school. They all condemned the attack.

President of CRIF (umbrella of Jewish organizations) Richard Prasquier insisted on the anti-Semitic characteristic of the attack and called for reinforcing the security of Jewish establishments.

President Sarkozy ordered “exceptional measures of protection” in the area of Toulouse “as long as the murderer is not arrested”, for instance and for the first time he launched the scarlet Vigipirate Plan. Synagogues and mosques as well as religious schools will be particularly protected by police.

President Sarkozy also announced that a minute of silence would be observed in all French high-schools on March 20.

The day of the tragedy, Guéant, Bayrou and Great Rabbi of France Gilles Bernheim attended a ceremony of prayers at a Toulouse synagogue. They participated in a march in Toulouse.

The Ozar Hatorah high school’s synagogue hosted a ceremony  in the memory of the four victims.

The French Catholic Church expressed its indignation; at 5:45 p.m. people collected their thoughts in silence at the Notre-Dame de Paris.

President of CFCM -- umbrella of Muslim organisations -- Mohammed Moussaoui expressed his solidarity with the Jewish community.

Guéant said that the police noticed both the same gun and the same modus operandi in the attack against the Ozar Hatorah high-school as well as in the killing of three French soldiers – Muslim Imad Ibn Ziaten, 30, and Mohamed Legouad, 24, Berber-descent Catholic Abel Chennouf, 25 -- and the wounding of a Catholic French soldier, Christian Loïc Liber, 28, in Toulouse and Montauban, respectively on March 11 and 15, 2012.

The police wondered whether the murderer was a serial killer, a Far-Right soldier or an Islamist. “The police has collaborated with two expert profilers, and a psychologist. A huge police plan was applied: one helicopter, 5 mobile units which represent 380 policemen, 120 Judiciary Police investigators. Guéant activated Secret services and anti-terrorism service“, Dominique Lunel told me. She acts as an interface between the government and the Jewish community.

On March 19, at 7:00 p.m., the Jewish Consistoire organized a ceremony in the famous Parisian Nazareth synagogue.

President Nicolas Sarkozy and his wife Carla Bruni-Sarkozy as well as members of the government, Hollande, Ecologist Eva Joly and Cécile Duflot -- both women were shouted down because of their anti-Israeli stances -- and many politicians attended that ceremony. Psaulms were read.


Great Rabbi Alain Goldman said that he knew well the Monsonego and Sandler families, and evoked the Copernic attack (1980) and the Rue des Rosiers attack (1982).

President Joel Mergui expressed his sadness.

The ceremony ended by the Jewish Prayer for the French Republic which was modified by Great Rabbi Bernheim on Februray 2012 to include French soldiers who fight for France and its values all around the world.

The Union of French Jewish Students (UEJF) organized a silent march. Several non-Jewish organizations participated in that march, which started at 8:00 p.m. from the Place of the Republic to the Place of the Bastille (Paris). That silent march gathered 20,000 people, among them politicians. Front of Left Leader Jean-Luc Mélenchon was shortly shouted down because of his pro-Palestinian bias.

President Sarkozy suspended his presidential campaign until March 21, when he attended a ceremony in the memory of the three murdered soldiers. His socialist challenger Hollande suspended his agenda. On Monday night, President of Front National Marine Le Pen cancelled her participation in a TV debate while Bayrou focused his meeting on a reflexion about the French society. Some politicians and Left organizations suggested that President Sarkozy’s and his government’s speeches on immigration “trivialized” the racist Far-Right which was suspected for the shooting.

UN Secretary General Ban Ki-moon and National Security Council spokesman Tommy Vietor condemned that attack against Ozar Hatorah high-school, but they didn’t qualify it as anti-Semitic.

“When we think about what happened today in Toulouse, we remember what happened in Norway last year, we know what is happening in Syria, and we see what is happening in Gaza and other places,” European Union Foreign Policy Chief Catherine Ashton said in Brussels (Belgium).

Her speech was criticized by the Israeli government and Jewish organizations. Lady Ashton later said she was misunderstood.

On March 20, the police identified the murderer of Montauban and Toulouse shootings: Muslim Mohamed Merah, 24, who had a double citizenship, French and Algerian, and lived in a Toulouse residential area.

On March 21, at about 3:00, Raid, an elite unit police, started Merah’s Toulouse apartment siege.

More and more information about Merah were made public.

Toulouse-born Merah was a multi-recidivist offender. At 19, he was jailed for thefts and other crimes, and radicalized himself in prison. He had trained with Pakistani Taliban fighters in Afghanistan. He also travelled to Pakistan. He was jailed in Kandahar because he had planted bombs in 2007, but succeeded in escaping in a Taliban-led break-out in 2008.

Unemployed Merah said to a Raid officer that he had carried out his attacks “in revenge for the deaths of Palestinian children” and in order to express his opposition to “the French Army’s foreign interventions” and “France’s ban on the Islamic veil” (“anti-burka law”). The police discovered many weapons in a car which had been rented by Merah. They arrested Mohamed Merah’s elder brother, Abdelkader Merah.

Jewish and Muslims officials stressed that they refused to confuse Muslims with jihadists, those shootings with Islam, as well as Islam with Islamism.

On March 21, the four Jewish victims, who had French and Israeli citizenship, were buried in Har Hamenuchot cemetary, on the Mount of Rest, Jerusalem (Israel).

On the morning of March 22, after a 35-hour siege, during an intense fire-fight, Raid killed self-proclaimed Al-Qaeda “mujahidin” Mohamed Merah while he was trying to flee his flat in a residential area of the “rose city”.

Mohamed Merah died in accordance with his desire: as an Islamist jihadist fighting Jews, Infidels, kouffar (or kuffār, plural of kafir ; “unbelievers” or “disbelievers”), and traitor French Muslims -- Paratroopers Chennouf and Legouad belonged to 17th RGP (Régiment de génie parachutiste) which was engaged in military operations in Afghanistan ; Al-Qaeda and salafist djihadists fight against French presence in dar al-Islam --.

Al-Jazeera-France did not broadcast Merah's film of those shootings.

Al-Jazeera-France n' pas diffusé le film de Merah sur ces tueries.

Articles sur ce blog concernant :
Affaire al-Dura/Israël
Aviation/Mode/Sports
Chrétiens
Culture
France
Il ou elle a dit...
Judaïsme/Juifs
Monde arabe/Islam
Shoah (Holocaust)
Articles in English

mardi 20 mars 2012

« La condition juive en France. La tentation de l’entre soi » par Dominique Schnapper, Chantal Bordes-Benayoun et Freddy Raphaël


Dominique Schnapper, Chantal Bordes-Benayoun et Freddy Raphaël analysent les résultats d’une enquête sociologique réalisée auprès d’un échantillon représentatif d’une « partie de la population française qui se reconnaît comme juive » à Strasbourg, à Toulouse et dans la région parisienne, entre 2004 et 2006.

Cette population « est plus homogène que dans les années 1970 ». Ses « manières d’être juive » ont changé. « La réinterprétation de la judéité en termes religieux est devenue dominante et est d’autant plus revendiquée que la pratique est plus intense ».

« L’attachement à Israël croît avec l’âge des interviewés » et le degré de pratique.

Un « sentiment aigu de l’antisémitisme » se conjugue avec l’inquiétude quant à l’avenir.

Les auteurs notent une « tentation du repli sur soi » et une attirance vers « l’intervention publique », ainsi qu’une « forte participation électorale, un refus des extrêmes, le choix de la gauche modérée et l’éloignement relatif des partis de gauche ».

Ils observent une « rigidité et une politisation des institutions officielles » dans une France en mutation.

Un livre intéressant, mais qui manque de pertinence dans son analyse d’une communauté juive institutionnalisée ancrée dans un pays en mutations et en déclins, en butte à un « air du temps » contraire à ses valeurs qui sont aussi celles de la République française, et affaiblie notamment par son incapacité générale à communiquer.


Dominique Schnapper, Chantal Bordes-Benayoun et Freddy Raphaël, La condition juive en France. La tentation de l'entre-soi. PUF, coll. Le lien social, 2009. 152 pages, 20 euros. ISBN : 978-2130567073
Articles sur ce blog concernant :

Cet article avait été commandé par L'Arche.

mercredi 14 mars 2012

Dessins et peintures d'Emmanuelle Messika


Les 17-18 et 24-25 mars 2012, Art Contemporain Sèvres exposera en « La ChARTreuSE » des dessins à l'encre et peintures  d'Emmanuelle Messika.  Des oeuvres intrigantes associées au concert, pour le finissage, le 25 mars 2012, à 17 h, de la  pianiste Dominique Anagnostopoulos, avec au programme Haydn, Chopin et Bartok.

Diplômée de l’Ecole des Beaux-arts de Paris (2005), cette jeune peintre a enseigné les arts plastiques et a peint sur verre pour une lanterne magique dans le cadre de Métamorphoses, concert optique mis en scène par Louise Moaty avec Les Lunaisiens, notamment lors du festival Baroque (Pontoise, 2008).

Un « gimmick »
Emmanuelle Messika prise les décalages, associe figuratif et abstraction et « ose » les couleurs. « Je pratique une peinture dans laquelle évoluent des écritures hybrides. Cohabitent sur un même support des espaces en tension et en suspension, où la violence d’un geste côtoie un apaisement. Par des jeux de matières, je cherche à établir un dialogue décalé et j’aspire à une profusion de couleurs... Dans chacun de mes tableaux, les sentiments sont exacerbés avec cruauté. Une altérité est attribuée aux objets. Leur présence en fait des témoins et des cobayes, sujets tiraillés et soumis à un attachement manifeste », explique Emmanuelle Messika.

Dans ses œuvres exposées en 2009 au Centre d’Art et de Culture Espace Rachi, elle aimait y insérer parfois un animal ou inscrire une phrase, un trait d’humour (« Ch’ha, où est ton oreille ? »), un jeu de mots sur « Aïe » (cri de douleur) ou stylisait un Paris de sens interdits.

Dans « Hi » (salut en anglais), un golfeur tricolore saisi dans une nature au relief mouvementé semble frapper avec son club un astre, surpris sur un ciel azuréen (« Everybody Says Hi »).
« J’élabore des mises en scènes empruntées à un imaginaire qui réunit le fantastique voire le fabuleux et le quotidien, dans lesquelles chaque domaine participe, où le réel rejoint l’onirique », déclare Emmanuelle Messika.
Son « gimmick », c’est un « antihéros pris dans une situation inextricable et qui essaie de s’en sortir » : émergeant de coulées beiges qui risquent de l’engloutir, il s’agrippait au bleu serein.
Ainsi, dans « Pues con hechos se prueba su sabio razonar » (Puisque sa savante argumentation reçoit la preuve par les faits) - titre d'une chanson de Paco Ibanez sur des paroles de Juan Ruiz, archiprêtre de Hita -, on ne sait si des nuages dévoilent ou recouvrent un être dont seules apparaissent des mains en forme de pièces de puzzle, tandis que des « éclaboussures d’une étoile filante rose » animent la toile par un mouvement distinct.
Ce personnage récurrent, « de plus en plus abstrait, tend à s’effacer », nous avait confié cette artiste.

A l'été 2010, Emmanuelle Messika avait présenté ses nouveaux tableaux, techniques mixtes/acryliques sur toiles, dans une exposition collective aux Trois Baudets (Paris). Une manière de « participer à cette scène », haut lieu de la chanson francophone. Puis, elle avait exposé ses oeuvres à l'Apparemment Café et à la Galerie CROUS Beaux-Arts (Paris) qui l'avait accueillie en 2005, puis en 2011 à l'Espace Seven, Galerie De Vos où le titre de sa nouvelle exposition - « La sol fa si c'est pas si fa sol la » - était une citation des Têtes Raides, groupe musical français.

Les dessins d'Emmanuelle Messika  animent le décor du site des Editions Rue des Promenades.

http://www.emmanuellemessika.fr/


Les 17 - 18 et 24 - 25 mars 2012
A Art Contemporain Sèvres, en « La ChARTreuSE » [architecte Fabian KARPINSKI]
105, rue des Bruyères. 92310 Sèvres
Tel : 09 51 21 90 06 ; 06 72 78 57 95
De 15 h à 20 h
Vernissage le samedi 17 mars 2012 à 18 h
Concert de la pianiste Dominique Anagnostopoulos le dimanche 25 mars 2012 à 17 h avec au programme Haydn, Chopin et Bartok.


Du 17 décembre 2011 au 28 janvier 2012
A la Galerie Mariska Hammoudi
7, rue Yvon Villarceau, 75116 Paris
Code 1670. Inter. 21
Tél. : 06 64 69 26 68
Visite sur rendez-vous du mardi au dimanche de 10 h à 20 h
Vernissage le samedi  17 décembre 2011 de 14 h à 20 h


Du 21 au 24 octobre 2011
A Chic Art Fair
Galerie Mariska Hammoudi
Stand B 27
Cité de la mode et du design
32, quai d'Austerlitz. 75013 Paris
Tél. : 33 (0)9 52 41 07 06
Les 21, 22 et 23 octobre 2011 de 12 h à 20 h
Le 24 octobre 2011 de 12 h à 17 h
Vernissage le 20 octobre 2011 de 18 h à 21 h

Du 3 au 21 mai 2011
A l'Espace Seven, Galerie De Vos
7, rue Bonaparte, 75006
Tél. : +33 1 43 29 88 94
Du lundi au samedi de 10 h 30 à 13 h et de 14 h à 19 h

Du 4 au 27 janvier 2011
Au Centre d'animation Montgallet
4, passage Stinville. 75012 Paris
Entrée libre
Vernissage le jeudi 6 janvier 2011 à 19 h

Jusqu'au 17 Juillet 2010
Aux Trois Baudets
64, boulevard de Clichy, 75018 Paris
Tél. : 01 42 62 33 33
Du mardi au samedi de 18 h 30 à 1 h 30
Les tableaux seront accrochés le 10 juin et l’artiste sera présente dès cette date.
Vernissage le 11 juin vers 18 h 30 en présence d’Emmanuelle Messika

Du 1er juillet au 21 Août 2010
18, rue des Coutures St Gervais
75003 Paris
Vernissage le 1er juillet 2010

Du 8 au 20 novembre 2010
A la Galerie du CROUS
11 rue des Beaux-Arts, 75006 Paris
Tél. : 01 43 54 10 99
Vernissage mardi 9 novembre de 18 h à 21 h en présence de l'artiste

Visuels de haut en bas :
Sans titre
Peinture à l'huile
46 x 38 cm

Mours
2007/2011
Acrylique sur toile
114 cm x 146 cm

Baseball
acrylique sur toile
130x97 cm
2009
 
« Smith »
Acrylique sur toile
162 x 130 cm 2009-2010

« Pues con hechos se prueba su sabio razonar »
Acrylique sur toile
162 x 130 cm 2009-2010

Cet article a été publié en une version plus concise dans le numéro 625 de juin 2010 de L'Arche.
Il a été édité le 10 juin 2010 sur ce blog et modifié pour la dernière fois le 11 mars 2012

vendredi 9 mars 2012

Deux appels de musulmans à voter pour le Front national

Le 4 mars 2012, sur RTLSoheib Bencheikh, ancien grand mufti de Marseille, « chercheur en sciences religieuses », a appelé à voter pour Marine Le Pen, candidate du Front national à l'élection présidentielle pour marquer son opposition au candidat et Président de la République Nicolas Sarkozy. En mai 2002, Radio Islam avait dénoncé une France dirigée par les « judéo-socialo-maçonniques » pour inciter les musulmans à voter pour le Front national.
 

Bariza Khiari, sénatrice socialiste

Les années passent, les motivations changent, mais l’appel à voter pour le Front national demeure dans les milieux musulmans.


Soheib Bencheikh est une figure médiatisée de « l’islam de France ». Né à Djeddah (Arabie saoudite), il est l’un des enfants du Cheikh Abbas Bencheikh el Hocine (1912-1989), ancien recteur de la Grande mosquée de Paris, et le frère de Ghaleb Bencheikh, physicien et animateur de l’émission Islam sur France 2. Il est aussi l’ancien grand mufti de Marseille et a dirigé l’Institut supérieur des sciences islamiques (ISSI) à Marseille


« Monsieur Sarkozy est un homme dangereux pour la France. Il est prêt à monter les communautés les unes contre les autres uniquement pour régner quelques années. Il est indigne de la grandeur de cette nation, ni de la grande histoire de ce pays », a déclaré Soheib Bencheikh, le 4 mars 2012 sur RTL (vers 2 h 02).

Et cet ancien « candidat » à l’élection présidentielle en 2007 d’ajouter : « Nicolas Sarkozy n’a pas d’idéal : il navigue à vue, il veut régner. Il veut prendre toute une communauté en otage. Je n’ai pas l’habitude de donner des consignes de vote. Mais pour la première fois, je dis aux musulmans de France et leurs amis : il vaut mieux voter Le Front national que voter pour cet homme. Au moins, on aura le moins pire avec qui on partage pas l’idéal, que une copie qui va faire la surenchère… La religion dans un pays laïc doit vraiment rester dans le privé, mais à condition qu’on la respecte en tant que force morale. Le halal n’a jamais été le propre des musulmans. C’est le propre d’une petite minorité cultuelle… Je respecte, je ne partage pas les thèses du Front national, mais au moins ils sont sincères, mais au moins ils ont un idéal. Nicolas Sarkozy n’a ni utopie pour gouverner, ni rêve pour façonner la société ».

Comment, à partir d'un seul thème de campagne (l'abattage rituel islamique, la viande halal), l’auteur de Marianne et le prophète a-t-il pu assimiler la ligne politique du Président-candidat Nicolas Sarkozy avec celle du Front nationale ? D'autant que la position de Nicolas Sarkozy sur l’abattage rituel islamique a évolué : « Sur les 200 000 [tonnes de viande consommées en Ile-de-France], il y en a 2, 5 % qui sont de la viande casher et de la viande halal. Est-ce que, vraiment, ça vaut le coup de faire une polémique pour cela ? », « Le premier sujet de préoccupation, de discussion des Français (...), c'est cette question de la viande halal », « Reconnaissons à chacun le droit de savoir ce qu'il mange, halal ou non »...

On peine à comprendre la logique et à saisir la finesse d’analyse dans cet appel de Soheib Bencheikh loué dans Wikipedia comme « l'un des musulmans progressistes les plus connus en France et en Europe ». Car si Soheib Bencheikh est ulcéré par certaines déclarations récentes du Président-candidat Nicolas Sarkozy sur ce sujet, pourquoi a-t-il procédé par amalgame, et sans argumenter ? Et pourquoi n’a-t-il pas appelé à voter pour un candidat du centre ou de la gauche, voire à voter blanc ?

De plus, on ne peut que louer la volonté de Soheib Bencheikh de confiner, dans un pays laïc, la religion à la sphère privée. Mais s’est-il élevé contre les prières publiques illégales de musulmans dans les rues de nombreuses villes françaises ?

En outre, la sincérité peut-elle constituer le seul critère de sélection d'un parti politique ? L'idéal du Front national est-il si séduisant ?

Enfin, on demeure surpris que Soheib Bencheikh ne caractérise pas comme dangereux pour la France, pour la démocratie, les extrêmes de l'échiquier politique français. 

Curieusement, cet appel sur l’une des deux radios les plus populaires en France n’a guère été repris par des grands médias français.

Certains médias avaient pourtant évoqué le souhait d’une partie ultra minoritaire de Juifs français de voter pour le Front national ou l’appartenance de Juifs à ce parti, alors que divers responsables communautaires ont fermement pris position contre le Front national. Ainsi, Richard Prasquier, président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) a rejeté le vote aux extrêmes de la scène politique française et déclaré le 7 décembre 2011 à propos de la candidate du Front National à l’élection présidentielle : « Voter pour Marine Le Pen c'est irresponsable politiquement et écœurant d'un point de vue moral ». Et Gilles Bernheim, grand rabbin de France, a jugé « les valeurs du judaïsme sont incompatibles avec celles du Front national » (Sud-Ouest, 15 janvier 2012). Le débat actuel sur les abattages rituels n'a pas suscité chez les dirigeants de la communauté Juive française ou chez un intellectuel Juif français un tel appel à voter pour le Front national. Bien au contraire, ces responsables communautaires Juifs maintiennent leur attachement à la laïcité et leur dialogue avec les autorités politiques.

L’appel de Radio Islam en 2002
Lire les textes de Radio-Islam, c’était recenser des schémas de pensées archaïques d’auteurs déconnectés de la réalité. A l’approche des élections législatives de 2002, Kamal Khan, le responsable de ce site, a invité les musulmans à voter pour Jean-Marie Le Pen.

Comment les convaincre ? En décrivant ce politicien d’extrême-droite comme un ami des Arabes pendant la guerre d’Algérie, opposé à la guerre et à l’embargo contre l’Irak, et marié à une responsable d’« association en faveur des enfants irakiens ». Sans oublier une France dirigée par « les Juifs, les socialistes, les francs-maçons et les communistes », ainsi que « l’arrogance américano-sioniste ». Les responsables à la « répression » lors de la guerre d’Algérie ? Pierre Mendès-France et un « non-Juif ami d’Israël », François Mitterrand. « Les affaires Garaudy, abbé Pierre ou Faurisson » restent des références.

La présence des Islamistes derrière les attentats est niée, les « hypocrites musulmans » sont dénoncés et l’essor de l’islam réécrit. Le tout baigne dans le négationnisme et la défense de la « cause palestinienne ».

« Jean-Marie Le Pen n'est pas raciste. C'est un Français qui lutte pour libérer la France de l´occupation juive - comme vous luttez pour libérer vos pays de cette occupation. Il combat pour aider le monde arabe opprimé à briser à son tour les chaînes diaboliques du sionisme ! Votez Le Pen », exhortait Radio Islam.
Quel démenti au bonifacisme ! Dans une note (2001), Pascal Boniface, directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), avait conseillé au Parti socialiste de se distancer de la communauté Juive française et de l’Etat d’Israël pour se rapprocher davantage des musulmans de France : ceux-ci constituant un potentiel numériquement plus important d’électeurs.

Et quelle ingratitude pour ceux qui, convaincus par la thèse de Pascal Boniface, se sont démenés en allant à la pêche aux voix des musulmans de France !

Articles sur ce blog concernant :

jeudi 8 mars 2012

Un stage éducatif contre les stéréotypes


Lundi 8 juin 2009. Collège Georges Rouault (Paris, XIXe arr.), un bâtiment moderne excentré qui accueille 420 élèves.

Olivia Cattan, Karim-Hervé Benkamla et Morad al-Hattab, respectivement présidente, vice-président et secrétaire général de l’association Paroles de femmes, accueillent la vingtaine d’élèves de 5e - âgés d'environ 12 ans - qui depuis mars 2009 suivent leur stage éducatif d’une heure – bimensuel en juin - pour « déconstruire les préjugés ».

Dirigée par Lucien Loeb (Générique Production), une équipe filme la séance pour M6.

Au programme : quizz oraux - « Les hommes et les femmes sont-ils égaux ? » - et saynètes d’une dizaine de minutes. Olivia Cattan et Karim-Hervé Benkamla reformulent les questions, invitent les élèves à préciser leurs réponses, s’opposent aux clichés.

« Vous sentez-vous français ? » Environ six élèves se définissent ainsi, puis hésitent. Finalement, seuls deux répondent « Oui ». « C’est quoi pour vous être français ? », interroge Karim-Hervé Benkamla. Les réponses fusent spontanément des garçons, souvent rieurs : « Avoir du sang français ! », « Ils vont dire que tu es raciste… », « Au fond de moi, je sens que je ne suis pas français », « Noirs et Arabes sont frères ; les autres non ». Et leur condisciple juif ? « C’est mon pote ! »

Ecrites par Olivia et Laura Cattan et Grégory Baquet, les saynètes sont jouées par deux élèves « échangeant » leur identité religieuse ou sexuelle.

Auteur de Chroniques d'un buveur de lune, Morad al-Hattab interpelle les élèves : « Etes-vous choqués par les expressions de la fille ? » au langage masculin. « Oui… » Minoritaires, les filles demeurent réservées, timides.

L’équipe de Parole de femmes martèle un message d’égalité, de respect d’autrui, de rappel de la laïcité et de foi en l’école républicaine. Puis, après la séance, elle dresse un bref bilan avec Georges Benguigui, directeur de l’établissement.

Dans cette classe, « il y a eu des problèmes d’antisémitisme, de sexisme et de violence. Aujourd’hui, ces enfants arrivent à en parler librement, à réfléchir sur leurs paradoxes… Notre objectif est de déconstruire tous leurs préjugés et de faire travailler ces enfants ensemble sur ce qu’ils ont en commun : leur citoyenneté française. Ainsi, ils tissent des liens et apprennent à se connaître, à se respecter et, pour certains, à s’apprécier », résume Olivia Cattan, journaliste, essayiste et romancière.

Un travail aux effets déjà démultipliés car des élèves parlent chez eux du stage à leurs frères attentifs.

En 2009-2010, ce stage a été axé sur la laïcité/citoyenneté, les violences, ainsi qu’une pièce de théâtre écrite par les collégiens sur les clichés et préjugés et jouée devant leurs familles.

« Un documentaire a été réalisé afin d’évaluer les résultats de ces deux années de cours d’égalité », déclare Olivia Cattan le 12 décembre 2010.

Le bilan d’une année de modules éducatifs ? « C’est une confiance qui s’installe entre les enfants et nous, une diminution des violences verbales et physiques entre les garçons et les filles ».

Pour constater un recul patent des préjugés, « il faudrait une prise en charge dès la 6e et des interventions ponctuelles jusqu’à la Terminale. Mais ce que nous avons gagné, c’est une prise de conscience réelle des préjugés et de » leurs conséquences.

Quant aux professeurs, « certains ont du mal à accepter que l’on parle des violences, notamment du viol qui est encore un sujet tabou. Pourtant c’est la raison pour laquelle les écoles nous appellent ».

Et d’ajouter : « Nous intervenons actuellement au sein de 12 collèges dans le Val d’Oise. De plus en plus de municipalités envisagent de nous faire intervenir afin d’établir un programme global dans tous les collèges pour un résultat général et plus efficace ».

L’association souhaite la généralisation au niveau national de ses modules de prévention.

Articles sur ce blog concernant :

Cet article avait été commandé, et non publié, par L'Arche.