dimanche 24 avril 2011

French Justice Scrutinized Jamal Al Dura’s Wounds

On September 30, 2000, France 2 TV aired a report about two Palestinians being caught in an alleged exchange of gunfire in the Gaza Strip. Charles Enderlin, Chief of the France 2 bureau in Jerusalem, commented his Palestinian cameraman Talal Abu Rahma’s images:
« Jamal [Al Dura] and his son Mohammed are the targets of gunshots that have come from the Israeli position... Mohammed is dead and his father seriously wounded ».
Major General Yom Tov Samia, commanding officer in the Southern District, asked physicist Nahum Shahaf to investigate the alleged crime.

On November 27, 2000, after having read Shahaf’s report, Maj.-Gen. Samia concluded that Mohammed Al Dura was likely killed by Palestinian gunfire.

The Al Dura’s image became the mediatic icon of Intifada II. That blood libel vilified Israel.

Shahaf was convinced that the footage was staged.
Some journalists, including Stéphane Juffa, Editor in Chief of Metula News Agency (1), and German film director Esther Shapira, raised doubts about the authenticity of the footage.

On May 21, 2008, Philippe Karsenty, founder of a media watchdog group, who had written that the controversial footage was a forgery, won its trial against France 2 and Enderlin who had sued him for « defamation ».

On September 4 and 25, 2008, the French Jewish weekly magazine Actualité juive (1) published two articles authored by Clément Weill-Raynal, including an interview of Dr. Yehuda David, surgeon at Tal ha Shomer hospital in Tel-Aviv.

Dr. David asserted that Jamal al-Dura had been attacked with axes by Palestinians in 1992. He performed in 1994 a tendon transfer surgery from Jamal Al Dura’s left foot to his paralyzed right hand. Thus, according to the surgeon, Jamal Al Dura’s wound dated back to 1992, and not to 2000.

On September 9, 2008, Professor and Surgeon Raphael Walden wrote a letter listing Jamal Al Dura’s injuries according to a Jordanian medical file.

Jamal Al Dura sued Dr. David, Weill-Raynal and Actualité juive for « defamation ».

On February 8, 2011, the hearing was held before a Parisian Tribunal for about 10 hours.

Weill-Raynal described his in-depth investigation. He also listed Enderlin’s and Abu Rahma’s contradictories allegations, as well as incoherencies and discrepancies in their footage. He noticed that Prof. Walden never examined Jamal Al Dura.

Dr. David described the surgery he performed and why Jamal Al Dura could not medically have been injured by bullets in his foot and in his hand. He added that Jamal Al Dura’s scar in a buttock was the hallmark of a Palestinian punishment inflicted on alleged « collaborators » with Israel.

Journalist Hervé Deguine, who investigated the controversial footage for Reporters Without Borders in 2005, was sure that the Al Dura incident was real, although he never met Abu Rahma and Jamal Al Dura.

The President of the French Jewish umbrella organization, CRIF, Richard Prasquier, said that he had called for the establishment of an “independent investigative commission” on the Al Dura affair on July 2, 2008.

Retired Journalist Luc Rosenzweig spoke about the French state-run TV’s refusal of that commission.

According to Professor in medicine Marcel-Francis Kahn, who based his opinion on x-rays, Jamal Al Dura had been injured by Israeli bullets in 2000. Maître Alain Jacubowicz, Dr. David’s lawyer, ironically replied: « How can you be so sure that those x-rays are Jamal Al Dura’s? They don’t mention any date, any name of patient and hospital ». Maître Gilles-William Goldnadel, Weill-Raynal’s lawyer, recalled that the doctor was also a pro-palestinian militant.

The plaintiff did not attend the trial, and he was defended by Maître Orly Rezlan who stigmatized those who questionned the authenticity of the footage.

The Public Prosecutor Dominique Lefebvre-Ligneul recommended that the three judges drop the charges against the three defendants.

The defendants’ lawyers insisted on their clients’ serious investigations, legitimate questions and reliable sources.

The judges will pronounce their judgment on April 29, 2011.

Originally published  by Ami Magazine
Published in French here

(1) I was journalist for Actualité juive and Metula News Agency


Other articles in English
The UNRWA Commissioner-General Karen Abu Zayd’s biased discourse (Le discours biaisé de Karen Abu Zayd, commissaire générale de l’UNRWA)
No Anti-Semitism in France? (Pas d’antisémitisme en France ?)
Leniency For Barbarians (Le procès en appel de 18 condamnés dans l’affaire du gang des Barbares débutera le 25 octobre 2010)
Geert Wilders’ Fight, interview of Bat Ye’or (Interview de Bat Ye’or sur Geert Wilders et l’OCI)
An “Islamically Correct” Conference (La conférence « islamiquement correcte » de lancement du projet Aladin)
Israel and UNESCO (Echecs des diplomaties américaine et israélienne à l'UNESCO)
Nonie Darwish: “An Arab for Israel”

dimanche 17 avril 2011

Le sculpteur Lev Stern


La galerie Vallois Sculptures présente une vingtaine de sculptures en bronze, dans des patines vert et vert-gris - de la série « Arbres » et des toiles du sculpteur israélien Lev Stern. A remarquer : sa création la plus récente (2010) sur ce « thème existentiel » pour cet artiste, et ces arbres de type méditerranéen plantés dans la pierre de Jérusalem.


Ce thème récurrent des arbres est « existentiel » pour Lev Stern. Il inspirait ses expositions en 1995 et 2008 à la galerie Vallois sculptures contemporaine. L’arbre était posé sur un bloc cubique formé de couches alternées de pierres et de ciment cachant les racines.

Des arbres symboliques
Les strates géologiques de cette première série des « Arbres » sont à l’image des étapes du parcours de Lev Stern, né en 1945 en Russie.

En 1948, sa famille Juive retourne en Pologne, puis immigre en Israël en 1959.

Lev Stern étudie la peinture et la sculpture.

Diplômé en architecture et urbanisme du Technion (Haïfa) en 1971, il ouvre à Jérusalem un bureau d’architecture et de design. Deux disciplines qu’il enseigne à Bezalel et à l’Israeli Academy of Art.

Entre 1981 et 1983, il séjourne à Paris où il se consacre à la peinture et à la sculpture.

Il vit à Jérusalem et expose en Israël, France et Pologne.

En 2006, Ruth Cheshin, présidente de la Fondation de la Cité, a offert au Dalaï Lama, lors de sa visite à Jérusalem, un de ces arbres. Le chef spirituel tibétain a demandé : « Je me demande si l’arbre se tient droit car il représente la vérité ? »

On retrouvait la structure des sculptures-arbres dans certaines pièces de sa série – sculptures et dessins - Carottes (2002) : la carotte-tronc et les « tiges »-branches.

Des carottes ! Des carottes ? Des carottes. Cette exposition suscite la même réflexion, sur ces trois tons, tant elle intriguait l’être le moins rationnel. Comment et pourquoi un sculpteur s’emparait-il d’un sujet non noble, une carotte, cet aliment banal, méconnu et aux divers modes de consommation ? Pourtant moultes artistes ont peint des fruits. Charles Trénet a chanté Qu’y a-t-il à l’intérieur d’une noix ? Alors, des carottes ? Lama lo (« Pourquoi pas », en hébreu) !

Aspect phallique ? Arme ? L’artiste réfutait toute intention autre que relever un défi artistique. Ses carottes étaient des œuvres symboliques certes, mais surtout une déclinaison, une étude des variétés offertes par une forme simple en V - deux lignes qui d’un côté s’éloignent et de l’autre se rejoignent, formant une carotte -, sans fin. Un défi artistique. « Le dessin offre plus de liberté que la sculpture, proche du réel, du concret. Il a un côté magique. Chaque millimètre est un choix, une décision », m’a alors confié cet artiste honoré du Prix international d’art contemporain de Monte-Carlo (1995). Lev Stern étudiait l’équilibre entre la racine/carottes et les « branches » qui en sortaient,

En ce printemps 2011, le matériau de certaines pièces a une signification biblique : la pierre de Jérusalem s’allie au bronze.

Ces petits formats – de 12 cm à 20 cm de haut - sont composés de deux parties : l’arbre sur un socle métallique, souvent mince et présentant des reliefs, ou surmontant des racines hautes, quasi-tentaculaires.

Lev Stern s’intéresse à la dualité, au caché et au visible, au feuillage et à son absence, la stabilité ancrée dans le sol et cette aspiration vers l’élévation, la puissance des racines qui, sans terre, soutiennent et nourrissent la croissance de l’arbre. Des racines qui s’épanchent, se tendent, s’incurvent, se reposent, s’élancent.

Lev Stern représente la force, la vie qui émane des cimes épanouies et de la racine et le mouvement qui semble l’animer, et la solitude de ce végétal ligneux, tel cet arbre de savane au fût gracile. Les arbres « plus anciens, parasols, cyprès longilignes, arbres-personnes aux racines-jambes entrelacées, et disproportionnées, sortent tous à la fois du ventre de la terre-mère ».

Jusqu’au 30 avril 2011
35, rue de Seine, 75006 Paris
Tél. : 01 43 25 17 34
Du mardi au samedi de 10 h à 13 h et de 14 h à 19 h


Visuels de haut en bas :
Sans titre, 2010
pierre et bronze
H 16 cm x L 26 cm
Arbre, 1995

bronze et béton
Oeuvre fondue à la fonderie Beit Nykufa
H 23 x L 9 x P 9 cm

Bronze, 2007
H 27 cm x Ø 9 cm
Œuvre unique fondue à la fonderie Beit Nykufa

Carton d'invitation de l’exposition Carottes

Bronze, 2001
H 14 x L 9 x P 9 cm
Œuvre unique fondue à la fonderie Beit Nykufa

Bronze, 1998
H 42 x L 44 x P 35 cm
Œuvre unique fondue à la fonderie Beit Nykufa

Articles sur des expositions de sculpteurs
« Origines » de Nora Herman
Alain Kleinmann, peintre et sculpteur
« Pelles de Yuri Kuper
Hommage à Chana Orloff (1888-1968)
Boris Zaborov, peintre et sculpteur
Cent lumières pour Casale Monferrato - Lampes d’artistes pour Hanouca
La Splendeur des Camondo de Constantinople à Paris (1806-1945)
Les Orientales
Paris, ville rayonnante


Cet article a été publié en une version plus concise en 2008 par L’Arche

vendredi 8 avril 2011

Interview de Laurence Sigal, directrice du MAHJ, sur l'exposition « Chagall et la Bible »


Le musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ) présentera l’exposition Chagall et la Bible (2 mars-5 juin 2011). Une exposition qui souligne la « centralité de la Bible hébraïque, de l’inspiration biblique dans l’œuvre » de cet artiste « Juif qui se définit comme tel, mais pas seulement comme juif » : conjuguant sa fidélité au texte et sa liberté d’artiste, Chagall illustre la Bible pendant près d’un quart de siècle en diffusant notamment le message novateur d’un Jésus juif.


Le musée national Message biblique Marc Chagall à Nice a présenté jusqu’au 14 mars 2011 Chagall, Kupka : deux visions du Cantique des cantiques puis, jusqu’au 6 juin 2011, une quarantaine de pastels préparatoires aux tableaux du Message Biblique. Le musée de Grenoble montre jusqu'au 13 juin 2011 l’exposition Chagall et l’avant-garde russe. Y a-t-il une actualité Chagall en 2011 ? Y a-t-il un lien entre les expositions ?

C’est fortuit : il n’y a aucune actualité particulière sur Chagall en 2011.

L’exposition Chagall, Kupka : deux visions du Cantique des cantiques au musée Chagall a été réalisée sur la base d’un partenariat avec le MAHJ et de la reprise de notre exposition Kupka et le Cantique des cantiques que nous avions créée en 2005 avec beaucoup de succès.

L'approche de l'exposition Chagall, Kupka : deux visions du Cantique des cantiques est comparative. Kupka, artiste peu philosémite, a fait l’apprentissage de la calligraphie hébraïque pour illustrer le Cantique des cantiques.

Dans le cadre de sa politique hors les murs, en province, pour valoriser ses collections, le Centre Pompidou a prêté au musée de Grenoble des œuvres provenant du fonds considérable Chagall de son musée d’art moderne et datant de la période russe du peintre, jusque dans les années 1930. C’est le choix le plus prisé par les musées.

Au MAHJ, nous avons choisi une approche frontale non connue de Chagall : la place de la Bible, non les Evangiles, dans l’œuvre de Chagall. Cet artiste a réalisé un grand travail comme illustrateur de la Bible hébraïque, pendant plus de 25 ans.

Le MAHJ a conçu cette exposition avec des œuvres de son fonds, celles prêtées par le musée Chagall, le Centre Pompidou, des musées étrangers et des collectionneurs privés.

Le MAHJ avait présenté Hadassah, de l'esquisse au vitrail en 2002. Quelles sont les spécificités de cette exposition en 2011 ?

En 2002, le MAHJ avait trois ans d’existence. Il avait conçu cette exposition sur les vitraux illustrant les 12 tribus d’Israël, destinés à la synagogue de l’hôpital Hadassah, à Jérusalem. Une exposition montrée ensuite au musée Chagall, au musée de la Bible à Amsterdam (Pays-Bas), au Cape (Afrique du Sud) et à Mantes-la-Jolie.

Neuf ans après, notre ambition est plus grande : montrer le Chagall illustrateur de la Bible hébraïque avec sa liberté d’artiste. Venu à Paris, ville des avant-gardes artistiques, Chagall, qui a collaboré dans la Russie révolutionnaire au théâtre Juif, reprend la Bible dans le texte pour l’illustrer.

Notre défi est de tenir un discours artistique, non religieux, sur la Bible.

Quel est le rapport de Chagall à l’égard de la Bible hébraïque ?

Chagall se réfère au monde du shtetl (Ndlr : petite ville en yiddish) qu’il a quitté. A Vitebsk, il a eu accès très tôt au texte de la Torah via son interprétation midrashique grâce aux histoires racontées aux enfants qu’il avait entendues, par à son apprentissage au heder (Ndlr : école où les enfants apprennent le judaïsme et l'hébreu)...

Ce rapport de Chagall à la Bible hébraïque est exceptionnel parmi les artistes, notamment Juifs, et au XXe siècle. Il n’y a presque plus d’artistes à s’intéresser à la Bible.

C’est le seul peintre Juif, le seul artiste de l’Ecole de Paris qui entreprend d’illustrer la Bible hébraïque de la Genèse jusqu’au Deutéronome, dans les synagogues, jusque dans les chapelles désaffectées. Et ce, pendant plus d’un quart de siècle, de 1930 à 1956.

Chagall interprète la Bible hébraïque. L’artiste adopte la posture du commentateur. Un commentateur libre, parfois audacieux, du message biblique. En même temps, Chagall cherche des cautions en interrogeant des personnalités Juives : « Ai-je raison de peindre des fresques dans une église ? »

Quels éléments sont soulignés dans cette exposition ?

L’exposition est articulée autour de deux idées principales.

D’une part, la place de la Torah comme trésor du peuple juif dans l’œuvre de Chagall, dès les années 1910.

D’autre part, la figure récurrente d’un Jésus Juif que Chagall invente dès les années 1920-1930.

Parlez-nous de cette figure du Jésus Juif…

Chagall vient de la Russie des pogroms. La confrontation avec le monde orthodoxe est présente dans son œuvre depuis toujours.

Après la Seconde Guerre mondiale, Chagall est marqué par des intellectuels qu’il fréquente, tels Jules Isaac et Jacques Maritain, qui initient le dialogue judéo-catholique qui aboutira à Vatican II. Chagall a porté ce rêve absolu de faire cesser la haine entre Juifs et chrétiens.

Cette image étonnante, récurrente et d’un Jésus judaïsé, ce n’est pas un appel à la conversion des Juifs. C’est une image provocatrice : Chagall appelait ainsi à la prise de conscience des chrétiens qui persécutaient les Juifs alors que leur Dieu était à l’origine Juif.

Chagall, qui a travaillé pour les deux cultes, juif et chrétien - catholique et protestant -, est devenu une sorte de militant de la paix universelle entre les hommes en Occident.

Quel est le parcours de l’exposition ?

Une première partie est consacrée à Chagall, illustrateur de la Bible hébraïque : Chagall travaillait le texte à la main. Au premier niveau la gestation, les esquisses jusqu’aux œuvres abouties avec des gravures à l’eau forte aquarellées par Chagall, dont un exemplaire pour son épouse Vava. Au deuxième niveau, l’interprétation, la place de la Torah comme trésor du peuple Juif. Ce thème apparaît dès les premières œuvres. Chagall se peint en peintre-prophète, capable d’interpréter le monde. Au troisième niveau, c’est le Jésus Juif. Nous confrontons les œuvres sur papier et les vitraux pour les cultes juif, catholique et protestant.

La seconde partie est interprétative sur la place du religieux et du judaïsme.

Nous mettrons le texte de la Bible hébraïque en rapport avec chaque illustration pour expliquer le rapport entre ce texte et l’image.

Quelles œuvres avez-vous choisies ?

Nous montrons 105 gravures, une quinzaine d’états préparatoires jusqu’aux gravures, des gouaches, les peintures de Chagall sur son voyage en Palestine mandataire à l’invitation en 1930 du maire de Tel-Aviv, Meir Dizengoff. Chagall y retrouvait le cadre de l’Antiquité biblique qui l’intéressait.

Le musée Chagall à Nice nous a prêté 20 gravures qui n’ont pas été montrées depuis longtemps à Paris.

Parlez-nous du magnifique catalogue de 200 pages…

Coédité avec Flammarion/Skira, il reproduit 105 gravures de Chagall et réunit des réflexions variées.

Annette Weber, conservateur pendant vingt ans du musée juif de Francfort et professeur d'art Juif à l'Université des Etudes Juives de Heidelberg, étudie cette aventure de la Bible chez Chagall.

Zinan Chalmaizen, ancien chef du département des Humanités à Jérusalem, analyse la figure d’un Jésus judaïsé.

François Boespflug, auteur de Dieu et ses images, évoque Chagall qui a représenté la vision d’Ezéchiel.

Bernard Maroni, traducteur chez Verdier, a étudié l’être ailé chez Chagall.

Est-il prévu d'autres étapes muséales à cette exposition ?

Non, les œuvres sur papier sont fragiles. Aussi, elles ne peuvent être montrées que pendant trois mois tous les trois ans. Plus d’un musée aurait été heureux de reprendre notre exposition…

Nous observons un engouement précoce par l’afflux des réservations de groupes. Les visiteurs attendaient cette exposition qui entre pleinement dans la mission du MAHJ.


Jusqu’au 5 juin 2011
Au MAHJ
Hôtel de Saint-Aignan
71, rue du Temple. 75003 Paris
Tél. : 01 53 01 86 60
Du dimanche au vendredi de 10 h à 18 h
Nocturnes tous les mercredis jusqu’à 21 h

Chagall et la Bible. Skira/Flammarion, 2011. 200 pages. 35 euros. ISBN : 9782081255425

Visuels de haut en bas :
Affiche et couverture du catalogue
Les Pâques
1968
Huile sur toile de lin
Paris, Centre Pompidou, MNAM / CCI, en dépôt au Musée national Marc Chagall, Nice
© ADAGP, Paris 2011 – Chagall ®

Laurence Sigal
© DR

František Kupka
Affiche de l'exposition Kupka, Le Cantique des cantiques
© Mahj, Paris

Double portrait au verre de vin (extrait)
1917-1918
Huile sur toile © ADAGP. © Collection Centre Pompidou, dist. RMN / Adam Rzepka

Maquette pour les vitraux de la synagogue de l’hôpital Hadassah de Jérusalem. La tribu de Siméon
1959-1960
Gouache, aquarelle, pastel, encre de Chine et crayon sur papier
Collection particulière
© ADAGP, Paris 2011 – Chagall ®

Bible
Eaux-fortes originales de Marc Chagall
Paris, Tériade, 1956
Pl. 77, Songe de Salomon
Eau-forte, pointe sèche et rehauts de gouache
Collection particulière
© ADAGP, Paris 2011 – Chagall ®

Abraham et les trois Anges
1940-1950
Huile sur toile
Collection particulière
© ADAGP, Paris 2011 – Chagall ®

La Crucifixion en jaune
1942-1943
Huile sur toile de lin
Paris, Centre Pompidou, MNAM / CCI
© ADAGP, Paris 2011 – Chagall ®

Dieu crée l’homme
1931
Gouache sur papier
Nice, Musée national Marc Chagall
© ADAGP, Paris 2011 – Chagall ®

Samson renverse les colonnes
1931-1939
Planche 57, 3e état : eau forte et pointe sèche
Collection particulière
© ADAGP, Paris 2011 – Chagall ®

La Chute de l’ange
1923-1934-1947
Huile sur toile
Collection particulière, en dépôt au Kunstmuseum de Bâle
© ADAGP, Paris 2011 – Chagall ®

A lire sur ce site :
Le peintre-verrier Marc Chagall : Hadassah, de l’esquisse au vitrail
L’aventure des écritures
Vente de la collection personnelle « Hébraïca-Judaïca » de Francine et d’Elie Szapiro le 23 mars 2011
« Histoire de la Bible de Moïse Arragel - Quand un rabbin interprète la Bible pour les chrétiens (Tolède 1422-1433) » de Sonia Fellous
« A corps et à Toi » du rabbin Haïm Korsia
« La femme, la république et le bon Dieu » d’Olivia Cattan et d’Isabelle Lévy


Cet article a été publié dans le n°634 de L'Arche

mercredi 6 avril 2011

Diatribe anti-israélienne sur le site Internet de l’ambassade d’Israël en France


Article mis à jour au 14 avril 2011 : cette diatribe a disparu de ce site.
Ni courageux(se) – il ou elle se cache derrière l’anonymat -, ni expert(e) en langue française – il ou elle commet des fautes d’orthographe et de grammaire -, mais violent(e) et persifleur, cet(te) Internaute a laissé une réaction choquante du 10 mars 2011 à un texte sur l’aide internationale à la bande de Gaza publié par le site Internet de l'ambassade d'Israël en France le 7 janvier 2011. Un commentaire choquant par sa virulence, ses mensonges, et ses emprunts à des stéréotypes antisémites.

Jugez par ce seul exemple. Les Israéliens y sont traités d’assassins, « de manière diabolique », de « dizaines de milliers de civils innocent » ( sic) palestiniens.

Comment expliquer que ce commentaire d’Internaute ait pu être autorisé par l'ambassade d'Israël ? Analphabétisme d'un membre de cette ambassade dirigée par S.E. Yossi Gal ? Ignorance de la langue française ? Amateurisme ? Laxisme ? Conception aberrante de la liberté d'expression ? Incompétence ? Masochisme ? Assimilation du site de l'ambassade à celui d'un media lambda ? Ou acte d'un espion ?

Et combien d’autres réactions ont été autorisées ? Par qui ?

La guerre contre l’Etat d’Israël est aussi électronique : cyberattaques de sites ciblés, campagnes de buzz avec vidéos, commentaires biaisés des Internautes aux articles sur Israël, etc.

Qu’un membre de l’ambassade d’Israël ait publié ce long message stupéfie. Dès la première ligne, les mots employés ne laissent aucun doute sur la volonté perverse de diffamer l’Etat Juif.

Que nul ne s’en soit rendu compte au sein de cette ambassade depuis près d’un mois est troublant. Qu'une fois alertée, cette ambassade n'ait pas réagi est inquiétant.

Internet est un media indispensable pour la communication de l’Etat d’Israël. Dans cette utilisation de nouvelles technologies électroniques visant à faciliter « l’interactivité » avec et entre les Internautes, des règles élémentaires de bon sens semblent avoir été oubliés.

Déléguer un travail implique aussi exercer un contrôle a posteriori. C’est le B A BA du management.

Une enquête s’impose sur ces dysfonctionnements et cette vulnérabilité de l'ambassade d'Israël en France. Peut-être pas seulement dans cette ambassade...

A noter que moins d’une heure après l'impression de la page écran de ce texte diabolisant l'Etat Juif, l’ambassade de cet Etat a publié une réaction indignée d’un Internaute pro-israélien. Est-ce suffisant, a fortiori après un mea culpa du juge Richard Goldstone, président du groupe auteur du rapport onusien si partial, mensonger et hostile à l'Etat d'Israël ? Et alors que des médias n'ont pas hésité à censurer des commentaires similaires de leurs lecteurs Internautes ou fermer leur forum ?

Ce 7 avril 2011, une quatrième réaction - celle de Terre Promise - a été postée. Il s'agit de la première phrase de mon article.

Le site de Terre Promise a illustré par un visuel de la république française la reprise de mon article. Or, il s'agit du site de l'ambassade d'Israël en France, et non du site de l'ambassade de France en Israël.

Dès le 6 avril 2011, nous avons alerté l’ambassade d’Israël en France dirigée par l’ambassadeur Yossi Gal.

Nous avons aussi signalé ces faits graves au ministère israélien des Affaires étrangères dirigé par Avigdor Lieberman. En effet, celui-ci avait prononcé le 26 décembre 2010 un discours important aux ambassadeurs et consuls israéliens réunis à Jérusalem (Israël). Il avait stigmatisé les diplomates israéliens qui « s'identifiaient avec l'autre partie » (Ndlr : les ennemis d’Israël) et ajouté :

« Le problème de la diplomatie israélienne, c'est qu’elle ne préserve pas suffisamment l'honneur d'Israël à travers le monde… Il ne faut pas être complaisant et hésitant et surtout, il ne faut pas éprouver le besoin de tendre la joue gauche et d’expliquer les positions de l’autre partie ».
L’ambassadeur d’Israël en France,Yossi Gal, a-t-il bien compris le discours de son ministre ?

Le 14 avril 2011, cette réaction d'Internaute diffamant l'Etat d'Israël avait disparu du site Internet de l'ambassade d'Israël en France.


Cet article a été modifié le 14 avril 2011 à 8 h 14

A lire sur ce site concernant Israël
Economie :
Interview de David Arzi, président de l’IEICI en 2009
Le tourisme vers Israël : toujours plus haut !
Ha Cantina bientôt à Tel-Aviv

Politique :
Interview de Shmuel (Sammy) Ravel, ministre plénipotentiaire de l’ambassade d’Israël à Paris, sur les boycotts d'Israël
Echecs des diplomaties américaine et israélienne à l'UNESCO
Vanessa Paradis a annulé son concert en Israël
« La défense des intérêts de l’Etat d’Israël en France » par Marc Hecker

Histoire
« Le monde d’Albert Kahn. Moyen-Orient : la naissance des nations » de David Okuefuna
Le MAHJ collectionne... la photographie
Izis, Paris des rêves
« Pour Sacha » d’Alexandre Arcady
L’affaire Finaly (1945-1953)
Edmond Fleg (1874-1963), chantre sioniste du judaïsme
« Le rabbin de Salonique » de Michèle Kahn

Armée :
« Tsahal, au cœur de l’action » de Gilles Rivet
« Les otages d’Entebbe - Le combat d’Israël contre le terrorisme » de Thomas Ammann
Le mémorial de Caen a récompensé la diffamation d’Israël
L’ambassade d’Israël a rétabli la vérité au Mémorial de Caen
Peurs sur la ville. Photographies historiques, réelles et imaginaires
La Mairie de Paris a discriminé en faveur de deux journalistes français otages

Culture :
« Menahem Pressler, la note consolatrice » d’Emmanuelle Franc
« Let’s dance ! Israël et la danse contemporaine » de Gabriel Bibliowicz et Efrat Amit
Le peintre-verrier Marc Chagall : Hadassah, de l’esquisse au vitrail
Vente de la collection personnelle « Hébraïca-Judaïca » de Francine et d’Elie Szapiro le 23 mars 2011
« Darius Milhaud et sa musique, de la Provence au monde » de Cécile Clairval-Milhaud
« La fanfare de Bangui » de Simha Arom
Le peintre-verrier Marc Chagall : Hadassah, de l’esquisse au vitrail
« Poudre, gloire & beauté » d’Ann Carol Grossman et Arnie Reisman

mardi 5 avril 2011

« TJ 1948-2010 » de David Goldblatt


La Fondation Henri Cartier-Bresson présente une rétrospective du photographe Juif sud-africain David Goldblatt assorti d’un superbe catalogue. Des photographies épurées en noir et blanc et en couleurs, prises entre 1948 et 2010, dont la série « Ex-offenders ». Une réflexion sur l’influence durable de l’apartheid sur l’urbanisation de Johannesburg (ou Joburg).


Devenir photographe a été pour David Goldblatt une « manière d’être politiquement actif. C’était un acte politique en soi », affirme cet artiste qui récuse le statut de photojournaliste.

Un projet d’aliyah
David Goldblatt est né en 1930 à Randfontain (Afrique du Sud), dans une famille Juive originaire de Lituanie dont elle avait fui les persécutions antisémites vers 1893.

Il se définit comme « Juif, pas très observant. Les valeurs du judaïsme transmises par mes parents sont importantes pour moi ».

Il débute comme journaliste professionnel en 1948. Il se marie avec Lily en 1955, a trois enfants et projette de faire son aliyah.

La grave maladie de son père Eli bouleverse sa vie. Il étudie le commerce à l’université Witwatersrand à Johannesburg, reprend l’affaire familiale et continue, dans ses moments libres, son activité de photographe.

Après la mort de son père en 1962, il vend en 1963 le magasin familial et se consacre à 33 ans à l’activité de photographe professionnel à plein temps.

Pour des magazines prestigieux, tels Tatler et Optima, il effectue des reportages sur les Afrikaners du Transvaal, les mines et la classe moyenne en Afrique du Sud, dont certains sont publiésaussi sous forme de livres : On the Mines (1973), Some Afrikaners Photographed (1975), In Boksburg.

Un engagement de photographe
En 1972, David Goldblatt a photographié pendant six mois à Soweto et 1976-1977 la région de Joburg où vivent des habitants d’origine indienne.

Dans les années 1990, bien que refusant l’utilisation de son travail à des fins de propagande, il a participé aux expositions Staffrider d’Afrapix, qui regroupait des photographes anti-apartheid de gauche.

En 1985, la branche britannique de l’African National Congress (ANC) de son exposition en Grande-Bretagne a paradoxalement appelé au boycott d’une exposition itinérante en Grande-Bretagne de ses clichés. Puis, écoutant Gadsha et Gordimer, elle a annulé son boycott.

En 1992, David Goldblatt a rejoint South Light, une agence photographique créée par Paul Weinberg et d’autres photographes blancs après qu’ils aient quitté Afrapix, agence de photographes militant contre l’apartheid.

Pour ses photos sur la vie politique et sociale sudafricaine, il a reçu en 2006 le Hasselblad Foundation Award en photographie, une des récompenses les plus prestigieuses.

Il a été l’un des artistes sud-africains à être montrés au musée d’art moderne à New York.

Il est le « chef de file de la photographie sud-africaine ». Il est réticent à commenter ses photographies qui « disent ce que je veux dire, ce que j’aime, ce que je critique ».

De nombreuses rétrospectives lui ont été consacrées aux Etats-Unis et en Europe.

Urbanisation et apartheid
Dans « l’ancien système d’enregistrement des véhicules sud-africains, avant l’informatisation », l’acronyme « TJ » (« Transvaal, Johannesburg ») désignait « la ville et la province où ils étaient enregistrés. Ce qui, selon David Goldblatt, induisait un sentiment d’appartenance.

Johannesburg (ou Joburg), ville où vit et travaille ce photographe depuis de nombreuses années, symbolise les changements intervenus depuis la fin de l’apartheid et les permanences marquant cette ville « fragmentée, à l’histoire complexe et douloureuse » et née « en 1886, grâce à la découverte des mines d’or ».

« Dès le début, les Blancs qui dirigent les services publics et les compagnies minières mettent en place la ségrégation raciale réduisant les populations Noires à l’état de simple main d’œuvre. En 1948, l’Apartheid est proclamé, les personnes de couleur sont consignées dans des quartiers dont les noms ne laissent aucun doute sur l’intention de cette mesure, à savoir éloigner ces populations du centre-ville et donc de toute possibilité d’intégration ».

David Goldblatt déplore en particulier que l’Apartheid « a empêché d’appréhender le mode de vie de l’autre ».

En 1994, Nelson Mandela « est élu premier président noir de l’Afrique du Sud et célèbre la fin de l’Apartheid dans son discours d’investiture ». Avec la fin de l’Apartheid, les populations noires et pauvres sont retournées dans le centre de Johannesburg. « Ce sont donc aujourd’hui les populations blanches qui se déplacent vers les banlieues, se protégeant à outrance pour éviter la criminalité, omniprésente dans la ville ».

Et de déplorer des maux affligeant nombre de Sud-Africains : chômage, enseignement insuffisant et inadapté aux besoins en raison de « négligence, d’insuffisance de financements, de corruption et d’un manque de détermination » ainsi que de choix d’investissements dispendieux et « peu judicieux », etc.

Si David Goldblatt note l’amélioration de Soweto, il observe la division sociale actuelle : des centaines de milliers de Noirs souvent pauvres, venant d’Afrique du Sud ou de pays du Nord, ont afflué dans Joburg et sa périphérie où ils vivent dans des conditions misérables, tandis que, à l’intérieur ou au nord de Joburg, une « ploutocratie de gens, blancs ou noirs, de plus en plus riches » s’isole « toujours davantage, derrière de hauts murs électrifiés ».

Un projet primé
En 2009, David Goldblatt a reçu le Prix HCB pour « TJ », un projet en cours de réalisation sur Johannesburg. Une distinction qui lui permet aussi de présenter ses clichés à la Fondation Henri Cartier-Bresson (HCB).

Au 1er niveau du bâtiment de la Fondation HCB, sont montrées environ 60 tirages argentiques d’époque en noir et blanc de l’époque de « TJ » (1948-1990). Ce sont des « fragments de vie prélevés pendant ces années où les lois se multipliaient pour mettre les personnes de couleur à l’écart, réduisant leurs maisons, leurs commerces à l’état de ruines. David Goldblatt a sans cesse renouvelé son approche dans un même pays, ce qui est exceptionnel ; utilisant, tour à tour différents formats (24x36, 6x6, et la chambre grand format, couleur et noir et blanc) ».

Au 2e niveau, sont réunies les photos plus récentes, après la fin de l’apartheid. Ce sont des portraits en noir et blanc d’« ex-offenders », d’anciens prisonniers, sur les lieux de leurs délits et crimes, légendés par l’histoire de leur vie « faite de petits délits, de meurtres, de prison et d’espoir » : certains sud-africains s’en sont sortis, d’autres ont récidivé, comme pris dans un engrenage familial et social. Pourquoi n’avoir pas photographié les victimes ? « Les victimes, je les connais : ce sont des gens comme moi, comme ma famille, comme mes amis. Je voulais savoir qui sont ceux ayant commis ces actes », m’a répondu David Goldblatt, en général laconique dans ses réponses, le 11 janvier 2011. Sans ses légendes précises, ces portraits pourraient inspirer des interprétations variées.

Est exposée aussi une série en noir et blanc sur les cellules pour Noirs et des paysages urbains banals, en couleurs. David Goldblatt privilégie le noir et blanc pour exprimer sa colère, et opte par réalisme pour les couleurs, plus douces.

Il est réticent à commenter ses photographies qui « disent ce que je veux dire, ce que j’aime, ce que je critique ».

A voir cette exposition, on comprend d’autant mieux combien le terme « apartheid » est faux et insultant à l’égard de l'Etat d’Israël.

Le beau catalogue rassemble des photos, dont un grand nombre présentées dans cette exposition.


Jusqu’au 17 avril 2011
2, impasse Lebouis, 75014 Paris
Tél. : 01 56 80 27 00
Du mardi au dimanche de 13 h à 18 h 30, le samedi de 11 h à 18 h 45
Nocturne gratuite le mercredi de 18 h 30 à 20 h 30

David Goldblatt, Johannesburg Photographies 1948-2010. Contrasto, 2011. 316 pages. ISBN : 9788869652189

Visuels de haut en bas :
Couverture du catalogue
Elle lui dit : « Toi tu serais le chauffeur et moi je serais la madame », puis ils attrapèrent le pare-chocs et prirent la pose. Hillbrow, 1975

Le monument érigé par les vétérans boers de la guerre des Boers (1899-1902), en commémoration du centenaire du Great Trek (l’exode des Afrikaners du Cap vers l’intérieur des terres, entre 1834 et 1845), qui fut dévoilé le 3 décembre 1938, Vrederdorp


Yaksha Modi, la fille de Chagan Modi, dans la boutique de son père avant sa destruction conformément au Group Areas Act, 17th Street, Fietas. 1976


Les citations proviennent du dossier de presse et du catalogue.
Cet article a été publié en une version concise dans le n° 633 de février 2011 de L'Arche

A lire sur ce site concernant des expositions de photographies
Artisans et paysans du Yiddishland 1921-1938, du shtetl au kolkhoze
Reporters sans frontières, 100 photos de Pierre & Alexandra Boulat
Les Bene Israël (Inde) - Photographies de Frédéric Brenner
Yul Brynner: A Photographic Journey
Regards de photographes sur le cirque (1880-1960) : En piste !
Filmer les camps, John Ford, Samuel Fuller, George Stevens de Hollywood à Nuremberg
Izis, Paris des rêves
Le photographe André Kertész (1894-1985)
Photographies et peintures de Saul Leiter
« Christina’s History » de Mikael Levin
Le MAHJ collectionne... la photographie
La photographe Lisette Model (1901-1983)
Peurs sur la ville. Photographies historiques, réelles et imaginaires
Interview du photographe Willy Ronis
Trois rétrospectives du photographe Willy Ronis (1910-2009)
Photos ensevelies du ghetto de Łódź – Henryk Ross
Tournages Paris-Berlin-Hollywood 1910-1939
« Gaza 2010 » par Kai Wiedenhöfer
« Alma Rosé : Ne m’oubliez pas, s’il vous plaît » d’Edward Arckless
L’ère Liebermann à l’Opéra de Paris

A lire sur les Juifs en Afrique
Interview de David G. Littman et de Paul B. Fenton sur « L’exil au Maghreb, la condition juive sous l’islam 1148-1912 »
Interview de Guershon Nduwa, président de la Fraternité judéo-noire, sur le dîner-débat du 9 janvier 2011
La conférence « islamiquement correcte » de lancement du projet Aladin
Max Guedj (1913-1945), héros méconnu de la France libre
« La lettre de mon père, une famille de Tunis dans l’enfer nazi » de Frédéric Gasquet
Alfred Nakache, le nageur d'Auschwitz
« Le Maghreb sous la croix gammée » de Bill Cran et Karin Davison
« La croix gammée et le turban, la tentation nazie du grand mufti » de Heinrich Billstein
« Juifs du Congo, la confiance et l’espoir » de Moïse Rahmani
« La fanfare de Bangui » de Simha Arom


dimanche 3 avril 2011

L’ère Liebermann à l’Opéra de Paris


À l’occasion du centenaire de la naissance de Rolf Lieberman (1910-1999), l’Opéra Garnier à Paris présente l’exposition éponyme prolongée jusqu’au 10 avril 2011. Un hommage à celui qui a dirigé l’Opéra de Paris (1973-1980) en attirant les artistes - metteurs en scène, scénographes, chorégraphes, interprètes - les plus talentueux de son époque, en valorisant le répertoire classique et en le renouvelant.


De cette exposition émane une nostalgie pour une période courte, mais décisive, de l'Opéra Garnier.

Une « centaine de pièces – dessins, maquettes de décors, photographies, costumes, programmes, documents audiovisuels, archives des collections de la Bibliothèque nationale de France, de l’Opéra national de Paris et du Centre national du costume de scène de Moulins » – évoquent « une des époques les plus brillantes du Palais Garnier » : celle où les pouvoirs publics ont confié les rênes de l’Opéra de Paris à Rolf Liebermann.

« Un des plus grands directeurs de théâtre du XXe siècle »
« Musicien » comme il se définissait lui-même, compositeur et directeur d’institutions musicales, Rolf Liebermann (1910-1999) s’est taillé une réputation de « pape de l’opéra contemporain » après avoir exercé les fonctions d’intendant général de l’Opéra de Hambourg entre 1957 et 1972. Le succès qu’il remporte à la tête de ce théâtre encourage les pouvoirs publics français à lui confier les destinées de l’Opéra de Paris auquel il s’agit de rendre un faste que certains croient définitivement perdu ».

La scénographie de l’exposition consacre des espaces distincts aux diverses facettes du « patron » - administrateur, directeur artistique, politique -, loue son action en faveur de la danse, et surtout rappelle les « productions lyriques mythiques » de son ère : Les Noces de Figaro mises en scène par Giorgio Strehler, Les Contes d’Hoffmann, première mise en scène lyrique de Patrice Chéreau (avec Nicolai Gedda et Christiane Eda-Pierre), et Lulu dans celles de Patrice Chéreau, Pelléas et Mélisande, entrée au répertoire du Palais Garnier, et Faust de Gounod dans celles de Jorge Lavelli, Le Ring interrompu après La Walkyrie en raison des difficultés économiques, Boris Godounov de Joseph Losey.

Sont aussi retracés les « aspects les plus emblématiques de sa direction : la commande de la partition de l’opéra Saint François d’Assise à Olivier Messiaen, les discussions avec les pouvoirs publics sur l’avenir de l’Opéra-Comique , les accords de coproduction avec la Scala de Milan, la politique de démocratisation culturelle et de captation audiovisuelle des spectacles, l’évolution de la structure juridique et administrative de l’Opéra de Paris ».

L’administrateur
Intendant général de l’Opéra de Hambourg (1957-1972) internationalement réputée pour la qualité de ses spectacles, Rolf Liebermann est nommé à la direction – poste d’administrateur – d’un Opéra de Paris en déclin, discrédité, lors d’une période troublée : « licenciement du chœur et de la troupe de chant, multiplication des mouvements sociaux, menaces de fermeture du Palais Garnier et de la salle Favart… »

Pour la première fois depuis Lully (1632-1687), c’est un étranger, en l’occurrence un Suisse allemand, qui dirige l’Opéra ! Une décision audacieuse du ministère des Affaires culturelles alors dirigé par Jacques Duhamel, notamment sur les conseils du directeur de la Musique, de l’art lyrique et de la danse Marcel Landowski et de Hugues Gall, soucieux de « redonner du faste à la « Grande boutique ».

Mais ce ministère n’accède pas à la demande de Rolf Liebermann de diriger aussi la salle Favart. L’Opéra Comique est dédié à l’école supérieure de chant « Opéra-Studio ».

Rumeurs, appréhensions, jalousies assombrissent cette nomination : « Les Juifs et les étrangers dehors », ou cet appel téléphonique nocturne et anonyme à Rolf Liebermann : « Savez-vous que depuis Guillaume Tell les Suisses n’ont jamais rien fait de bon ? »

Trois mois après l’entrée en fonction de Rolf Liebermann, le premier spectacle de son mandat, Les Noces de Figaro, est représenté à l’Opéra royal du château de Versailles.

Le directeur artistique
Rolf Liebermann constitue une « équipe restreinte amenée à le conseiller et à le soutenir dans ses choix artistiques » : Hugues Gall, déjà secrétaire général de l’Opéra, devient son bras droit. Ancien directeur musical de Covent Garden, le chef d’orchestre Georg Solti est promu conseiller musical ; Raymond Franchetti demeure directeur de la danse. Le décorateur Bernard Daydé est nommé directeur général des services artistiques et techniques de la scène, chargé « d’assurer le renouveau de la scénographie tout en modernisant les installations du plateau ».

Rolf Liebermann élabore alors sa programmation des premières saisons à l’Opéra en convaincant des artistes - chefs d’orchestre (Karl Böhm, Pierre Boulez, Josef Krips, Georges Prêtre, Seiji Ozawa, Claudio Abbado, Lorin Maazel, René Clair), metteurs en scène, chorégraphes, décorateurs et interprètes (les chanteurs Gabriel Bacquier, Teresa Berganza, Régine Crespin, Placido Domingo, Christiane Eda-Pierre, Christa Ludwig, Lucia Popp, Margaret Price, Ruggero Raimondi, Frederica von Stade, Teresa Stratas, Kiri Te Kanawa) - les plus prestigieux de se produire à Paris pour ce « festival permanent ».

Le politique
Convaincu dès 1971 qu’« un établissement qui se repose entièrement sur le répertoire s’étiole et dépérit », Rolf Liebermann veut « mutualiser les moyens des maisons d’opéra européennes afin de réduire les coûts des nouveaux spectacles ». Des accords sont signés avec l’Opéra de Hambourg et la Scala de Milan afin de prévoir des tournées et des coproductions.

Tout en développant une « politique de création lyrique - commandes à trois grands compositeurs français, Henri Dutilleux, André Jolivet et Olivier Messiaen dont le Saint François d’Assise est le seul projet à finalement aboutir » -, Rolf Liebermann songe à une « politique de démocratisation de l’Opéra ».

La grève annulant la première de L’Enlèvement au sérail prévue en présence du Président de la République Valéry Giscard d’Estaing et « 1500 Français méritants », le 23 mars 1976, ôte le « soutien inconditionnel de l’Élysée, tandis que Matignon s’enquiert de la gestion financière du théâtre ».

Le Premier ministre Jacques Chirac se fonde sur un audit de « l’Inspection générale des finances pour exiger une meilleure maîtrise des dépenses » et « une plus large diffusion des œuvres représentées ». Ainsi, sont signés des accords de diffusion des spectacles de l’Opéra par la télévision publique, et le régime d’exploitation du théâtre est modifié. Par décret du 7 février 1978, est créé le Théâtre national de l’Opéra de Paris qui regroupe le Palais Garnier et la salle Favart.

Des opéras mythiques
À Hambourg, Rolf Liebermann avait privilégié la création contemporaine. À Paris, il s’efforce de reconstituer un répertoire digne de cet Opéra.

Il programme Mozart, longtemps absent, avec les Noces de Figaro de Giorgio Strehler et Georg Solti. Paris découvre alors des chanteurs tels Gundula Janowitz, José Van Dam…

Autres opéras légendaires : Don Giovanni, Così fan tutte, Les Vêpres siciliennes de Verdi (avec Placido Domingo, Martina Arroyo et Ruggero Raimondi), La Bohème de Puccini (avec Placido Domingo, Luciano Pavarotti), L’Or du Rhin et La Walkyrie de Richard Wagner, Moïse et Aaron, puis Lulu de Berg sous la direction de Pierre Boulez et dans une mise en scène de Patrice Chéreau.

Le ballet au répertoire renouvelé
Dès le printemps 1973, George Balanchine est invité à créer la chorégraphie d’Orphée et Eurydice.

Les grands ballets classiques, oubliés par la troupe depuis le XIXe siècle comme Coppélia (3e acte restitué dans le style d’époque grâce au travail de Pierre Lacotte) ou La Sylphide, sont repris tandis que les ballets de Marius Petipa, tel La Belle au bois dormant (Alicia Alonso, 1974) ou La Bayadère - Rudolf Noureev participe alors, à la fois comme danseur invité et comme chorégraphe, à la création de l’acte des Ombres -, entrent au répertoire de l’Opéra.

Léonide Massine, chorégraphe ayant participé à l’aventure des Ballets russes, remonte L’Après-midi d’un faune de Vaslav Nijinski et Jerome Robbins revisite la partition de Debussy dans Afternoon of a Faun.

Rolf Liebermann avait repéré une jeune chorégraphe, Carolyn Carlson, qu’il invite à Paris dès 1973 pour une soirée d’Hommages à Edgar Varèse. En 1974, Carolyn Carlson est nommée « Étoile-chorégraphe » et responsable d’un Groupe de recherche théâtrale de l’Opéra de Paris (GRTOP) dont les spectacles « contribuent à légitimer la danse contemporaine en France ».

La création mondiale d’Un jour ou deux de Merce Cunningham est accompagnée d’une série de cours publics permettant au chorégraphe d’expliquer sa démarche aux danseurs et aux spectateurs.

Rolf Lieberman commande aussi des œuvres à Maurice Béjart et Roland Petit. Celui-ci crée Nana, sur une musique de Marius Constant, et Le Fantôme de l’Opéra, dernier ballet créé sous l’ère Liebermann sur une musique de Marcel Landowski.

Bilan de l’ère Liebermann exemplaire : l’Opéra de Paris sauvé et « un théâtre au prestige renforcé et au répertoire enrichi ».

« Pionnier du film opéra » (Martine Kahane), Rolf Liebermann rejoint en 1985 l’Opéra de Hambourg qu’il quitte en 1988.

On peut regretter que l’exposition élude le passé familial et la formation artistique de Rolf Liebermann, compositeur éclectique (Furioso pour orchestre, 1947), chef d’orchestre et metteur en scène : élève de José Berr et d’Hermann Scherchen, dont il est l’assistant à Vienne et Budapest jusqu’en 1938, il travaille en 1940 avec Vladimir Vogel, producteur à Radio Zürich (1945-1950) et directeur artistique d’orchestres de radios.

Quant aux costumes exposés, ils révèlent l’activité des ateliers de confection de l’Opéra.

Images vidéo mal conservées ? Eclairages trop faibles ? Des visages d’artistes demeurent dans l’obscurité dans la vidéo de Lulu.

Cette exposition révèle les pesanteurs bureaucratiques, le pouvoir des syndicats dans « la Maison », les errements de la politique culturelle et la versatilité du prince sur la destinée de l’Opéra de Paris.

Au terme du septennat de Rolf Liebermann, demeurent les questions de coûts de fonctionnement de l’Opéra Garnier et de démocratisation du public (« opéra populaire »). Pour les résoudre, a été alors avancée la construction d’un Opéra place de la Bastille. Une décision mitterrandienne qui a laissé entiers ces problèmes.

Le superbe catalogue de cette exposition retrace cette ère brillante par des témoignages intéressants soulignant les qualités professionnelles et personnelles de Rolf Liebermann : charme, humour, etc. Doté d’une iconographie magnifique, il présente l’intégralité de la programmation de l’ère Lieberman. Manque une biographie de Rolf Liebermann.


Jusqu’au 10 avril 2011
Au Palais Garnier (angle des rues Scribe et Auber)
Bibliothèque nationale de France - Bibliothèque-musée de l’Opéra
Tous les jours de 10 h à 17 h

L’ère Liebermann à l’Opéra de Paris, sous la direction de Mathias Auclair et Christophe Ghristi. Editions Gourcuff Gradenigo, 2010. 304 pages. Environ 250 illustrations en noir et blanc et en couleurs. 49 euros. ISBN : 978-2-35340-0959

Visuels de haut en bas :
Affiche et couverture du catalogue
Portrait de Rolf Liebermann par Erich Lessing
©Erich Lessing/Magnum Photos

Enzo Frigerio
Maquette de décor pour le premier acte du Chevalier à la rose de Strauss : la chambre de la Maréchale
Pastel, aquarelle et gouache, 1976
BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra

Portrait de Rolf Liebermann par Michel Szabo
© Michel Szabo

Rolf Liebermann et Joseph Losey pendant les répétitions de Boris Godounov de Moussorgski, 1980
Photo Daniel Cande
BnF, Arts du spectacle

Ruggero Raimondi (Escamillo) dans Carmen de Bizet, 1980
Photo Daniel Cande
BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra

Noëlla Pontois et Mikhail Baryshnikov dans La Bayadère, 1975
Photo Daniel Cande
BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra


A lire sur ce site concernant la danse
« Let’s dance ! Israël et la danse contemporaine » de Gabriel Bibliowicz et Efrat Amit
« Alma Rosé : Ne m’oubliez pas, s’il vous plaît » d’Edward Arckless

A lire sur ce site concernant la musique
« Darius Milhaud et sa musique, de la Provence au monde » de Cécile Clairval-Milhaud
« La fanfare de Bangui » de Simha Arom
« Menahem Pressler, la note consolatrice » d’Emmanuelle Franc
« La force de la musique, la famille Wallfisch » de Mark Kidel
« L’Empereur de l’Atlantide », de Viktor Ullmann et Peter Kien
« Calling Hedy Lamarr. Portrait d'une femme fantasque et tourmentée » de Georg Misch